Les aiglons ont réussi un de leurs matches les plus aboutis, notamment en première mi-temps et en début de seconde période. Après une expulsion sévère d'Eric Mouloungui, suite à un deuxième carton jaune, les niçois lachèrent prise dans les 19 dernières minutes mais sont revenus encore plus forts dans les derniers instants du match en égalisant. Score final : 4-4. Mérité!

Fiche technique

Stadium Lille Métropole, Lille-OGC Nice (2-3) 4-4

Arbitre : M. Piccirillo

Buts :

Lille : Chedjou (10e), Cole (27e), Hazard (77e), Balmont (88e)

Nice : Civelli (17e), Dja Djedje (35e, 45e+1), Clerc (90e+5)

Avertissements :

Lille : Rozehnal (42e)

Nice : Mouloungui (30e, 71e), Ospina (81e), Civelli (90e)

Expulsion :

Nice : Mouloungui (72e)

Les équipes :

Lille : Landreau - Debuchy, Basa (Rozehnal, 18e ), Chedjou, Béria (Bonnart, 46e) - Balmont, Mavuba (cap) – Payet (Obraniak, 60e), Cole, Hazard - Sow.
Entraîneur : Rudi Garcia

Nice : Ospina - Clerc, Civelli, Pejcinovic (Gomis, 53e), Mabiala – Digard (Sablé, 73e) - Coulibaly, Abriel, Hellebuyck, Dja Djedje (Mounier, 80e) - Mouloungui.
Entraîneur : René Marsiglia

Résumé (Sports.fr)

Difficile de parier sur un tel score ! Opposés mercredi soir au Stadium à l'occasion de cette 19e journée de Ligue 1, Lille et Nice, qui avaient des objectifs bien différents avant la trêve hivernale - obtenir le titre honorifique de champion d'automne pour le Losc, sortir de la zone rouge pour l'OGC Nice -, ont livré un spectacle haletant. Après avoir mené par deux fois au score lors de la première période, les Dogues pensaient avoir fait le plus dur en reprenant l'avantage à deux minutes du terme. Mais les Aiglons ont prouvé qu'ils avaient retrouvé du poil de la bête en cette fin d'année en arrachant de haute lutte un point (4-4), au grand dam du club nordiste, qui aurait pu reprendre, au moins provisoirement, la tête du classement.

D'habitude peu enclin à faire évoluer son schéma tactique, traditionnellement en 4-3-3, Rudi Garcia avait cette fois choisi d'aligner une formation avec quatre attaquants Cole, Hazard, Payet et Sow, soutenus par deux milieux récupérateurs Balmont et Mavuba. Une option plus offensive qui indiquait clairement la volonté du Losc de l'emporter. Car, s'ils sont invaincus depuis la deuxième journée, et leur seule défaite de la saison en championnat concédée face à Montpellier (0-1), les Dogues ont aussi cumulé huit matches nuls, pour neuf victoires. Pas question cette fois de partager les points à domicile avec une équipe qui lutte pour son maintien.

Une fin de match de folie

Le pari du technicien nordiste semble gagnant dès les premières minutes, car les Lillois mettent d'entrée la pression sur la défense niçoise. Si David Ospina parvient à stopper non sans mal une frappe à ras de terre de Moussa Sow, auteur d'un joli raid sur le côté droit (7e), le gardien colombien ne peut rien sur le tir puissant des 20 m d'Aurélien Chedjou, légèrement dévié par Larrys Mabiala et Renato Civelli avant de finir dans le but (1-0, 9e). Malgré une nette domination, le Losc n'est toutefois pas à l'abri. Pour preuve, sur un corner tiré par David Hellebuyck depuis le côté gauche, Civelli place sa tête au premier poteau et trouve la lucarne de Mickaël Landreau (1-1, 16e), inscrivant au passage son troisième but depuis le début du championnat. Dans la foulée, les Lillois encaissent un nouveau coup dur avec la sortie sur blessure de Marko Basa, vraisemblablement victime d'une fracture du nez et remplacé en défense centrale par David Rozehnal (18e).

Après quelques minutes de flottement, les Dogues repartent à l'assaut du but adverse et si Ospina se couche parfaitement sur une reprise en demi-volée des 20 mètres de Dimitri Payet (25e), il ne peut rien sur le tir à ras de terre puissant de Joe Cole expédié de l'entrée de la surface côté droit (2-1, 27e). Mais l'OGC Nice, revigoré par son succès de samedi dernier face à Valenciennes (2-0), prouve qu'il a retrouvé du caractère en cette fin d'année. Eric Mouloungui réalise un festival côté droit et centre au premier poteau pour Franck Dja Djeje qui coupe la trajectoire pour surprendre Landreau (2-2, 35e). De nouveau rejoints au score, les hommes de Rudi Garcia accusent le coup et encaissent même un troisième but avant le repos. Depuis le poteau de corner côté droit, Mouloungui, décidément très en jambes, mystifie Chedjou, pénètre dans la surface et frappe. Landreau repousse mais sur Dja Djeje, de nouveau présent aux avant-postes pour pousser le cuir au fond des filets (2-3, 45e).

