L'Equipe fait le point aujourd'hui sur l'éventuelle reprise et nous essayons de décortiquer le vrai du faux:

 

"Pourquoi Chien Lee a-t-il accueilli Ratcliffe au siège et lui a-t-il fait visiter le centre d’entraînement pour ne pas donner suite ? Un simple quiproquo, selon les patrons du club. Lorsque Rivère a demandé à Chien Lee de recevoir le représentant de la famille Ratcliffe, en mars, il aurait « vendu » au Chinois un rendez-vous destiné à ce que l’Anglais rachète les parts de Rivère, estimées à 10 %. Dans le même temps, JPR aurait, en revanche, assuré à Ratcliffe que Lee le recevait pour parler d’une vente intégrale. Une stratégie probablement destinée à ce que les deux hommes s’entendent en conversant, ce qui n’a pas été le cas. Lorsque Ratcliffe a dit qu’il venait pour acheter 100 % du club, Lee lui aurait répondu qu’il n’était pas vendeur."

 

Depuis septembre, Jean-Pierre Rivère annonce rechercher des actionnaires pour reprendre les actions des sino-américains. Des documents prouveraient cette version.

 

  Pourquoi les actionnaires chinois refusent-ils de vendre à plus riche qu’eux et à un excellent prix ? Ils compteraient sur la hausse des droits TV, l’an prochain, pour valoriser le club, ils ont confiance dans leur portefeuille de joueurs et dans l’équipe technique – Patrick Vieira, l’entraîneur, Gilles Grimandi, le directeur technique, et Matthieu Louis-Jean, le responsable de la cellule recrutement arrivé de Manchester United – pour recruter malin et revendre cher.

 

C'est la version officieuse: faire du trading (solution acceptée par Vieira) et attendre la manne des droits TV pour rembourser l'emprunt de 22 millions qui a servi afin récupérer l'argent mis sur le compte courant. 

 

 

En démissionnant du Gym, en janvier – considérant qu’ils ne pouvaient plus travailler avec Chien Lee –, les anciens numéros un et deux du club ont donné l’impression de partir par la porte pour tenter de revenir par la fenêtre. Leur probable retour au club (dans les mêmes fonctions ?) si Ratcliffe le rachète est une perspective qui braque les actionnaires, mais aussi Vieira, lequel reproche à ses complices d’hier – il avait signé au Gym pour eux – d’orchestrer une vente forcée à Ratcliffe.

 

Jean-Pierre Rivère a tenté un coup d'esbrouffe qui, pour l'instant, ne marche pas. Faire peur aux chinois avec son départ (qui était prévu en juin). Raté. Pour le reste il semble bien que la présence de l'ancien président niçois dans le deal bloque, ou rend plus difficile, les discussions entre les deux parties

 

Dimanche, lors de Nice-Guingamp (3-0), la Populaire Sud a déployé des banderoles hostiles dans le stade : « Chien Lee démission », « God save the Gym », « Actionnaires, prenez vos responsabilités, dégagez ». Trois jours plus tôt, le principal groupe de supporters du Gym, sur la foi « d’éléments probants », avait pris position en faveur du projet Ratcliffe et demandé dans un communiqué le départ des actionnaires actuels. « Ils bloquent le processus de négociations en cours, ils n’ont aucune ambition sportive et fuient leurs responsabilités quand il s’agit de s’expliquer sur la gestion. La Populaire Sud demande aux actionnaires de vendre le club dans les plus brefs délais à des gens sérieux et ambitieux. » Le 20 avril, dans le souci « d’être éclairé », Christian Estrosi, le maire de Nice, avait reçu plusieurs actionnaires, dont Zheng, Rivère et Fournier, et s’était dit « attentif à l’avenir d’un investissement qu’a réalisé la ville de Nice » à propos d’un stade souvent à moitié plein.

 

La populaire a rencontré les deux parties et ont été convaincu par l'avenir proposé par les anglais. Selon certaines rumeurs, il semblerait que M. Estrosi serait plus anglais et que M Ciotti plus chinois. Mais toutes ces parties n'ont aucun pouvoir dans la discussion. Au final, la décision reviendra aux actionnaires actuels.

 

Malgré la fermeté des actionnaires, Jim Ratcliffe n’a pas renoncé à s’offrir l’OGC Nice, même si la presse anglaise évoquait, hier, la poursuite des négociations entre Ratcliffe et Abramovitch, concernant la vente de Chelsea. Son frère, Robert, a rencontré Zheng, le 24 avril à Londres. Il aurait été question du quiproquo de mars mais aussi de la possibilité d’une association. À quelle hauteur et pour quel montant ? Un chèque de 100 M€ et n’en parlons plus ? Il faudra d’autres réunions pour avancer, mais le temps est compté et il n’est pas certain que Ratcliffe poireaute longtemps devant la porte du Gym, surtout si celle de Chelsea se réouvre entre-temps. Jusqu’à fin juin, peut-être, mais pas au-delà.

