Les aiglons n'ont pas fait dans le détail pour l'inauguration du nouveau stade. Une belle victoire face à une équipe de Valenciennes très moyenne. On a pu apprécier le duo Bodmer - Pejcinovic. On a aimé l'efficacité d'Abriel. On a été ému par le but et la joie de Bosetti.

 

 

 

 

 

Fiche technique

 

Nice - Valenciennes: 4 - 0 (2-0)

Buts :

Nice: Cvitanich (32e, sur pen.), Bauthéac (44e), Brüls (70e), Bosetti (73e)

 

Avertissements :

Valenciennes: Rose (3e), Enza-Yamissi (22e)

Nice:  Kolodziejczak (86e)

 

Les équipes:

Valenciennes: Penneteau - Mater, Angoua, Rose, Lala - Enza-Yamissi, Saez, Doumbia (Ducourtioux, 47e) - Nguette, Melikson (Dossevi, 58e), Pujol (Le Tallec, 76e)

Nice : Ospina - Puel, Bodmer, Pejcinovic, Kolodziejczak – Digard (Cap.), Mendy (Rafetraniaina, 77e) - Abriel, Brüls, Bauthéac (Amavi, 61e) – Cvitanich (Bosetti, 60e)

 

 

Résumé

 

L'OGC Nice a étrenné avec éclat son nouveau stade de l'Allianz Riviera en s'imposant largement (4-0) face à Valenciennes, inoffensif, dimanche après-midi lors de la 6e journée de Ligue 1.

 

Invaincu depuis le couac initial à Lyon (4-0), Nice continue sa remontée au classement en grimpant à la 5e place dans son magnifique nouveau nid.

 

"Il était important d'oublier l'effervescence autour de cette inauguration et de se concentrer sur notre adversaire qui nous a posé des problèmes au début en prenant la largeur et en jouant très bas. Dès qu'on a essayé de passer sur les côtés, on leur a fait mal", a souligné le coach azuréen Claude Puel.

 

Cela ne s'arrange pas en revanche pour Valenciennes (19e), battu pour la cinquième fois de suite avant de recevoir Paris SG mercredi.

 

"C'est peut-être la meilleure chose qui puisse nous arriver, même si vous vous dites que je suis fou! Mais face à Paris, mes joueurs n'auront rien à perdre. Il faudra jouer au football", a avancé Daniel Sanchez, l'entraîneur valenciennois.

 

Dans la chaude ambiance festive de l'Allianz Riviera, grand stade de la dernière génération labellisé Euro 2016, les hommes de l'ancien Aiglon Daniel Sanchez, centrés sur les tâches défensives, en ont en effet trop peu montré pour espérer un meilleur sort. "Je peux changer mes entraînements, le jeu et les joueurs mais je ne peux rien sur le caractère, l'envie ou la détermination. On a été trop en dedans. Même avec peu de moyens, il faut savoir se révolter et respecter le métier", a encore épinglé Sanchez.

 

Le GYM, lui, a bel et bien réussi le baptême de son stade.

 

Le buteur argentin "Super Dario" Cvitanich est entré dans l'histoire en devenant le premier buteur de la nouvelle arène niçoise sur un penalty (1-0, 32).

 

"Je suis ici comme chez moi, et cette magnifique ambiance adoucit mon mal du pays. J'ai envie de marquer autant que l'an dernier mais les résultats de l'équipe m'importe plus. J'espère qu'on pourra finir dans le Top 5", a lancé "Super Dario".

 

Nice a doublé la mise juste avant la pause (44) par Bautheac, en position de hors-jeu, à la conclusion d'une action amorcée par Digard et prolongée par Abriel.

