Les aiglons ont montré un tout autre visage ce soir au Ray. Un peu rassurant! Reste à confirmer lors des prochaines rencontres contre nos adversaires directs. Envie, inspiration, des qualités que le Gym a souvent perdu ces dernières semaines.

Fiche technique

Stade du Ray, OGC Nice - Paris SG: 0-0.

12.332 spectateurs

Arbitre :
M. Varela

Avertissements :

PSG : Nênê (19è), Sissoko (34è)

Les équipes :

Nice : Ospina - Clerc, Civelli, Gomis, Monzon - Digard (c ; Sablé, 88è), Anin, Abriel (Palun, 77è) - Dja Djedje, Mouloungui (Gonçalves, 80è), Mounier

Paris SG : Sirigu - Bisevac, Sakho (c), Alex (Jallet, 46è), Maxwell - Thiago Motta, Sissoko, Bodmer (Matuidi, 74è) - Ménez, Nênê - Gameiro (Hoarau, 60è)

Résumé

Depuis l’arrivée de Carlo Ancelotti, le Paris-SG enchaînait victoire sur victoire en match officiel. A Nice, l’entraîneur italien a connu sa première contrariété en voyant son équipe souffrir et concéder un nul finalement logique (0-0). La charnière Alex-Sakho était vite sollicitée pour résister aux accélérations de Dja-Djedje, Mouloungui et Mounier. Ce dernier parvenait d’ailleurs à mettre Sirigu à contribution en début de rencontre (13e), tout comme Mouloungui qui se montrait très remuant sur le front de l’attaque (41e, 42e). Et Paris dans tout ça ? Pas grand-chose à signaler, le jeu parisien peinant à se mettre en place, gêné par l’agressivité dans les duels des Niçois. Sur quelques éclairs, Ménez (2e) et Gameiro (39e) auraient toutefois pu donner l’avantage aux Franciliens lors du premier acte.

Au retour des vestiaires, le PSG tentait de prendre enfin le jeu à son compte et multipliait les longues séquences de passes dans le camp niçois. Sans pour autant parvenir à mettre réellement la défense azuréenne sous pression, même si Ospina devait faire preuve de vigilance pour écarter de son but une tentative de Gameiro (56e). Ce dernier finissait par faire les frais du coaching d’Ancelotti, désireux de miser sur le profil plus musclé d’Hoarau. Un choix qui n’était pas loin de s’avérer payant mais l’ancien Havrais échouait dans ses tentatives au but (65e, 75e, 77e). De son côté, l’OGC Nice se concentrait davantage sur ses tâches défensives, même si des contres menés par Anin (63e) et Abriel (73e) donnaient quelques sueurs froides au PSG. Supérieur en fin de partie, le club de la capitale manquait de lucidité dans la conclusion à l’image de Nenê qui gâchait la balle de match dans la surface azuréenne (88e). Contraint au nul, Paris conserve toutefois son costume de leader à une semaine de la venue de Montpellier au Parc des Princes.

Réactions

Carlo Ancellotti :

Nous avons rencontré des difficultés mais sur la fin, nous avons trois ou quatre opportunités pour arracher la victoire... Nice a bien résisté, avec un bon milieu de terrain. Le résultat est logique.

René Marsiglia :

Il fallait se rassurer après notre prestation à Ajaccio. On a osé et on a mis Paris en danger même si nous avons eu un peu peur sur la fin.Dans notre situation, ce résultat devant une grande équipe parisienne constitue une immense satisfaction. Nous sommes fiers de ce que nous avons réussi à faire, de la débauche d'énergie collective et de l'état d'esprit développé pour enlever ce point.

Salvatore Sirigu :

C’est la première fois que je viens à Nice. Il y a une ambiance un peu chaude, c’est difficile de jouer ici. C’est pas un terrain normal, je pense.



Revue de presse

Face à de valeureux Niçois, le PSG n'a pu faire mieux qu'un match nul et vierge (0-0), dimanche au Stade du Ray, à l'occasion de la 23e journée de Ligue 1. A une semaine de recevoir son dauphin montpelliérain pour le choc au sommet du championnat de France, le club de la capitale, bousculé en entame avant de faire montre de solidité, reprend les commandes du classement avec une longueur d'avance sur la formation héraultaise.

Le PSG reste muet

Le déplacement n'était pas des plus faciles. Le PSG s'en est finalement sorti indemne et récupère sa place de leader pour un tout petit point en concédant le match nul 0 à 0 face à Nice, 19ème du classement. Tout au long de la rencontre, les Niçois auront, sinon bousculé, du moins gêné des Parisiens en manque d'allant, multipliant les passes ratées et sans grande inspiration. De leur côté, les Azuréens se sont montrés plus incisifs, dangereux et rapides en contre. Mais aussi peu réalistes que les visiteur. Les deux équipes se sépareront sur un score nul et vierge.

Le PSG cale à Nice