Les aiglons ont fait un très bon début de mi-temps jusqu'au carton rouge scandaleux de Mme Frappart sur Schneiderlin, à se demander si la ligue ne tente pas de fausser ce championnat. En seconde période, les niçois ont été acculés dans leur 18 mètres mais ont réussi grâce à Gouiri et Delort a aggravé le score. Les niçois prennent trois points malgré des éléments contraires. Une belle perf!

Fiche technique

 

Stade Brestois 29 - OGC Nice : 0 - 3 (0-1)
Arbitre : Mme Frappart

 

Buts :
Nice : Dolberg (13e), Delort (79e), Gouiri (90e+4)

 

Avertissements :
Nice : Kluivert (25e), Benitez (55e), Todibo (66e)

 

Expulsion :
Nice : Schneiderlin (20e)


Les équipes :
Brest : Bizot - Pierre-Gabriel, Chardonnet (cap), Herelle, Duverne - Faivre, Lasne (Said, 76e), Agoumé, Honorat (Faussurier, 89e) - Mounié (Badji, 89e), Le Douaron (Cardona, 76e).
Nice : Benitez - Daniliuc, Dante (cap), Todibo, Lotomba - Boudaoui (Thuram, 69e), Schneiderlin, Rosario, Kluivert (Claude-Maurice) - Gouiri, Dolberg (Delort, 60e)

 

Buts

 

94ème Sur une transition, Gouiri percute tranquillement sur le côté gauche. Il est face à Duverne , repique dans l'axe et envoie une frappe monstrueuse qui touche le poteau opposé à côté la lucarne et rentre.

 

79ème Sur un ballon anodin dans le rond central, Honorat tente de remettre en retrait de la tête mais c'est récupéré par Gouiri qui se projette et envoie Delort en profondeur. Ce dernier ne se fait pas prier pour ajuster Bizot.

 

13ème Sur un déboulé de Kluivert à gauche, qui parvient à éliminer Chardonnet, les Niçois déséquilibre Brest. Le numéro 21 des Aiglons remet en retrait dans l'axe à Dolberg qui a tout le temps d'armer une frappe enroulée côté opposé. Bizot est battu.

 

 

Résumé

 

A dix durant plus de soixante-dix minutes, l'OGC Nice a réalisé l'essentiel en allant l'emporter à Brest (3-0), dimanche lors de la 20eme journée de Ligue 1, et retrouve sa position de dauphin à 10 points du PSG.

 

La première de l'année 2022 n'a pas été de tout repos pour Nice. Handicapés par l'expulsion directe assez sévère de Morgan Schneiderlin (20eme), les Aiglons ont pu compter sur un grand Walter Benitez et des attaquants impitoyables pour s'imposer à Brest (3-0), ce dimanche, lors de la 20eme journée de Ligue 1. Kasper Dolberg (13eme), Andy Delort (79eme) et Amine Gouiri (90eme+4) ont fait parler la poudre pour permettre au club azuréen de reprendre la 2eme place du classement à l'Olympique de Marseille grâce à une meilleure différence de buts mais avec un match en plus, à dix longueurs du Paris-SG qui se déplace à Lyon dimanche soir.


Schneiderlin laisse Nice à dix

 

Les premières secondes donnaient le ton d'un match qui s'annonçait très enlevé. Servi en retrait, Pablo Rosario décochait une frappe à ras de terre repoussée par Marco Bizot (1ère). Malgré le bon pressing adverse, Nice ne tergiversait pas et ouvrait la marque de fort belle manière par Kasper Dolberg, qui profitait d'un excellent travail de Justin Kluivert pour trouver le petit filet d'une lourde frappe à ras de terre (1-0, 13eme). Surpris d'entrée, les Brestois réagissaient vite. Steve Mounié (16eme) et Jérémy Le Douaron (17eme) obligeaient Walter Benitez à sortir le grand jeu sur sa ligne. La partie se compliquait sérieusement pour les Aiglons avec l'expulsion sévère de Morgan Scheiderlin pour un tacle à retardement sur Christophe Hérelle (21eme).

 

Revanchard, l'ancien Niçois était d'ailleurs l'homme le plus dangereux pour le SB29 après la sortie de l'international français. Sur un retourné acrobatique audacieux (27eme) puis sur une tête à bout portant (32eme), le défenseur central donnait des sueurs froides à Walter Benitez. Le gardien argentin, très vigilant sur la ligne, se distinguait par ailleurs avec une double parade monstrueuse pour repousser une tête puissante de Lucien Agoumé et un tir croisé de Le Douaron (41eme). Une domination sans partage de Brest qui aurait toutefois pu se faire surprendre avant la pause sur un tir de Dolberg repoussé par Brendan Chardonnet (45eme) et un duel perdu par Amine Gouiri devant Bizot (45eme+2).