 

 

Réactions

 

Didier Digard:

"Le début de match était difficile car Valenciennes jouait regroupé derrière. Il fallait trouver la faille. Après l'ouverture du score ça s'est dégagé devant nous, a ainsi confié ce dernier sur le site des Aiglons. Entrer dans notre nouveau stade avec une victoire aussi large c'est vraiment intéressant. Ca nous permet de rester sur une bonne dynamique, de coller au haut de classement et surtout de refaire un goal average qui était négatif avant ce match. On sait que chaque club en début de saison veut être maître à domicile. C'est important pour espérer être en haut. C'est bien d'avoir réussi dès le premier match. L'ambiance ? Fantastique. 35000 personnes qui poussent, qui chantent, qui dansent, c'était une grande fête."

 

Daniel Sanchez (entraîneur de Valenciennes) :

 "Sans être vraiment en danger en début de rencontre, on prend deux buts (Cvitanich sur penalty à la 33e, Bauthéac à la 44e). Nice avait la maîtrise du ballon mais peu d'occasions. On a été trop timide et on a laissé l'initiative. Bien sûr, on ne voulait pas s'exposer, mais à la récupération du ballon, il faut jouer. Au lieu de ça, on se retrouve mené. On aurait pu rentrer au vestiaire à 0-0, en ne montrant pas grand chose dans le jeu... En deuxième mi-temps, on a essayé de plus jouer avec nos moyens du jour. Mais c'est trop insignifiant dans l'utilisation. On est capable de faire beaucoup mieux que ça. Notre confiance est peut-être entamée. Ce n'est pas la première fois que l'on vit cette situation. Un match de foot, il faut au moins le jouer, (montrer) de la fierté dans le jeu. Moi je ne peux rien faire pour cela. Il faut savoir relever la tête et ne pas perdre les ballons aussi facilement. Il y a le respect du métier. On est des professionnels, il faut le montrer. C'est une défaite inquiétante car il faut savoir réagir et se révolter. Jouer Paris mercredi (à 19h00 au Stade du Hainaut, 7e journée), c'est une chance. On n'aura rien à perdre"

 

Claude Puel :

 "C'était un match vraiment particulier à préparer. Il fallait être focalisé sur l'adversaire et sur le match pour ne pas passer à côté. C'est bien de le réussir et de prendre du plaisir sur le terrain, d'en donner aux supporters. On commence bien la semaine mais tout s'enchaîne très vite (Nice visite Nantes, mercredi, 7e journée). J'ai un groupe très jeune, la saison ne fait que débuter. Il faut être tempéré et garder notre humilité... Au départ, on a eu du mal à trouver les décalages et à forcer le verrou valenciennois. Il y avait beaucoup d'intensité. Dès que nous sommes passés sur les côtés, nous avons fait mal à VA qui s'est vite résigné. Il y a eu des situations intéressantes. Mais c'est magnifique de débuter à l'Allianz Riviera avec cette victoire. L'ambiance a été formidable, à en donner des frissons au moment de l'hymne."

 

Dario Cvitanich:

Je marque le premier but, j'espère que ce n'est pas mon dernier ici. Mais je suis très content c'est vrai. Surtout parce qu'au bout il y a la victoire. Sur le penalty, il y avait beaucoup de pression. Mais c'est allé au fond. Mais là encore, le plus important c'est l'équipe. Si je marque plein de buts et qu'on finit 15e, ça ne sert à rien. Là, on veut finir dans les cinq premiers, ça sera difficile mais on a une très bonne équipe. Quand on est sortis pour l'échauffement, c'était déjà très chaud. Je tiens à remercier les supporters, on a vraiment un joueur de plus avec eux. Je me sens comme chez moi. Je n'ai qu'un mot à dire : Merci. L'Argentine me manque, mais avec cette ambiance et ce soutien, c'est finalement presque pareil.

 

 

Revue de presse

 

Pour sa première sur la pelouse de son Allianz Riviera, Nice a cartonné Valenciennes (4-0). Les Aiglons, forts de ce succès, se hissent au 5e rang.

La fête totale

 

 

Ajouter un Commentaire