Gilbert Stellardo, l'un des deux principaux actionnaires de l'OGG Nice, est devenu comme prévu le nouveau président du club, en lieu et place de Maurice Cohen, démissionaire.

Stellardo, 70 ans et ancien premier adjoint de la ville de Nice, a été promu président lors d'un conseil d'administration extraordinaire qui a par ailleurs nommé Patrick Governatori au poste de directeur général. Ce dernier, gérant de société, est le fils de Marcel Governatori, qui contrôle avec Gilbert Stellardo 85 % des actions du club.

 

Le conseil d'administration a du même coup acté le départ de Cohen, en fonction depuis 2002, mais qui était opposé à la restructuration statutaire voulue par les deux actionnaires majoritaires. Stellardo a de plus annoncé que le club serait doté d'ici un mois d'un conseil de surveillance et d'un directoire, à l'image du PSG et de l'Olympique de Marseille notamment.

 

L'ambiance était lourde à la sortie du conseil. "Je ne répondrai que si je suis attaqué", a déclaré Cohen. Stellardo a expliqué avoir été "surpris" du départ de Maurice Cohen et avoir eu "un gros coup de colère", tout en précisant qu'il ne comptait pas "l'attaquer". Il a cependant estimé qu'il valait mieux "une gouvernance collégiale" qu'un "pouvoir concentré en un seul homme".

 

Le nouveau patron niçois a annoncé qu'il allait prochainement recruter un «conseiller sportif chargé de faire le lien entre le staff technique et la direction». De plus, si le coach niçois «a besoin d'un joker défensif, il l'aura», a-t-il annoncé lors de ce conseil d'administration extraordinaire.

 

Le nouvel homme fort du club a exprimé le souhait que le club puisse se redresser au niveau sportif. "Gagner est notre seul but aujourd'hui afin de rendre les supporters niçois heureux", a-t-il dit.

 

Enfin, Didier Ollé-Nicolle est confirmé dans son rôle d'entraîneur: "Le staff et les joueurs ont toute notre confiance", a déclaré le nouveau président qui a par ailleurs commenté les rumeurs faisant état de l'arrivée de Bernard Tapie: "Je ne l'ai jamais rencontré et on n'a jamais eu envie de vendre le club. On n'est pas opposés à trouver des partenaires de qualité, on laisse donc la porte ouverte", a-t-il conclu. Il a affirmé que des efforts seraient faits concernant la passif financier, estimé à six millions d'euros, et pour doter le club d'un véritable centre de formation.