Les aiglons n'ont pas eu envie ce soir, comme si le maintien était acquis. Ils nous ont fait presque honte (aucune volonté, aucun esprit combatif à l'exception de Didier Digard et David Hellebuyck). On a compris ce soir aussi que Ben Saada ne servait à rien... Ah il peut demander plus de temps de jeu... Que dire de Bamogo ? Qu'il est meilleur que Bagayoko (sic)... On pourrait faire le tour de tous les joueurs à l'exception des deux pré-cités... Quoiqu'il en soit même 25 euros c'est trop cher pour voir des brèles pareilles... On n'est pas sorti de l'auberge.

Fiche technique

NICE - CAEN : 0-4 (0-2).

7 895 spectateurs.

Arbitre : S. Ennjimi.

Buts :

Caen : Hamouma (34', 89'), Mollo (45'+1), El-Arabi (90'+1).

Avertissements :

Nice : Civelli (37'), Pejcinovic (76').

Caen : Niang (32'), Seube (49').

Exclusion :

Nice : Civelli (45+1, 2e avertissement).

Les équipes :

NICE : Ospina - D. Diakite, Civelli (cap), Pejcinovic, Clerc - Digard - Bamogo (Ljuboja, 46'), K. Coulibaly (Palun, 77'), Ab. Traoré, Ben Saada (Hellebuyck, 73') - Mouloungui. Entraîneur : Eric Roy.

CAEN : Thébaux - Sorbon, Leca, Heurtaux, Raineau - Seube (cap) - Hamouma, Nivet (Moulin, 83'), El-Arabi, Mollo (Marcq, 61') - Niang (K. Traoré, 77'). Entraîneur : Franck Dumas.

Résumé

Caen est sorti de la zone de relégation en infligeant dimanche à l'OGC Nice, réduit à dix pendant une mi-temps, sans tonus ni idée, sa plus sévère défaite (4-0) de la saison au Ray, lors de la 33e journée de Ligue 1.

Les Normands qui passent en tête d'un peloton de sept candidats au maintien en trois petits points, ont soigné leur différence de but avec le doublé de Hamouma et les buts de Mollo et El-Arabi (17e de la saison) sans aucune contre-partie.

Il fallait remonter à septembre pour voir Caen garder sa cage inviolée en déplacement. Du tout bon donc pour le Stade Malherbe à quelques jours de disputer un autre match à six points face à Lens. Pour les Niçois, en revanche, cette défaite assortie de la suspension automatique de Civelli pour le déplacement à Brest compliquera le maintien.

Avec le toupet d'un Mbaye Niang, jeune attaquant de 16 ans titularisé pour la première fois en championnat après une apparition de quelques minutes face au TFC (1-1), Caen est entré dans la rencontre avec la fringale d'un coureur de maintien.

Bougé dans les duels et dans les contacts, Nice a subi pratiquement toute la première période, concédant au passage trois corners dans les deux premières minutes.

Logiquement, les Normands ont pris une option sur une victoire précieuse avec l'ouverture du score sur une frappe du gauche de Hamouma (34) dans une défense un peu passive peu après la demi-heure. Puis dans le temps additionnel, ils l'ont confirmée avec le superbe coup franc de Mollo (45+1) dans la lucarne opposée, suite à une faute à l'entrée de la surface de Civelli en position de dernier défenseur sur le milieu de terrain caennais.

Menés 2-0 au terme de l'une de leurs mi-temps les plus inodores et incolores de la saison et réduits à dix suite à l'expulsion de leur défenseur central argentin et capitaine, les Niçois sont sortis de leur torpeur un peu tard pour s'épargner un coup d'arrêt inopportun à domicile.

Le bon coup franc enroulé de Ljuboja, entré à la place de Bamogo à la pause, a trouvé un Thébaux aussi solide sur ses appuis que sa défense (50). Celle-ci a contenu la réaction azuréenne avant que les débats ne se rééquilibrent à l'heure de jeu.

