Nice se rassure et rassure ses supporters. Les aiglons ont renoué avec la victoire en battant Arles-Avignon par 3 buts à 2. Le Gym n'est plus qu'à un ou deux points du maintien et il reste trois matches. L'essentiel, ce soir, est fait!

Fiche technique

Stade du Ray, OGC Nice bat Arles Avignon 3 à 2 (1-1)

7.526 spectateurs

Arbitre :
M. Gautier

Buts :

Nice : Ljuboja (31è, 77è), Clerc (55è)

Arles-Avignon : Cabella (39è), Diawara (93è)

Avertissements :

Nice : Civelli (15è)

Arles-Avignon : Rocchi (55è)

Les équipes :

Nice : Ospina - Coulibaly, Civelli (c), Pejcinovic, Clerc - Digard, Diakité, Hellebuyck (Palun, 65è), Ben Saada - Ljuboja, Mouloungui (Bamogo, 88è)

Arles Avignon : Merville - Soro (Rocchi, 43è), Pavon, Lorenzi, Fanchone - Ayasse (c ; Kermorgant, 71è), Aït Ben Idir, Ghilas, Cabella (Diawara, 71è) - Dja Djédjé, N'Diaye

Résumé

Nice prend les points qu’il faut par Sport24

Pour le Gym, les trois points étaient obligatoires face à Arles-Avignon, et ils les ont pris grâce à une outrageuse domination, quoique pas totalement sereine (3-2). Avant un déplacement décisif à Nancy, Nice se donne de l’air, avec 4 points d’avance sur les Lorrains, premiers relégables.

Nice a fait le boulot. En prenant les trois points face au dernier du classement, le Gym se donne un peu d’air dans leur lutte pour le maintien. Malgré la pression d’un résultat obligatoire, les Azuréens faisaient ce qu’il fallait pour prendre les trois points dès l’entame du match. Sans être brillants, ils travaillaient bien la défense arlésienne dans la profondeur sans parvenir à convertir. Merville claquait deux superbes frappes de Ljuboja (8e, 28e) alors que Mouloungui ne cadrait pas après deux actions bien construites (18e, 25e). Ljuboja, muet depuis décembre, allait finir par trouver la faille de la tête sur un bon centre de Clerc. Le but est accordé malgré un hors-jeu assez évident (1-0, 31e). Au lieu d’enfoncer le clou, les Azuréens préféraient relâcher la pression qu’ils exerçaient. Tant pis pour eux, tant mieux pour Cabella, qui marquait son deuxième but d’une frappe détournée (1-1, 39e), le tout sur la seule occasion de l’ACA. Les Niçois devaient tout recommencer lors du second acte.

Etonnamment, les Arlésiens possédaient le ballon en début de seconde période, le confisquant à des Niçois fébriles. C’est au moment où on s’y attendait le moins qu’ils marquaient leur deuxième but, Clerc profitant d’une frappe mal renvoyée par Merville pour marquer de près (2-1, 55e). Même s’ils n’étaient pas en confiance derrière, les Niçois se projetaient vers l’avant pour en mettre un troisième. Mais ni Mouloungui (61e), ni Hellebuyck, repris in extremis par Pavon (62e), n’y parviendront. Ljuboja, lui, ne se faisait pas prier pour signer un doublé. Bien servi par Ben Saada dans la profondeur, le Serbe trompe Merville d’une belle frappe dans un angle fermé (3-1, 76e). La superbe frappe pleine lucarne de Diawara ne changeait rien (3-2, 90e+3), les Niçois prenaient trois points vitaux dans leur course au maintien. Pour Arles, ça sent la pluie de records négatifs en fin de saison…

Revue de presse

Logiquement victorieux d'Arles-Avignon, Nice s'éloigne de la zone rouge et abordera en position de force le prochain déplacement à Nancy. Le maintien n'est plus très loin pour les coéquipiers de Ljuboja

Nice respire un bon coup

Réactions

Eric Roy :

"L'essentiel a été fait dans ce match, celui de la peur et de l'obligation de battre un adversaire serein. Mais il y a des choses à redire sur le contenu et la maîtrise de notre prestation. Une fois encore, sans concéder d'occasions, on prend des buts. C'est terrible. Heureusement, nous en avons marqué trois. C'est tout de même un pas de plus vers le maintien. Mais rien n'est encore acquis".

Interviews vidéo de Danjiel Ljuboja, FrançoisClerc et Eric Roy

Faruk Hadzibegic :

« Cela fait mal au coeur de perdre, à la longue. C'est regrettable de ne jamais être récompensé. Je félicite mes joueurs pour leur application. La blessure de Soro a déréglé notre défense. Sur le plan du jeu c'est notre meilleur match à l'extérieur. Je ne conteste pas la victoire de Nice et je les félicite. Ils ont souffert, mais je leur souhaite de rester en Ligue 1 car c'est une ville qui respire le foot. De notre côté, on va essayer de finir la tête haute ce championnat »