Face à une équipe bordelaise moyenne, les aiglons ont montré quelques velléités  offensensives qui n'ont pas abouti à cause des barres de la cage de Costil. Une victoire niçoise aurait été plus logique mais cela reste le foot. Après tout ne fut pas bon et l'adversaire était à notre portée.

 

Fiche technique

 

Girondins de Bordeaux - OGC Nice : 0 - 0
Arbitre : M.Letexier

 

Avertissements :
Bordeaux : Sabaly (15e)
Nice : Gouiri (93e)

 

Les équipes :

Bordeaux : Costil - Sabaly (Kwateng, 81e), Koscielny (cap), Pablo, Benito - Otavio, Basic, Adli (Bakwa, 84e) - De Préville (Briand, 81e), Kalu (Hwang, 68e), Maja (Oudin, 69e).

Nice : Benitez - Lotomba (Daniliuc, 81e), Pelmard, Dante (cap), Kamara - Schneiderlin, Lees-Melou, Lopes

 

Résumé

 

Bordeaux et Nice se sont quittés sur un nul vierge dimanche (0-0), une habitude pour les Girondins, une première pour les Aiglons mal récompensés avec trois montants touchés à l'occasion de la 5e journée de Ligue 1.

 

Il était question de séries au Matmut Atlantique. Le Gym voulait préserver sa décennie d'invincibilité en Gironde. Il y est parvenu sans trop trembler face aux difficultés des Bordelais à s'approcher du but adverse.

 

Les hommes de Jean-Louis Gasset voulaient casser la spirale de matches sans victoires à domicile. C'est raté et cette génération entre par la petite porte dans l'histoire du club au scapulaire en enchaînant un huitième match sans succès, sa pire série en 73 ans de professionnalisme.

 

Manque de talent, maladresses... Les optimistes verront toutefois un léger mieux en terme de tirs cadrés, pour la plupart lointains, de Nicolas De Préville (10e) et Toma Basic (26e, 54e) qui ont fait briller Walter Benitez, mais ça reste insuffisant pour envisager une remontée au classement.

 

Car à l'export, en atteste leur dernier revers à Lens (1-2), ils n'affichent pas tellement de garanties. Les huit jours de mercato restant devront être réussis pour ne pas vivre de grandes désillusions dans quelques mois.

Les Niçois, dominateurs dans la possession et les intentions, ont eu davantage de situations, beaucoup plus franches, avec des montants touchés par Pierre Lees-Melou (30e), Rony Lopes (65e) et Amine Gouiri (89e). Sans parler de ce face à face Kasper Doberg - Benoît Costil remporté par le gardien girondin (72e).

 

Sans ambiance pour les stimuler, les acteurs ont tenté dans une fin de match échevelée de forcer la décision, avec leur sang neuf.

 

Juste avant la transversale de Gouiri, l'entrant Jimmy Briand pour son 600e match en carrière - il a reçu un souvenir du club avant le match - sur un service de Ui-Jo Hwang, a bien cru inscrire son 100e but en L1. Mais sa tentative de piquet s'est arrêtée sur la ligne de Benitez. AFP

 

 

Réactions

 

 

Patrick Vieira : 

Beaucoup de regrets car on n'a pas réussi à marquer ce but malgré toutes ces occasions. D'un autre côté, je suis satisfait par rapport au contenu de ce match: le fait d'avoir été les chercher assez haut, d'avoir été disponible pour le porteur du ballon. On est un peu dans la continuité du match de Paris au niveau du jeu mais il y a ce manque d'efficacité et d'un peu de réussite. Trois poteaux, je ne sais pas si c'est rare. On s'est créé des occasions, on a été dangereux. Cette efficacité, on va travailler pour essayer de l'améliorer. Malheureusement, en transition offensive, on n'a pas été assez rapides ou on n'a pas pris les bonnes décisions. On sait les manques qu'il y a et avoir tous les joueurs qui reviennent et qui se sentent mieux physiquement va nous permettre de gagner des matches.

 

Jean-Louis Gasset (entraîneur de Bordeaux) :

On aurait pu le gagner. On s'est créé des situations, le gardien (Benitez) a fait un magnifique arrêt sur la frappe de Nicolas De Préville. On a eu trois, quatre situations de contres et en deuxième mi-temps pareil. En football il faut au minimum cadrer pour gagner. À Lens (1-2), j'espère que l'on avait touché le fond. Quand on avait émis la thèse de l'accident, je pense que c'était un accident. Là on a joué, on a bien défendu, on a été solide, on a respecté le plan de jeu que l'on avait... Je savais que le plus difficile serait l'animation offensive. Il aurait fallu un peu plus de justesse, soit dans la passe, soit dans la finition. Quand on joue faux, je m'énerve des fois. Cette semaine, ça va bouger, j'espère dans le bon sens. C'est la dernière ligne du mercato dans les deux sens. Tout est possible. En une semaine, on peut recruter trois ou quatre joueurs, ou pas... Tous les entraîneurs sont à la même enseigne, on ne sait pas ce qui va se passer. On va attendre. 

 

 

 

 

Commentaires   

#15 Popol 29-09-2020 19:27
phill qué cé qua di corsicanissa gé pa compri.To po mexplique
#14 phill 29-09-2020 11:18
Trés bonne analyse CorsicaNissart , :-) :-)
#13 Canardou 29-09-2020 10:04
Il fût un temps ou on avait des attaquants qui faisaient des appels (Pléa par exemple) et des milieux qui étaient capables de les servir (Séri, Belhanda, ...). Comme ça parait loin !
#12 biker06 29-09-2020 07:23
heureusement de la double intervention de Benitez en début de match autrement celui ci aurait pu tourner à la catastrophe avec les endormis.....
#11 jp 28-09-2020 18:59
Je trouve l'équipe lente pas de jeux offensif vers l'avant pas de prise de risque des attaquants dribles combinaisons néants! le milieu invisible PLM transparent mes toujours titulaire et fait les matchs en entiers toujours pas de Trouillet choix de l'entraineur FORMIDABLE MR VIERA !
il manque à L 'OGC NICE un véritable entraineur ! un véritable ailier gauche et un milieu de terrain je pense à THOMAS BASIC quel joueur! faire signer des jeunes
progresser avec viera impossible qu'il dégage!
#10 Dan 28-09-2020 18:29
Lees melou s’entraine toute la semaine a tirer sur les poteaux et il ne voit plus que ca c’est son obsession !!!!
#9 CorsicaNissart 28-09-2020 14:05
C'est près du lit de la Garonne que nos dormeurs se sont à demi réveillés ! Sans l'intervention du spécialiste du sommeil recruté dans l'urgence par Rivère et Fournier, nous ne serions pas passé d'un état anesthésique à celui de somnolence ! J'ajouterai que sans le secours de ce médecin émérite ( n'en déplaise au coach ) nous aurions dans la capitale mondiale du vin, bu le calice jusqu'à la lie, suite aux déroutes de Montpellier et Paris ! Résultat des courses : Aussi paradoxalement que cela puisse paraitre, c'est Bordeaux qui méritait amplement la piquette !
#8 phill 28-09-2020 11:35
Pv n'est pas un entraineur !!!!!point
#7 Napoli06 27-09-2020 22:12
VIERA est toujours aussi affligeant dans ces choix
Devant la cage ils font quoi les attaquants ????
#6 Stephil 27-09-2020 21:20
Broyé intéressant :eek: ont à trouver pire que maoulida :-*

Ajouter un Commentaire