Le 31 août dernier, il avait quitté l'OL in extremis pour rejoindre le « clan des Lyonnais » de l'OGC Nice : Alain Olio, Guillaume Tora, Loïc Rémy et David Hellebuyck.

 

L’avenir de l’entraîneur de Nice, Didier Ollé-Nicolle, a longtemps paru hier bien loin de la Côte d’Azur. La série de treize matchs consécutifs sans victoire, ponctuée samedi par une défaite dans les arrêts de jeu à Valenciennes (2-1), semblait avoir scellé son sort. Pourtant, après de longues discussions, les dirigeants niçois, en conclave depuis le début de matinée, ont décidé de lui offrir une dernière chance samedi, lors de la réception de Lorient.

 

Crise de résultats, effectif amoindri, image brouillée, divorce avec des supporteurs, affaire "Loïc Rémy": Nice, qui se rend samedi chez son voisin Monaco à qui tout semble réussir, traverse une saison de turbulences.

Loic Rémy fait une retour dans les médias depuis la défaite face à Plabennec. L'international niçois, après avoir affirmé ne pas être un magicien, se montre inquiet, dans Nice Matin, aujourd'hui:  "Je suis surtout inquiet pour la suite. Nous disputons un championnat de Ligue 1 et, forcément, des matchs beaucoup plus difficiles que celui de dimanche à Plabennec nous attendent. Mon rôle est de marquer, mais derrière, il faut que chacun fasse son rôle au mieux... On subit, on encaisse toujours les mêmes buts. C'est décourageant !"

 

Une place dans les dix premiers reste le souhait de l'OGC Nice cette saison. Son président, Gilbert Stellardo, l'a confirmé. Mais seulement 16e de Ligue 1 avec 22 points après 19 journées, les Aiglons se trouvent pour l'instant bien loin de l'objectif Surtout que Didier Ollé-Nicolle devra, dans ce mois de janvier, composer avec les nombreux départs de ses joueurs pour la CAN.