Comment cette trêve internationale se déroule-t-elle ?

Ça n’est jamais évident pour nous de traverser ces périodes. Or ces matchs internationaux sont un petit peu la rançon de la gloire, mais c’est aussi bon signe pour un club comme Nice. Si de nombreux joueurs partent en sélection, c’est qu’ils ont le niveau. Alors, même si c’est un casse-tête pour le staff, on se dit que cela fait partie du jeu. Et je comprends tout à fait qu’un joueur soit fier de représenter son pays.

L’OGCN reste sur une bonne série de quatre matchs sans défaite en championnat. Dans quels domaines l’équipe doit-elle s’améliorer ?

On doit encore progresser dans l’utilisation du ballon. Nous, le staff et les joueurs, sommes prêts à faire les efforts nécessaires pour un meilleur contenu en terme de jeu. Depuis le début de la saison, notre possession de balle augmente de match en match. C’est à ce niveau- là que l’on doit encore travailler. Lorsque l’on a le ballon, cela nous permet d’être plus sereins, de faire moins d’efforts défensifs… Forcément, laisser le ballon à l’adversaire ne nous facilite pas la tâche. C’est ce message que l’on tente de faire passer aux joueurs.

Dimanche, l’OGC Nice entame une série de trois matchs compliqués en dix jours. Comment abordez-vous ces échéances ?

Il faut partir du principe qu’il est toujours très valorisant de jouer ce genre d’équipe. Ça commence par Lyon dimanche, puis Montpellier, avant le derby contre Monaco. Nous gardons notre objectif en tête, et il est très simple : engranger le plus rapidement possible. On sait ce qu’il nous faudra faire pour sortir la tête hors de l’eau. On a tous envie de montrer un beau visage, mais il faut aussi prouver que l’on ne veut pas se faire bouger, quel que soit l’adversaire. Même s’il nous arrive d’être très moyens, on se doit de compenser par un état d’esprit irréprochable et des valeurs de combativité qui font la fierté des Niçois.

Lyon se présente au Ray dimanche. Quel regard portez-vous sur cette équipe ?

Il ne reste plus que le championnat aux Lyonnais pour gagner un titre cette saison. Ils se doivent donc de se prendre en main et de ne pas laisser échapper Lille et l’OM, par exemple. Ce match sera difficile pour nous, car Lyon reste une référence pour le foot français depuis dix ans et leur effectif est colossal. Ils ont des joueurs qui peuvent faire la différence à tout moment. Et ils peuvent faire mal à n’importe qui.

Le Gym est donc prévenu…

On a eu quinze jours pour travailler dans la sérénité et préparer ce match au mieux. On est loin d’être favoris mais tout peut arriver. Il faut qu’on soit à la hauteur des espérances de supporters. Pour les Niçois qui viendront au stade dimanche, on se doit de tout donner. On sait qu’une victoire passera obligatoirement par un grand match !