Avec Claude Puel, il faut toujours tendre l'oreille. Jamais un mot plus haut que l'autre, même si tous n'ont pas le même poids. L'ancien milieu de terrain, qui effectua toute sa carrière pro à Monaco (1977-1996) avant d'en être l'entraîneur (1999-2001), a bien fait de garder sa maison en bordure de Principauté : après une année sabbatique qui lui a permis de récupérer de trois saisons lyonnaises éprouvantes (2008-2011), Puel (51 ans) a retrouvé un banc à Nice. C'est non loin du centre d'entraînement du Gym, face à la mer, qu'il a bien voulu évoquer cette semaine sa personnalité tenace et combative. Mais n'allez surtout pas lui dire qu'il est psychorigide...

 

L'international malien de 24 ans réalise cette année à Nice son meilleur début de saison.

 

Les dirigeants du Gym, au premier rang desquels son président Jean- Pierre Rivère, sont convoqués ce jeudi devant la commission de discipline de la Ligue nationale de football (LNF). Le motif : s’expliquer sur les incidents survenus, le 11 août dernier, lors du match de championnat entre l’OGCN et Ajaccio (0-1).

 

 

Formé à Lyon, Jérémy Pied a fini par migrer vers Nice fin août. Sous les ordres de Claude Puel, l'attaquant espère faire décoller sa carrière au sein d'un club où il se sent parfaitement bien intégré. A lui désormais de marcher sur les traces de Rémy et Mounier.

 

Ancien supporter de la tribune sud, le jeune avant-centre du Gym revendique son identité niçoise. Jusque sur sa peau.  

 

La gardien niçois présenté comme "numéro 1 bis", à son arrivée il y a un mois, pourrait être titularisé par Claude Puel, lors de la première journée. David Ospina est, lui, poussé ves la sortie.  

L'OGC Nice (L1) qui fait l'objet de mesures d'encadrement de sa masse salariale et des indemnités de mutation par la DNCG, part sur un budget de 29 millions d'euros, contre 33 la saison passée, a-t-on appris jeudi, auprès de Jean-Pierre Rivère, le président niçois.