Une victoire pas facile mais logique face à des niçois toujours aussi peu efficace devant les buts... Un point à améliorer pour l'an prochain.

Fiche technique

 

A Bordeaux (Stade Jacques Chaban-Delmas): Bordeaux bat Nice 2 à 1 (1-1)

 

Terrain: bon

 

Temps: frais

 

Eclairage: bon

 

Spectateurs: 25.054

 

Arbitre: P. Malige

 

Buts:

 

Bordeaux: Chamakh (19), Henrique (48)

 

Nice: Bamogo (24 s.p.)

 

Avertissements:

 

Bordeaux: A. Diarra (22)

 

Nice: Rool (9), Hognon (90+2)

 

Les équipes:

 

Bordeaux: Ramé (cap) - Chalmé, Henrique, S. Diawara, Tremoulinas - A. Diarra, Jussiê (Ducasse 78) - Gourcuff, Wendel (A. Traoré 85), Chamakh - Bellion (Gouffran 58)

 

Entraîneur: Laurent Blanc

 

Nice: Ospina - Apam, Hognon, Kanté, Rool - Faé (Sablé 73), Echouafni (cap), Hellebuyck - Bamogo (Adeilson 66), Mah. Traoré (Ben Sâada 66) - Rémy

 

Entraîneur: Frédéric Antonetti

 

Résumé

 

Bordeaux revoit la lumière par Sport 24.com

 

 

Malgré encore quelques tâtonnements défensifs, Bordeaux s’est relevé de sa large défaite subie à Toulouse en dominant Nice (2-1). Les Girondins retrouvent provisoirement le podium.

 

Une réaction. C’était le minimum attendu du côté de Bordeaux après une prestation catastrophique à Toulouse (3-0) et plus généralement des dernières semaines usantes aussi bien physiquement que mentalement. Pour rester dans le peloton de tête, la victoire semblait obligatoire face à des Niçois muets depuis trois rencontres.

Un Bordeaux à deux facettes

 

Le désir de rachat n’était pas démenti dans un début de match attaqué tambour battant par les Girondins. D’une demi-volée, Gourcuff aurait pu signer un nouveau but magique si Kanté n’avait pas été sur la trajectoire (4e). La bonne nouvelle côté bordelais était que son maître à jouer, sur les rotules ces derniers temps, à l’image de son équipe, avait retrouvé ses jambes et obligeait Ospina à un grand arrêt (11e). Mais a contrario de ce début de renouveau girondin, l’arrière-garde se montrait d’une grande fébrilité. Par deux fois, Rémy exploitait mal deux situations où il aurait pu se présenter seul face à Ramé (6e, 12e). Ce dernier n’était d’ailleurs pas exempt de maladresse, fauchant Faé dans la surface après avoir relâché un centre anodin. Bamogo transformait la sentence pour l’égalisation niçoise (1-1, 24e) car juste avant, Chamakh avait profité d’une mauvaise remontée de la défense sudiste pour fusiller Ospina (1-0, 19e). Une joie de courte durée donc pour des Aquitains moins en verve en fin de période malgré deux arrêts encore d’Ospina devant Diarra (30e) et Jussiê (34e) pour conclure 45 premières minutes très vivantes.

 

Les Girondins tiennent

 

Le rythme ne retombait pas à la reprise avec, comme pour le début de match, une meilleure entame bordelaise. Et sur un bon centre de Wendel, Henrique ajustait une magnifique tête décroisée qui redonnait l’avantage à Bordeaux (2-1, 49e). La mission, cette fois-ci, consistait à ne pas relancer les Aiglons et, si possible, donner plus de consistance à cette avance. La première contenait toujours des ratés avec un face-à-face manqué par Rémy (59e). Quant à marquer un troisième but, passé le temps de l’euphorie, les hommes de Laurent Blanc s’appliquaient plutôt à leur première tâche même si Chamakh, de la tête, passait tout près de faire le break à 20 minutes de la fin (69e). Cela aurait pu être le tournant si Rémy (70e), pour aller au but, et Hognon (71e), devant la cage, avaient réussi leur contrôle. Car, finalement, la menace niçoise s’éloignait au fil des minutes, hormis quelques coups de pied arrêtés amenés par Ben Saada (76e, 88e). Bordeaux tenait sa victoire et, en plus du sourire, retrouve même provisoirement le podium.