Piqués au vif, les champions de France en titre réagissent au retour des vestiaires et multiplient les occasions. Les Aiglons tiennent le choc et la tension monte d'un cran avec plusieurs fautes grossières de part et d'autre, jusqu'à ce que Mouloungui, impeccable jusque-là, n'écope d'un second avertissement pour une faute par derrière sur Rio Mavuba. En supériorité numérique, le Losc parvient à arracher l'égalisation grâce à un tir en pivot dans la surface d'Eden Hazard, qui profite du bel échange entre Sow et Obraniak (3-3, 77e). Le Stadium chavire même de bonheur lorsque Florent Balmont crucifie Ospina d'une superbe frappe enroulée dans la lucarne (4-3, 88e). Mais il semblait être écrit que les niçois ne lâcheraient rien dans cette rencontre et sur un ultime corner, François Clerc profite d'un cafouillage dans la surface pour égaliser de nouveau (4-4, 93e). Lille, toujours troisième, pouvait s'en vouloir d'avoir laissé échapper deux points qui lui tendaient les bras. De leur côté, les Azuréens, sortis in extremis de la zone rouge, pouvaient fêter ce point chèrement acquis comme une victoire.

Réactions

René Marsiglia :

«On est passé par tous les états. Je suis partagé entre deux sentiments, on est revenu à dix contre onze, en allant chercher quelque chose. On s'est sorti d'une mauvaise affaire. Mais on est aussi passé à côté de quelque chose de très grand, qui nous aurait récompensés sur cette première moitié de Championnat. Eric Mouloungui se fait expulser, on perd un défenseur sur blessure. C'est presque une double peine, on se retrouve à dix et en plus c'était le joueur qui faisait le plus de mal au Losc. On est pénalisé. Il a fait deux fautes, il a pris deux cartons, c'est un attaquant, il ne maîtrise pas son geste. Tout ça est quand même très dommage.»

Rudi Garcia :

Un sentiment de gâchis. J'aurais aimé qu'on fasse une autre première période. On a fait un match amical en première période. Entre l'investissement défensif de l'équipe et l'implication dans les duels à Paris et aujourd'hui, c'est le jour et la nuit. On savait que ce serait compliqué. Nice est relégable, ils défendent leur peau. Nous, on n'a joué qu'une période.

Mathieu Debuchy (défenseur de Lille) :

«S'il y avait eu dix corners, on prenait dix buts aujourd'hui. On n'a pas été bon, c'est là-dessus qu'on perd le match (sic). C'est rageant, car on fait une bonne deuxième période. On a le mérite de revenir et de se battre. On s'est relâché après le quatrième but, c'est clair. Ce n'est pas faute de l'avoir dit avant la rencontre, pourtant. On a raté la première période. C'est dommage de terminer sur une fausse note mais on a quand même fait une excellente année.»

Florent Balmont (milieu de terrain de Lille) :

«Après avoir marqué le quatrième but, on se met en danger. On prend des buts sur coups de pied arrêtés. Mon but est beau, je n'en marque pas souvent, ça aurait été bien qu'on l'emporte ensuite. On est déçu, car on était costaud depuis le début de saison. On va travailler là-dessus, mais il ne faut pas tout jeter non plus. On va partir en vacances pour se reposer. On est dans la continuité de ce qu'on a fait la saison dernière.»

François Clerc :

« On a souffert face à une grande équipe. Ca aurait été dur de perdre avec le scénario de ce match. Au final on prend un point en encaissant quatre buts, c'est assez incroyable. Cette saison nous avons fait de bons matchs en deplacement mais à la fin rien ne nous souriait. Ce nul nous permettra de passer Noël au chaud ! »

Eden Hazard :

« On n'en a pas mené large en première mi-temps. Nice menait à la pause. On revient et on prend l'avantage avec deux beaux buts. Forcément nous sommes déçus de nous faire rejoindre mais sur l'ensemble du match ce n'est pas illogique. Je pense que le public s'est régalé. On ne sera pas champion d'automne mais ce n'était pas l'objectif. »

Revue de presse

Incroyable scénario ce mercredi soir au Stadium Nord ! Menés et réduits à dix, les Niçois sont parvenus, au courage, à égaliser dans les toutes dernières secondes (4-4). Lille perd deux points précieux dans la course au titre.

Fou, fou, fou

Grand favori de ce match des extrêmes, Lille s'est fait une énorme peur face à des Niçois ayant souvent fait la course en tête. Une partie dingue qui a vu finalement Nice, mené en fin de match, arracher un point.

A l'issue d'un match fou

Lille a été accroché par Nice mercredi au terme d'un match spectaculaire (4-4) sur sa pelouse, trahi par une défense qui était pourtant la meilleure du championnat avant cette rencontre, et ratant une occasion en or de se rapprocher de la tête du classement.

Les Nordistes restent donc troisièmes à l'issue de la 19e journée de Ligue 1. Pour les Niçois en revanche, c'est une belle opération qui leur permet de passer la trêve juste au dessus de la zone de relégation (17e).

Rudi Garcia avait aligné une formation offensive, avec Payet en soutien de l'habituel trio Hazard-Cole-Sow.

Lille rate une occasion en or

Troisième de Ligue 1 avant cette ultime journée de la phase aller, le Losc comptait sur la réception de Nice mercredi pour se replacer idéalement dans la course au titre avant la trêve hivernale. S'ils ont réussi à mener par trois fois au score, les Dogues ont toutefois dû se contenter du partage des points à l'issue d'un match fou (4-4). Alors qu'ils étaient en infériorité numérique, les Aiglons ont en effet arraché l'égalisation dans les arrêts de jeu.

Pluie de buts