Les niçois sont passés au révélateur marseillais et une conclusion est tombée : notre défense est vraiment le point faible du Gym. Pour le reste, Marseille etait bien l'équipe la plus forte hier soir et sûrement la plus réaliste.







 

Fiche technique

 

Stade Vélodrome, Marseille bat Nice 4-1 (1-0)

Spectateurs 49.016

Arbitre : Lionel Jaffredo

Temps : doux

Pelouse : médiocre

Eclairage : satisfaisant

 

Buts

Marseille: Koné (42e), Mbia (52e), Valbuena (69e), Diawara (74e)

 

Avertissements

Nice: Mounier (36e), Coulibaly (65e), Apam (71e)

 

Les équipes

Marseille : Mandanda - Bonnart (c), Diawara, Mbia, Heinze – Cissé, Lucho, Kaboré – Valbuena, Brandao, Koné (Niang)

Nice : Ospina - Coulibaly, Apam (c), Civelli, Gace - Digard (Sablé), Faé, Hellebuyck (Echouafni), Ben Saada - Mounier (Mouloungui), Bagayoko

 

 

Résumé

 

En battant Nice (4-1), Marseille reprend la tête du championnat de L1, malgré la victoire d'Auxerre à Nancy.

Didier Deschamps avait annoncé la couleur, c'est un OM assez remanié, sans Niang, Ben arfa et Benoit Cheyrou qui a débuté la rencontre dimanche soir au stade vélodrome. Côté Niçois, seul Loïc Rémy manquait à l'appel.

Au coup d'envoi, l'OM n'était plus leader, Auxerre devançant les Marseillais d'un point après sa victoire au Mans dans l'après midi (0-1).

Usant des frappes lointaines, arme fatale contre des blocs défensifs compacts, les Marseillais se créaient une première occasion sur un tir de 20 mètres de Mathieu Valbuena que David Ospina détournait en corner dès la 3e minute. Puis Lucho, tentait sa chance de 25 mètres et frôlait le montant gauche du gardien niçois à la 13e minute.

Et à la 20 minute, après un excellent travail du capitaine Laurent Bonnart, David Ospina s'interposait sur une frappe puissante de Baky Koné.

Pour autant la rencontre ne se résumait pas à une attaque défense et les hommes d'Eric Roy tentaient leur chance en contre. A la 27e minute, Mamadou Bagayoko, fut même tout près d'ouvrir le score en résistant au retour de Souleymane Diawara, mais sa frappe à ras de terre était trop croisée.

La délivrance marseillaise allait arriver juste avant la pause, sur une ouverture de Lucho, Apam se "trouait", permettant à Koné de filer au but.

Les Marseillais allaient doubler la mise à la 52e minute. Stéphane Mbia reprenait de la tête un corner tiré par Lucho sur lequel Ospina s'inclinait pour la deuxième fois de la soirée.

Didier deschamps perdait Baky Koné à la 65e minute, blessé sur une grosse faute de Kafoumba Coulibaly, remplacé par Mamadou Niang. Le meilleur buteur du championnat se transformait alors en passeur décisif, après une splendide ouverture de Lucho et offrait à Mathieu Valbuena le troisième but de la soirée.

Mais le festival n'était pas terminé, puisque l'OM s'offrait un quatrième but, sur un nouveau corner de Lucho marqué de la tête par Souleymane Diawara, à la 74e minute.

Le Vélodrome lançait alors sa première "Ola" de la saison, comme pour symboliser l'installation de son équipe sur des sommets si longtemps espérés.

Marseille continuait à exercer sa pression sur la défense niçoise notamment par Hatem Ben Arfa et Benoit Cheyrou, eux aussi rentrés en fin de rencontre sans doute pour profiter de l'ambiance.

Dans les arrêts de jeux, Nice parvenait à sauver l'honneur sur une frappe d'Emmerse Fae.

Avec cette victoire, l'OM reprenait la première place du classement avec deux points d'avance sur Auxerre et trois sur Lyon.

La deuxième période fait oublier au public du Vélodrome le triste spectacle du premier acte. Si Nice comptait montrer autre chose après la pause, les nouvelles intentions azuréennes sont vite refroidies par cette tête de Mbia, sur un corner, au fond des filets d'Ospina (2-0, 52e). Incapables de mettre du rythme dans leur jeu, les Niçois craquent après l'heure de jeu, Valbuena (70e) puis Diawara (74e) portant le score à 4-0. La réduction du score par Bagayoko ? Juste un détail. L'OM a maîtrisé en leader.

 

 

Réactions

 

Eric Roy :

"Nous avons manqué d'audace. En y croyant un peu plus, on aurait pu mieux faire. Nous savions que nous allions avoir notre chance, mais nous n'avons pas su la saisir lorsqu'elle s'est présentée. Le second but, sur coup de pied arrêté, une qualité marseillaise dont nous étions pourtant avertis, a fait la différence. Je pense que Marseille est en ballottage favorable pour le titre. Pour notre part, nous ne sommes pas dans le ventre mou, nous sommes encore loin d'être sauvés à mes yeux. Avec les joueurs, nous nous sommes fixés un nombre de points à atteindre. On pensait en prendre un voire trois ce soir. Il faudra les récupérer lors du prochain match contre Lens ".

 

Mathieu Valbuena :

"Je suis en confiance, le coach me fait confiance. Le collectif est bien aussi en ce moment. On a soif de victoires, ça fait du bien, on est en confiance, on produit du jeu. J'espère que cela va continuer."

 

Didier Deschamps :

"Avec un peu plus de simplicité, on aurait pu éviter de prendre ce but, mais ce qui a été fait avant a été très bon. On a été là dans la qualité et dans l'esprit face à une équipe qui n'est pas facile à jouer. C'est une belle performance d'avoir marqué quatre buts ce soir. On a passé une étape, il en reste encore sept. C'est bien d'avoir gagné ce soir, mais dans trois jours, on est à nouveau sur le pont à Sochaux, il faut continuer comme ça. Le seul point noir de la soirée est d'avoir perdu Baky Koné sur un geste dangereux."

 

 

Revue de presse

 

Face à un faible OGC Nice, l'OM a su jouer avec sérieux pour prendre la mesure de son adversaire et s'imposer facilement, avec quatre buts inscrits. Les hommes de Deschamps s'accrochent à leur place de leader.

Rien n'arrête l'OM par Football 365

 

Large vainqueur au Vélodrome face à Nice (4-1), Marseille a conservé son fauteuil de leader à l'issue de la 32e journée. Les Phocéens comptent désormais deux points d'avance sur leur nouveau dauphin, Auxerre. Après les faux-pas de Lyon et Bordeaux, l'OM est le grand gagnant du week-end.

La patron c'est l'OM par Eurosport

 

Un jeu précis à une touche de balle, du mouvement et la sensation d'une grande sérénité : c'est l'impression donnée dès l'entame, dimanche soir, par unOM pas complexé du tout de sa position de leader. Deschamps avait laissé surle banc Cheyrou et Ben Arfa, préférant aligner Kaboré et Koné. Ce dernier avait très envie de s'exprimer, vu l'énergie déployée tout au long des quarante-cinq premières minutes.

L'OM a l'étoffe d'un leader par Metro

 

Dépassés par les Auxerrois deux heures avant le coup d'envoi de cet OM-Nice, les Marseillais, en s'imposant largement dans le derby du Sud, ont repris leur place de leader.

L'OM fait le plein à la maison par Om.net