Après une parade à l'horizontale d'Ospina devant El-Arabi (73), le gardien international colombien de Nice et ses partenaires, à bout de souffle, ont implosé concédant deux buts à Hamouma (89) et El-Arabi (90+1) sous les huées des supporters azuréens réclamant la démission du président.

Revue de presse

Malherbe, en déplacement à Nice, n'a pas fait de détails en s'imposant très nettement sur la Côte d'Azur (0-4), grâce à des contres assassins. Les Normands sortent de la zone rouge et rejoignent leur victime au classement.

Caen cartonne à Nice

Après un match complètement raté de la part des Niçois, les Caennais se relancent dans la course au maintien. Ils ont profité des largesses défensives de leur adversaire pour s'imposer largement.

Caen enfonce Nice

Réactions

Didier Digard :

On s'était dit beaucoup de choses sur l'entame du match à effectuer. Mais on n'a rien fait. L'entraîneur a raison de dire qu'on a bafoué les fondamentaux. On peut avoir des regrets sur le match de Marseille mais ce soir on ne mérite rien. En déclarant forfait ça aurait même été moins pire pour le goal-average, s'est lamenté le milieu de terrain niçois, cité par le site officiel du club. C'est nettement insuffisant. On va se retrouver à lutter jusqu'au bout alors que nous aurions pu être tranquille dès ce soir. Il faut relever la tête, on ne peut pas faire pire. Je ne pense pas qu'il soit nécessaire de faire de réunion de crise, si quelqu'un aujourd'hui ne comprend pas la gravité de la situation, c'est à désespérer".

Yohan Mollo (milieu de Caen) :

«Un match couperet car le rendez-vous de l'espoir pour nous. Celui de sortir de la zone des relégables. Psychologiquement, nous avons bien abordé ce rendez-vous que nous avons conclu sur un beau score. L'expulsion de Civelli nous a donné de l'air et nous avons posé le jeu. Il y a eu beaucoup de mouvements, des décalages trouvés même si j'ai parfois mal terminé le boulot. Cette saison, je me suis rendu compte que j'étais à l'aise sur les coups de pied arrêtés. Je les travaille beaucoup à l'entraînement. Je suis un éternel insatisfait et je veux progresser dans tous les domaines.»

Eric Roy :

«Plus qu'un coup sur la tête, c'est une grande désillusion. J'ai même du mal à trouver les mots justes. On n'a pas le droit de faire un tel match dans un rendez-vous du maintien. On avait mis l'accent sur l'importance de l'entame. En guise de quoi, pas d'envie, pas de rythme. On a bafoué nos valeurs. Sans elles, on est très moyen. Il nous a manqué beaucoup de choses. Pourtant au départ, c'était plus un match de la peur pour Caen que pour nous. Pour nous, c'était l'opportunité de regarder vers le haut, de faire parler de nous en bien, de chercher à faire mieux que nos 44 points de l'an passé. Ce sera plus compliqué désormais. Le maintien se jouera sur tous les matches. Et tous seront difficiles.»

Franck Dumas :

« C'est une belle opération, mais surtout une obligation pour recoller au classement et se sentir à nouveau concerné par le maintien, a expliqué l'entraîneur caennais à l'issue de la rencontre. Je suis ravi du comportement de mes joueurs. J'avais prévenu mes joueurs que ça allait être dur dans le premier quart d'heure. Les joueurs ont fait ce qu'il fallait dans cette période et ensuite se sont rendus le match facile avec une grande lucidité dans leurs gestes. Je sais ce qu'Eric Roy et Nice vivent, on est dans le même bateau. Même si nous sommes concurrents, je leur souhaite bon courage. Nous, nous ne sommes pas surpris de la difficulté de la tâche du maintien, car nous étions conditionnés pour ça. On a fait un bon match mais il ne faut pas se croire arrivé, si nous en sommes là au classement c'est que nous ne sommes pas capables de répéter ce genre de performances à chaque sortie. »