A Aix-les-Bains, où l'OGC Nice poursuit son stage de preparation, Claude Puel prend petit à petit la mesure de sa nouvelle équipe. Hier au sortir du déjeuner, il a accepté d'évoquer sa nouvelle vie. Attablé autour d'un café, il s'est livré en toute décontraction, n'éludant aucun sujet. Même les plus sensibles.



Le choix de Nice

« Au départ, je ne me predestinais pas à signera Nice. J'ai repondu par courtoisie au président Jean-Pierre Rivère. ll m'a exposé son projet. Dans mon esprit, les choses ont évolué petit à petit. Même s'il est novice dans le milieu du football, il est bien conscient du chantier qui se présente à son club. C'était une donnée importante, Nice est une grande ville avec un vrai public de foot. C'est un gros challenge de le remettre en haut de la hiérarchie. Le grand stade va également voir le jour. ll faudra de la patience. J'ai eu d'autres propositions, en France et à l'étranger mais au final je n'aurais été qu'un simple entraineur »

Les objectifs

« On pourra réellement les fixer lorsqu'on dísposera d'un effectif au complet. ll faut évidemment se maintenir en Ligue 1. Le but, c'est d'essayer d'avoir plus de marge que ce soit en termes de points ou au niveau du jeu. On souhaite poser les bases de ce club en validant et accentuant le bon travail effectué à la formation (NDLR: Nice a remporté en avril la Coupe Gambardella).ogcnice.info

L'année sabbatique

« Cela m'a permis d'observer ce qui se passait à l'étranger. Je n'avais pas spécialement besoin de souffler. S'il avait fallu enchaîner, je l'aurais fait. J'étais prêt. Je n'ai jamais pris trop de vacances, alors imaginez une année. J'étais plus souvent à la maison. J'ai pu passer du temps avec ma famille. Se retrouver avec les enfants à New York, en Espagne ou au Canada, cela ne m'était jamais arrivé. L'oubli ? Je ne suis pas de nature à beaucoup douter. J'ai horreur de subir. C'est sûr, le téléphone sonne moins, mais je ne voulais pas m'engager en cours de saison. ››

« J'essaie de garder du recul par rapport à cela, mais c'est vrai que les gens ont parfois l'impression de me découvrir quand ils me côtoient. Mon image a été saucissonnée. A un moment donné, ça devient difficile d'aller contre. A Lyon, au printemps 2011, il fallait rester concentré sur le terrain afin de bien finir la saison. Malgré l'environnement, à l'intérieur comme à l'exterieur du club, on termine sur le podium On avait pourtant un énorme retard après un départ catastrophique. Retrouver Gerland ? Cela ne m'inquiète pas du tout. Je suis vacciné.