Les aiglons n'ont pas démérité mais entre les faits de jeu et les absents, le GYM n'a pu tenir les 90 minutes au Parc. Trois points qui s'envolent presque logiquement. Cela ne remet pas en cause tous les joies que l'OGC Nice nous procure mais... nous montre qu'il y a encore une grosse difference entre notre banc et celui de certaines équipes.  

 

 

 

 

 

Fiche technique

 

Spectateurs : 45 369

Arbitre : M. Chapron

 

Buts:

PSG : Ménez (10e), Ibrahimovic (65e s.p.), Chantôme (87e)

 

Avertissements:

PSG : Ménez (24e), Ibrahimovic (45e) ;

Nice : Digard (43e), Civelli (45e)

 

Expulsion:

Nice : Ospina (63e)

 

Les équipes:

PSG : Sirigu - Van der Wiel, Thiago Silva (cap.), Sakho, Maxwell - Pastore (Gameiro, 86e), Verratti, Matuidi, Lavezzi - Ménez (Chantôme, 81e), Ibrahimovic. Entr. : Ancelotti.

Nice : Ospina - Genevois, Civelli, Pejcinovic, Kolodziejczak - Anin, Digard (cap.) - Pied, Traoré (Abriel, 55e), Bruins (Bahoken, 75e)

 

 

Résumé

 

L’avantage quand on s’apprête à finir champion de France au mois d'avril, c’est qu’on a le temps de préparer la fête très en avance. Le PSG n’aura donc pas d’excuse s’il rate sa célébration: après la victoire contre Nice (3-0), dimanche soir, les Parisiens ont neuf points d’avance à cinq matchs de la fin. Si l’équipe de Carlo Ancelotti a parfois été inconstante cette saison, elle pourra être sacrée dès le week-end prochain à Evian.

 

Pourtant, ce n’est pas comme si on sentait les coéquipiers de Mamadou Sakho terriblement concernés. Avec l’armurerie qui est la sienne, Carlo Ancelotti aurait d’ailleurs pu très bien s’imaginer tuer le suspense plus tôt. Quelques jours après le coup de gueule de l’Italien suivant l’élimination en Coupe de France à Evian, le PSG a frappé très fort pendant les 10 premières minutes, jusqu’au but de Ménez (1-0, 10e). Et après? Un petit match d’épicier et quelques éclairs pour maintenir la menace. C’est Ospina qui a tout fait pour éviter des sueurs froides au Parc des Princes. En voulant dribler dans sa surface, il a provoqué un penalty transformé par Ibrahimovic (2-0, 65e), et a écopé d’un carton rouge.

 

Après ça, son équipe a passé le reste du match à compter les déferlantes. Avant ça, pour en profiter, Nice aurait bien eu besoin de Bauthéac, mais la suspension du milieu offensif azuréen l’a vissé à son canapé. Les Aiglons auraient aussi pu appuyer sur la nervosité parisienne. Avec les insultes de Jérémy Ménez à l’arbitre, et la réaction épidermique d’Ibrahimovic après un bisou de Civelli dans son cou, le PSG n’a récolté que deux cartons jaunes. Ca n’arrangera pas les affaires du classement du fair-play, le seul où les Parisiens sont en difficulté, avec une 18e place. Pas le genre de mésaventure à mettre les palais de Doha sans dessus-dessous, surtout quand Chantôme relève un peu l’addition (3-0, 85e).

 

Réactions

 

Claude Puel:

«On a fait une très mauvaise entame et Paris une très bonne au contraire. Après le but on a fait des choses intéressantes, mais on a manqué un peu de présence et d'efficacité. J'aurais aimé pouvoir insuffler un peu plus de force offensive mais quand j'allais le faire, on a pris ce penalty. Ça a été un tournant, oui. A 11, il y avait des possibilités, à 10 et 2-0, le match était fini. Ce n'est pas une bonne journée pour nous dans cette course. En plus, on arrive assez démunis dans cette dernière ligne droite. On a pas mal de petits problèmes et quand on n'a pas un effectif pléthorique, ça compte beaucoup. Un champion est toujours beau, ils ont fait de belles choses en Ligue des champions. Quand on est éliminé en Ligue des champions, c'est une petite mort, c'est dur de revenir. Ce sont des grands joueurs, qui ont un gros ego. Face à un environnement devenu négatif après leur match en Coupe mercredi, on se doutait qu'ils allaient faire un gros match.»

 

Carlo Ancelotti (entraîneur du Paris SG):

«C'était la très bonne attitude. C'est encore plus bizarre de comprendre le match d'Evian après la performance de ce soir, où tout a été bien, offensivement et défensivement. Je suis très content ce soir. Ce match était important. On a encore neuf points d'avance, ça veut dire que le titre est proche. C'est facile d'avoir la motivation, après 19 ans. On doit gagner avec une bonne image dans notre jeu. Les joueurs ont bien travaillé cette saison. Quelquefois l'attitude a été un peu mauvaise, mais en général je suis content de mes joueurs. Une réaction d'orgueil ? Oui, je pense. Je crois que tout le monde était énervé après ce match. Le Championnat était le principal objectif de la saison. On a fait un bon parcours en Ligue des champions alors si on gagne, ce sera une saison fantastique. On doit prendre six points, j'espère qu'on les prendra à Evian et contre Valenciennes. Ibra était totalement changé, très costaud.»

 

Thimothée Kolodziejczak (défenseur de Nice, au micro de Canal+):

«Les dix premières minutes, ils nous ont mis un gros pressing, on a eu du mal à sortir, et le but nous a fait mal. Après, on a mieux joué, jusqu'à la mi-temps. Après, on prend ce carton rouge qui nous fait vraiment mal et on a coulé. A dix contre onze contre Paris, ça ne pardonne pas. Ils ont été réalistes et très forts ce soir. On a été trop timides offensivement. Et on a vu un gros Paris ce soir.»

 

Salvatore Sirigu (gardien du Paris SG, au micro de Canal+):

«On a montré une très belle attitude dans le jeu, avec la volonté et la force de faire voir que ce qui s'est passé à Evian était un accident. Le carton rouge d'Ospina nous a favorisés, c'est vrai. Ça arrive de mal jouer, mais ça arrive plus souvent de faire bien et de faire des gros matches».

 

 

Revue de presse

 

Vexé par sa défaite en Coupe de France face à Evian, le PSG a balayé Nice ce dimanche (3-0) et repris neuf points d'avance sur l'OM en tête de la L1.

Paris a remis les points dur les i

 

En dominant facilement Nice, le PSG a conservé son avance de neuf points en tête du championnat. Le titre est proche.

Le PSG domine Nice

Ajouter un Commentaire