L'OGC Nice (L1) qui fait l'objet de mesures d'encadrement de sa masse salariale et des indemnités de mutation par la DNCG, part sur un budget de 29 millions d'euros, contre 33 la saison passée, a-t-on appris jeudi, auprès de Jean-Pierre Rivère, le président niçois.

"Nous visons 4 millions d'euros d'économie sur la masse salariale. L'objectif est d'apurer lors de cette saison tout le passif, ce sera compliqué mais c'est indispensable pour partir enfin sur des bases saines", a assuré Jean-Pierre Rivère.

En déficit structurel évalué à 5 millions d'euros par exercice depuis des années et sous la surveillance de la direction nationale de contrôle et de gestion (DNCG) depuis 2008, le club azuréen vit au dessus de ses moyens et n'équilibre en partie ses comptes qu'avec les transferts.

Le patron du club niçois avait cependant interjeté appel des mesures restrictives prises le 22 juin dernier par le gendarme financier du football professionnel."C'était sur un point technique, nous demandions un peu de souplesse sur la masse salariale. Notre appel a été rejeté (le 17 juillet, ndlr). C'est finalement une contrainte vertueuse même si cet encadrement est un peu gênant dans le travail au quotidien", a-t-il reconnu.