«C'était une situation intenable aux yeux de Jean-Pierre Rivère, le président niçois, et les deux parties y ont mis fin hier. « Le contrat de Grégoire Puel à TOGC Nice (il lui restait une année) est rompu à compter de ce jour, a annoncé le club dans l'après-midi, n ne fait plus partie de l'effectif, il est autorisé à s'entraîner avec la CFA jusqu'au31 août afin de rester compétitif dans sa quête d'un nouveau club. » En fin de journée, l'intéressé (23 ans) se disait « content » d'avoir réglé son cas et optimiste sur son avenir.

« Comment vivez-vous cette résiliation, comme un soulagement ou un échec ?


- Ni l'un ni l'autre. J'ai vécu des bons et des mauvais moments à Nice. Je suis content de l'accord, content d'être fixé sur mon sort. C'est plutôt une satisfaction.



Aviez-vous dans l'esprit de profiter de la préparation de l'équipe pour gagner votre place et "retourner" le président ?



- Avec les saisons que j'ai connues ici, j'étais prêt à tout, et à jouer. Mais on s'est arrangés et c'est peut-être mieux comme ça.



Le président était inflexible et ne voulait plus vous voir porter le maillot niçois. Lui en voulez-vous ?

- Je préfère ne pas parler de ça. Je ne veux pas aborder ce sujet.



Avez-vous le sentiment d'avoir été mis à la porte ?



- Je suis déçu de quitter mes partenaires, le staff médical, je m'entendais bien avec plein de gens ici. Ça fait deux ans que je vivais dans la difficulté, je pense avoir été costaud mentalement et avoir progressé, mais le mieux pour moi était que ça s'apaise.



En trouvant un accord financier le 31 juillet, vous vous laissez un mois pour trouver un club. Où en êtes-vous ?



- J'ai des touches. Je suis dans l'esprit de partir à l'étranger. Et si ça doit être en Deuxième Division, dans un club ambitieux avec de bonnes structures et un projet, ce sera très bon. Je vais pouvoir m'entraîner à Nice avec l'équipe réserve, je ne suis pas inquiet, ça va bouger.