Samedi soir, le Gym accueille Saint-Etienne pour le compte de la 9e journée de Ligue 1. D’un côté, les Aiglons voudront confirmer un début de saison prometteur et de l’autre les Verts tenteront de retrouver leur fauteuil de leader. Mais au-delà de l’enjeu, ce choc est aussi l’histoire d’une rivalité de longue date entre deux clubs qui se craignent et se respectent. Pour Frédéric Gioria, membre du staff sportif du Gym, l’origine de la rivalité remonte clairement à la saison 1975- 1976 où Saint-Etienne occupait sans partage la scène médiatique. «L’arbitre Robert Wurtz avait alors dirigé un Nice-Saint-Etienne qui est resté célèbre. C’était un vol manifeste, on a perdu le titre ce jour-là», peste encore Gioria.

Christian Estrosi a présenté aujourd’hui le projet pressenti pour la construction de l’Olympic Nice Stadium, il s’agît du projet réalisé par le groupement Vinci Wilmotte.

 

Un financement encadré et respecté

 

L’évaluation du projet avait été estimée à environ 198,6 M € TTC en juin 2009 (166 M € HT), le projet pressenti permet de respecter le niveau de redevance, calculé sur cette base prévisionnelle de travaux, à verser par la Ville de Nice.

 

La distance ne les éloignera jamais de leur club de coeur ! A plus de 1 000 km du Ray, ils portent haut et fort le blason des Aiglons. Jean- Marc, Michael, Frédéric ou encore Eric, les «Nissarts de Paris» vouent un attachement viscéral au Gym et à la ville. Certains y sont nés, d’autres y ont grandi. Tous en ont gardé un souvenir précis.

 

 

Visiblement, l'ancien Lyonnais François Clerc est heureux d'être un nouveau Niçois. Le président Gilbert Stellardo, très souriant, partageait les mêmes sentiments : «C'est notre dernière recrue du mercato et il a fallu se battre avec les instances.

Eric Mouloungui, l’attaquant de l’OGC Nice et buteur face à Bordeaux, revient sur son prometteur début de saison et sur les périodes plus délicates qu’il a eu à gérer depuis deux ans. Fin d’entraînement, hier matin, au parc des Sports Charles-Ehrmann. Eric Mouloungui achève la séance par quelques étirements. Avant de rejoindre les vestiaires, l’attaquant longiligne d’1,85 m se livre à quelques confidences. Il affiche un large sourire. Et pour cause : dimanche, Eric Mouloungui a trouvé avec beaucoup d’opportunisme le chemin des filets face à Bordeaux.