Les aiglons ont pu jauger leur niveau ce soir. Il n'y a malheureusement pas grande chose à garder. La première mi-temps de Meriem? Les percées qui ne servent à rien de Mouloungui, tellement le joueur reste imprécis dans la finition? On notera aussi le manque de sérénité d'Ospina (dans la lignée de la fin de saison dernière). Que dire de notre milieu inexistant (même Digard fût moyen)? Mounier et ses talonnades ratées (heureusement, il marque!) Un ensemble à revoir à commencer par la défense puis le milieu et enfin l'attaque... Il y a du boulot!

Fiche technique

Stade du Ray, Olympique Lyonnais bat OGC Nice 3 à 1 (mi-temps 2-1)

14.445 spectateurs

Arbitre :
M. Lannoy

Buts :

Nice :Mounier (5è)

Lyon : Lisandro (10è), Gomis (32è), Gonalons (73è)

Avertissements :

Nice : Meriem, Diakité (84è)

Lyon : Cris (58è)

Les équipes


Nice : Ospina - Clerc (Gomis, 48è), Mabiala, Pejcinovic, Monzon - Digard (c), Sablé (Diakité, 74è), Hellebuyck (Poté, 60è) - Meriem, Mouloungui, Mounier

Lyon : Lloris - Reveillère, Cris (c), Lovren, Cissokho - Briand (Pied, 85è), Gonalons, Källström, Bastos - Lisandro, Gomis (Belfodil, 76è)

Résumé (AFP)

Les Lyonnais de Rémi Garde ont entamé le nouveau championnat de la meilleure manière en surclassant (3-1) samedi soir, au stade du Ray, des Niçois qui auront payé au prix fort leurs erreurs défensives.

Grâce à ce succès d'entrée, l'OL prend d'ores et déjà la tête de la Ligue 1, partagée avec Montpellier. L'entraîneur Rémi Garde a pour sa part débuté sa promotion sur le banc des pros par un résultat de bon augure avant la délicate confrontation de son équipe face aux Russes de Rubin Kazan (16 août), en barrage de la C1.

Comme lors de ses matches amicaux, l'OL laborieux, voire en souffrance dans l'entame de la rencontre, est monté en puissance devant un adversaire trop vite à court de carburant.

Après dix premières minutes dominées par des Niçois tout feu tout flamme (6 corners en 13 minutes), deux hésitations du gardien de but international colombien David Ospina aidaient les Gones à se relever.

Une sortie hasardeuse devant Lisandro Lopez, lancé dans la profondeur par Reveillère, permettait à l'attaquant brésilien (11) d'effacer au tableau d'affichage l'avantage forgé de la tête par Mounier sur un corner de Mériem (6).

En force et de près, à la reprise d'un corner, Gomis donnait ensuite l'avantage aux Rhodaniens (33).

Les Azuréens, prometteurs et ambitieux durant le premier quart d'heure, plongeaient physiquement et subissaient l'ascendant adverse dans l'entre-jeu. Sur un nouveau corner, Lyon était même à deux doigts de prendre le large, mais la reprise de la tête de Cris échouait sur le poteau (39). Ce n'était que partie remise...

Après la pause, la formation niçoise où Clerc, apparemment blessé, laissait rapidement la place à Kevin Gomis, tentait de redresser sporadiquement la tête. Principalement par Mouloungui, épaulé à l'heure de jeu par Poté, entré à la place du milieu Hellebuyck. L'international gabonais payait cependant ses appels de balle incessants dans un duel perdu devant Cris (79), peu après avoir obligé Lloris à s'envoler (67).

Après le jet de quelques projectiles sur Bastos (72), le jeune Gonalons prolongeait un coup franc de Källström (74), inscrivant le deuxième but de sa jeune carrière en L1.

A l'image du chantier de son futur grand stade ouvert récemment, Nice a du travail pour consolider ses bases et se renforcer offensivement.

Réactions

Eric Roy :

"Après notre entame de jeu, c'était difficile d'être menés 2-1. Les Lyonnais ont été plus réalistes dans les deux zones de vérité. Nous avons pourtant eu des occasions énormes et beaucoup de séquences favorables. Je ne suis cependant pas inquiet. Il y a des indices qui me font penser qu'avec le retour de joueurs blessés, suspendus ou non qualifiés, l'arrivée d'un ou deux renforts, nous allons progresser."

Rémi Garde :

"Le contexte pouvait être difficile mais on est bien revenu dans le match. Nice a beaucoup d'occasions avec des corners mais la maitrise collective de mon équipe a pris le dessus. Une équipe qui essaye de produire du jeu doit prendre des risques et parfois faire des erreurs. On a essayé de bien faire circuler le ballon. On espérait démarrer de cette manière, on a travaillé pour. On ne va pas s'enflammer car le mois d'aout est difficile. Ça crédibilise le travail estival des joueurs, c'est pour eux !"

Revue de presse

Pour beaucoup de spécialistes, Lyon est le grand favori de cette saison de L1. Et les Lyonnais, en s'imposant à Nice après avoir été pourtant menés d'entrée, ont confirmé qu'il faudrait compter sur eux

Lyon annonce la couleur

Et si la nouvelle politique de l'Olympique Lyonnais, qui n'a toujours pas recruté le moindre joueur, était la bonne pour se relancer... Il est bien sûr trop tôt pour présager de l'avenir mais le club du président Aulas a commencé le nouvel exercice par une victoire samedi soir à Nice (3-1).

Lyon part au sprint