L'optimiste ne retiendra que le coaching gagnant de René Marsiglia avec l'entrée du buteur niçois Goncalvez, le réaliste sera inquiet de notre prestation et notera les nombreux absents, le pessismiste ne gardera en mémoire que la pauvreté du jeu niçois face à une équipe de bas de tableau. La vérité est sûrement un petit peu dans les trois!

Fiche technique

Stade François Coty, AC Ajaccio et OGC Nice 1 à 1 (mi-temps 0-0).

5.000 spectateurs

Arbitre : M. Malige

Buts :

Ajaccio: Eduardo (58è pen)

Nice : Gonçalves (86è)

Avertissement :

Nice : Gonçalves (75è)

Les équipes :


Ajaccio : Ochoa - Diawara, Maire, Bouhours, Medjani - André, Pierazzi (c), Sammaritano (Kinkela, 76è), Tibery, Mostefa - Eduardo (Socrier, 83è)

Nice : Ospina - Clerc, Civelli, Gomis, Monzon - Sablé (c), Anin, Abriel (Gonçalves, 71è) - Grandin (Meriem, 63è), Guie Guie, Mounier.

Résumé

L'AC Ajaccio n'est pas passé loin d'une cinquième victoire consécutive, mais l'OGC Nice, dominé d'un bout à l'autre de la partie, a arraché le nul (1-1) grâce à une grosse maladresse défensive des Corses, samedi soir au stade François Coty, lors de la 22e journée de Ligue 1.

Dans un match déterminant pour le maintien, les Corses ont été conquérants durant toute la partie, ne laissant que très peu d'initiatives à leurs adversaires. Ils conservent ainsi leur 15e place, avec trois points d'avance sur Nice, 18e avec 19 points, soit autant qu'Auxerre (19e) et Sochaux (20e) qui jouent dimanche.

En première période, et grâce à un jeu fluide, en première intention et passes courtes, les Corses ont fait souffrir une défense adverse souvent dépassée par les événements et ne devant son salut qu'à sa combativité. Cette domination restait néanmoins stérile malgré les tentatives d'Eduardo (24), André de la tête (34) ou Tiberi (38). La dernière passe faisant, le plus souvent, défaut du côté ajaccien.

En seconde période, les Corses se montraient toujours aussi fringants. Ils obtenaient logiquement un penalty, consécutif à une faute sur Sammaritano, et transformé par Eduardo (57).

Paradoxalement, Ajaccio reculaient ensuite et laissait l'initiative du jeu à des Niçois pas vraiment dans le coup, émoussés par les matches précédents, dont la demi-finale de Coupe de la Ligue perdue mercredi à Marseille (2-1).

Les Ajacciens croyaient tenir là leur 5e succès de rang en L1, mais Goncalves, entré en jeu, profitait d'une mésentente entre Diawara et Maire pour venir battre Ochoa de près (85) et mettre ainsi un coup d'arrêt à cette bonne série.

Réactions

Olivier Pantaloni (entraîneur d'Ajaccio) :

«J'estime que l'on a fait le match qu'il fallait face à un adversaire venu avant tout pour défendre. On a fait une très grosse entame de match et l'on a eu l'emprise sur la partie d'un bout à l'autre. On a peut-être pêché dans la dernière passe même si ce n'était pas évident face à des Niçois bien regroupés. On ne va taper sur personne ni reprocher quoi que ce soit. Chacun des joueurs a rempli son rôle et je n'ai rien à leur reprocher, ils ont fait le match qu'il fallait. On est sur la continuité de ce que l'on fait depuis quelques temps et c'est positif.»

René Marsiglia (entraîneur de Nice) :

«On revient de très loin dans ce match, de nulle part surtout en première période, la plus mauvaise depuis le début de la saison. Sans chercher des excuses à mes joueurs, c'est le sixième match que l'on fait en cinq semaines. Entre les blessés, ceux à la CAN et les suspendus, ce n'était pas évident. L'équipe ne calcule pas, mais après deux prolongations et des matches disputés jusqu'au bout, on a trouvé les ressources nécessaires pour égaliser, ce qui est positif. Ce point va nous faire du bien dans la tête.»

Revue de presse

Ajaccio a bêtement concédé le résultat nul à Nice (1-1), samedi, sur une grossière erreur défensive à sept minutes de la fin. La série d'invincibilité se poursuit pour les Corses mais la cinquième victoire consécutive était si proche...

Ajaccio sabote sa série

Dans leur duel de mal classés, Ajaccio et Nice n'ont pu se départager (1-1). Ajaccio a dominé la rencontre mais s'est fait surprendre sur une énorme erreur défensive en fin de rencontre.

Ajaccio et Nice s'en contenteront