 

Delort et Gouiri crucifient Brest

 

Au retour des vestiaires, Brest reprenait sa marche en avant et mettait à nouveau une énorme pression sur la défense niçoise. Chardonnet ne trouvait pas le cadre sur une lourde frappe de 30 mètres (48eme) avant d'obliger Hicham Boudaoui à un sauvetage sur sa ligne sur un coup de tête (64eme). Plutôt discret jusqu'ici, Romain Faivre poussait Benitez à sortir une belle parade sur son coup franc (51eme) tandis que Paul Lasne n'était pas loin d'attraper la lucarne sur sa tentative lointaine (53eme). Plusieurs occasions nettes mais surtout l'impression que les locaux pouvaient jouer des heures sans parvenir à trouver la faille...

 

De son côté, Nice ne paniquait pas grâce à l'expérience de Dante et la fougue de Jean-Clair Todibo, qui n'hésitait pas à chauffer ses adversaires pour les faire sortir du match. Une tactique qui payait puisque les Bretons se précipitaient et manquaient de précision sur leurs offensives. Tout le contraire des visiteurs, qui ne rataient pas l'occasion d'enfoncer définitivement le clou. A la suite d'un très bon travail, Gouiri glissait une merveilleuse passe dans la profondeur pour Andy Delort, qui punissait Bizot à ras de terre (2-0, 79eme). Gouiri, encore lui, finissait le travail en enfonçant un troisième but sur un contre éclair et une magnifique frappe dans la lucarne à l'aide du poteau (3-0, 90eme+4). Sans pitié, Nice s'offrait une belle victoire pour reprendre la place de dauphin du PSG. Avec cette lourde défaite, Brest reste coincé au 12eme rang. Orange

 

Réactions

 

 

Christophe Galtier :

On n'avait pas joué depuis le 22 décembre. C'était un match de reprise pour nous. On a eu un peu de mal à mettre du rythme. Malgré ça, on marque un très beau but. Après, à dix contre onze, le match prend une autre tournure. Il faillait être très compact sur le plan défensif. On a défendu avec beaucoup d'intelligence, Walter Benitez a été omniprésent. Les attaquants ont bien travaillé pour bloquer les côtés, on a défendu assez bien dans la surface. On a fait preuve de beaucoup de courage, d'abnégation, de solidarité. On se doutait qu'en tenant le plus longtemps possible, il allait y avoir quelques situations favorables. En deuxième période, même si Brest a beaucoup poussé, quand ça s'est un peu plus ouvert, on a eu le bonheur de marquer le deuxième but à un moment important du match. C'est une belle performance dans un contexte difficile.

Michel Der Zakarian (entraîneur de Brest) :

C'est une grosse déception. On a été très naïfs sur les trois buts où on défend très très mal. On a eu des situations pour marquer, on ne les a pas mises au fond. En supériorité numérique, on a très mal utilisé le ballon. Même s'ils ont défendu très bas, ils ont bien défendu et nous, on n'a pas été assez justes dans nos transmissions, dans les passes, dans les centres, on a eu beaucoup trop de déchet.

 

Dante  :

On a fait preuve d'une grosse solidarité et d'une grosse solidité. On a montré qu'on avait l'envie de gagner, de faire des efforts, de faire des sacrifices les uns pour les autres. Il va falloir continuer à progresser pour cette seconde partie de saison. Il y a eu un gros sentiment d'injustice après l'expulsion (de Morgan Schneiderlin, 20e) parce que je pense que le carton rouge n'est pas mérité. Après, il faut accepter que les arbitres puissent faire des erreurs de temps en temps, comme nous, joueurs, pouvons en faire sur le terrain. On doit passer au-dessus de ces choses, même si ça nous a mis un peu en difficulté... 'Momo' est quelqu'un de très professionnel qui donne tout à chaque entraînement. On voulait surtout gagner pour lui parce qu'on ne voulait pas le laisser dans une situation difficile.

 

Brendan Chardonnet  :

C'est vraiment dommage parce qu'on a les occasions. Quand on ne les met pas, on s'expose aux contres. Avec un effectif comme celui de Nice où quand Dolberg (auteur du premier but) sort, c'est Delort (auteur du deuxième but) qui entre, ça ne pardonne pas. Ils n'ont pas eu mille occasions mais ils ont eu l'efficacité. Cette défaite est logique parce qu'ils ont été efficaces et pas nous. Walter Benitez est un très grand gardien, mais en termes d'efficacité et en termes d'idées, on aurait pu mieux faire pour bouger et contourner ce bloc, on a été un peu en manque d'inspiration.

 

Frank Honorat :

Le score est sévère, mais je pense qu'on aurait pu jouer pendant 8 heures sans marquer. On a manqué de justesse technique même si l'on s'est créé pas mal d'occasions sur corner, sur des centres. Leur gardien a fait de bons arrêts. A 11 contre 10, on doit mettre plus de mouvements, plus d'agressivité, aller plus les chercher et essayer de revenir au score.