 

Revue de presse

 

Décidément, il est dit que le stade Chaban-Delmas ne réussit pas aux Niçois. Sans victoire depuis la saison 77/78 (5-3 !), le Gym n'a plus goûté au doux parfum du succès en terre girondine. La stat va durer encore un an de plus après la défaite de l'OGCN hier soir.

Nice n'a pas démérité par Nice Matin

 

Après la claque reçue face au Téfécé, les Girondins ont rectifié le tir en disposant de Nice. La manière n'a pas forcément été au rendez-vous. Mais les hommes de Laurent Blanc prennent provisoirement la 3eme place du classement. Et c'est bien là l'essentiel.

Bordaux assure l'essentiel par Football 365

 

Bordeaux, plus offensif et volontaire, s'est imposé (2-1) à Nice, samedi, et réalise l'une des bonnes opérations de la 28e journée de Ligue 1 en réintégrant temporairement le podium derrière Lyon et le Paris SG.

 

Bordeaux, plus offensif et présent, se refait une santé par Espn

 

Réactions

 

Laurent Blanc (entraîneur de Bordeaux):

"Comme toutes les victoires, elle fait du bien, mais celle là encore plus, car on en avait besoin après le match très délicat à Toulouse. Ce soir, les joueurs ont fourni une belle réponse. Le match a été de qualité, notamment en première mi-temps, que ce soit Bordeaux ou Nice. On l'a gagné, on est heureux, et je dois dire un merci au public que j'ai bien aimé. Après le non match que l'on a fait à Toulouse, eux (les spectateurs) aussi ont été très bons. Outre le fait qu'on a marqué deux buts, on s'est créé des occasions, Nice aussi, il y a eu du jeu. On a retrouvé certaines vertus techniques qui nous ont permis de mettre en difficulté cette équipe qui n'est pas facile. Dans cette évolution offensive, il y a beaucoup de points positifs mais on a à mon goût trop concédé de choses à Nice. A chaque match désormais, le classement va changer. Bordeaux ce soir a 50 points, cela pourrait être mieux mais c'est déjà pas mal à 10 journées de la fin. Il faut prendre conscience de notre calendrier, il va y avoir des rencontres où les concurrents directs vont s'affronter, il va y avoir des pertes de points. On est toujours dans la lutte pour nos objectifs de fin de saison".







 

Frédéric Antonetti (entraîneur de Nice):

"On a rivalisé avec Bordeaux, qui nous a posé des problèmes mais on a su leur en poser aussi. Ce que je regrette c'est que l'on prend deux buts sur deux retours de coups de pied arrêtés, on sait que c'est leur force, ils sont très dangereux et ils recherchent beaucoup le coup franc car ils savent que dans ce domaine là ils sont très performants. On a montré un beau visage, je félicite mes joueurs malgré la défaite car Bordeaux finira dans les trois premiers. Pour nous, c'est encore un niveau qui est élevé mais en faisant ce genre de match, en persévérant et en rééditant ces performances, on progressera. Il faut retenir la leçon et essayer de franchir un cap dans le futur. On a un manque d'efficacité, on a beaucoup de jeunes joueurs, ça se répercute sur le terrain. Bordeaux est habitué à ce genre de confrontations, est très expérimenté, a du métier. C'était un match plaisant à regarder car il y avait deux équipes qui jouaient. Ce soir l'essentiel est que le football est vainqueur mais j'aurais préféré un 2-2".








 

Cyril Rool :

"On s'est créé pas mal de situations, c'était un match sympa à regarder. Ils ont été plus réalistes que nous. Le premier but, ce n'est pas un but gag mais il est un peu chanceux, le second est très beau. On a manqué deux trois occasions qui font la différence à ce niveau là. On n'a pas fermé le jeu, on a essayé de jouer notre jeu et si on avait tiré le match nul, je pense que cela n'aurait pas été volé".

 

Habib Bamogo :

« En première mi-temps on a eu les occasions pour les faire douter un peu plus que quand il y avait 1-1. On a loupé notre chance. On a fait beaucoup d’efforts. On a perdu beaucoup de forces en courant après le ballon face à des bordelais supérieurs en maîtrise. Tout le monde a eu des occasions. On a un peu rivalisé dans le jeu mais techniquement leur maîtrise est supérieure. »