 

 

 

Revue de presse

 

 

 

Commentaires   

#52 GARIBALDI 14-01-2022 14:51
Mercato News:
Jaouen Hadjam (Paris FC, 18 ans) attise également les convoitises de Nice, Reims, Fribourg et Torino pour l’été prochain.
L’OGC Nice s’est également manifesté ces derniers jours pour Ismaël Doukouré (18 ans) . Sur les rangs pour le jeune stoppeur valenciennois, outre Nice, l’AS Monaco, Strasbourg et d'autres clubs europeens.
Doucoure est sous contrat avec VA jusqu'en juin 2023.
#51 GARIBALDI 14-01-2022 12:02
Depuis son arrivée à Nice en 2016, Walter Benitez s'est progressivement imposé comme un des tous meilleurs gardien de Ligue 1 et cette saison ne déroge pas à la règle. Résidant en France depuis un peu plus de cinq ans, le portier d'origine argentine a récemment obtenu la nationalité française. Une donnée qui le rend désormais sélectionnable avec l'équipe de France.
Si son manque de références au plus haut niveau, notamment dans les matchs de Ligue des Champions ou de Ligue Europa, semble compliquer l'hypothèse de le voir porter le maillot des Bleus, Didier Deschamps n'a pas fermé la porte au portier niçois dans les colonnes de L'Équipe. "Tous les joueurs français sont sélectionnables . Je ne sais pas pourquoi il a fait ce choix (de se naturaliser Français), mais c'est un choix que je respecte. On le regarde comme les autres joueurs sélectionnables ", a expliqué le coach de l'équipe de France.
#50 GARIBALDI 14-01-2022 11:59
"Le projet est le même. Aujourd’hui, la venue d'INEOS nous permet de garder nos meilleurs joueurs. À une certaine époque, un Amine Gouiri aurait déjà été vendu, pareil pour un Kasper Dolberg ou un Kephren Thuram. La vraie différence est aujourd’hui dans notre capacité à garder nos meilleurs joueurs pour être compétitif dans la durée", a confié Julien Fournier dans un entretien accordé à Goal.
#49 guiguilamuerte 14-01-2022 09:19
Je ne sais pas si ça pourrait se faire mais Julian Alvarez a l'air très bon, des deux pieds...
https://www.google.fr/amp/s/www.dailymercato.com/amp/news/mercato-nice-sattaque-a-julian-alvarez
20 millions, c'est à peu près ce que les club anglais vont acheter Dolberg cet été, c'est sur ..

Lui et Gouiri, ça va aller très vite vers le but...
#48 vincenzo 13-01-2022 20:13
Michel, tu as raison si l''Inter est dessus ça va être compliqué. Dolberg va partir en fin de saison. Gouiri, je ne suis pas sûr surtout si on joue une coupe d'Europe. Si on prête les 2 brésiliens et Claude Maurice, j'espère qu'on fera le nécessaire pour prendre 1 ou 2 joueurs. Issa Nissa.
#47 Michel 13-01-2022 18:13
Belotti j'adore mais l'immense Inzaghi le veut à l'inter.
Alvarez tant qu'a lui ira à L'Atletico ou au Real.
Non je persiste le choix le plus malin c'est Savanier,avec la Baronne à coté,pour lui c'est que du bonus,de quoi s'épanouir un peu comme brad Pitt dans Snatch.Toute la progression de cette équipe passera par un grand 10 :cry:
#46 katalinski 006 13-01-2022 15:59
le paquet sur Belotti et BASTA . Gouiri va partir Kasper va suivre ? Une paire Alvarez Belotti pour la prochaine saison ? pourquoi pas ? Avec Delort çà serait sympa aussi !!!! ;-) 8)
#45 Dan 13-01-2022 15:05
Gouiri ne va pas s’eterniser a nice et si un club debourse 40 millions on peut facilement miser sur un autre jeune comme alvarez !!!
#44 GARIBALDI 13-01-2022 14:42
Nice: Ajaccio en 16ieme de Gambardella !
#43 GARIBALDI 13-01-2022 14:37
Nice sur le prodige Alvarez
Bien connu des amoureux de Football Manager, l'attaquant de River Plate Julián Alvarez (21 ans) affole plusieurs clubs européens sur ce mercato d'hiver. D'après les informations de TyC Sports ce jeudi, quatre formations sont actuellement à la lutte pour recruter le jeune prodige argentin : la Fiorentina, l'Atalanta Bergame, Naples et l'OGC Nice !
Outre cette concurrence importante, le Gym pourrait être refroidi par le prix réclamé par River, qui réclame le paiement de la clause libératoire du jeune talent, fixée à 20 millions d'euros. Les Aiglons ont-ils l'intention de réaliser un tel investissement malgré un poste déjà bien pourvu avec Amine Gouiri, Kasper Dolberg et Andy Delort ? Auteur de 18 buts et 7 passes décisives en 21 matchs de championnat en 2021, Alvarez incarne en tout cas une piste très intéressante.

Ajouter un Commentaire