 

Les discussions sont toujours en cours

 

Si le Gym est toujours sino-américain, cet été ses dirigeants ne devront pas rater leur mercato. Pour reconquérir les supporters niçois devenus pro-Ratcliffe et ne pas décevoir Patrick Vieira, auquel ils auraient promis de réinvestir 100 % de l’argent perçu dans les transferts dans l’achat de nouveaux joueurs. Jusque-là, les actionnaires sino-américains n’ont pas beaucoup tenu leurs promesses. Mais cela peut encore changer.

 

Il faudra impérativement que les actionnaires actuels fassent un mercato rapide car le 31/08, ce sera trop tard. Selon nos informations, cela avancerait pour l'achat d'un attaquant évoluant dans un championnat étranger.

 

 

 

Commentaires   

#18 CorsicaNissart 04-05-2019 13:02
Il est urgent d'éloigner le croque-mort RIVERE.. alias PICSOU avant que le Gym ne soit plus qu'un cadavre !
#17 Dan 04-05-2019 11:53
Rivere tu as mis le gym dans la merde alors prend des avocats et sort nous de cet imbroglio au plus vite
#16 porporino 03-05-2019 17:59
Toutes les rumeurs de transferts et de rachat ont fini en eau de boudin cette saison. Pas la peine de s'exciter, je parie que le club ne sera pas vendu. L'essentiel c'est de reconstruire une équipe avec de vraies fondations et retrouver un jeu plus conforme à ce que Viera est capable de mettre en place, tourné vers l'avant, autour d'un bon trio d'attaquants confirmés. Il faut arrêter avec les feuilletons bidons dans le style de Balotelli. Cela ne mène à rien de s'aveugler avec les milliards de l'un ou de l'autre. Regardez l'ASSE et REIMS. L'ADN de clubs historiques, c'est le jeu, la gagne, l'esprit d'équipe! Pas le fric ni les individualités qui se voient trop haut.
#15 marsiglialiste 03-05-2019 15:44
avec ce que publie challenges on comprend mieux les mercatos pourris et la volonté de chien lee d'avoir les parts de rivere afin de gagner plus d'argent sur la vente du club ce qui expliquerait les gesticulations de rivere et l'attente de chien lee ...si la vente ne se fait pas, il ne faudra pas à s'attendre à grand chose
#14 marsiglialiste 03-05-2019 15:16
Le pire a été évité"
Ces conditions aventureuses exigées par la société luxembourgeoise vont provoquer de vifs débats au sein de l’OGC Nice où les actionnaires sino-américains entendent toujours obtenir leur remboursement. Si une grande banque américaine est aussi sollicitée, c'est bel et bien Thalos qui est choisi fin décembre 2018. Après de longs mois de négociations, le club niçois et le fonds signent un contrat remodelé, expurgé des clauses de remboursement anticipé les plus aléatoires. "Le pire a été évité, se félicite aujourd’hui un ancien salarié de l’OGC Nice. Avec les droits TV ou les ventes de joueurs, le club a largement les capacités de rembourser le prêt. En revanche, cette affaire symbolise bien la priorité des actionnaires actuels. Ils préfèrent rentrer dans leurs frais plutôt qu’investir l’argent disponible en transferts par exemple".
Dans les colonnes de Nice-Matin, le trio sino-américain à la tête du club, s’est toutefois défendu d’avoir été le seul bénéficiaire de cette opération. "Sur ces 22 millions d’euros, une partie a été directement empochée par Jean-Pierre Rivère", indique un proche du trio au quotidien. Ce dernier qui a quitté son poste de président de l’OGC Nice en début d’année, mais reste encore actionnaire, entretient depuis de longs mois des relations houleuses avec ses coactionnaires, d’autant plus qu’il soutient la reprise du club par Jim Ratcliffe. "C’est une avance sur les 20% de parts que je me suis engagé à leur vendre sur le pacte d’actionnaires, a-t-il répondu à Nice-Matin. Le prix est fixé depuis leur arrivée et le solde est prévu, selon certaines conditions, dans les deux ans à venir".
#13 marsiglialiste 03-05-2019 15:14
Visé par des plaintes en Suisse

Le trio sino-américain veut à cette époque à tout prix récupérer sa mise. Problème : les caisses du club sont vides. Fin juin 2018, l’Américain Paul Conway avance le nom de Thalos Investment Platform. Basée à Luxembourg, cette société de crédit est une filiale du groupe suisse Vicenda qui propose des financements à des entreprises endettées ou à des fonds de trading. Quelques semaines plus tôt, au mois de mai 2018, deux groupes de presse suisses (Ringier et la NZZ) ont porté plainte contre Thalos dans une affaire liée à la faillite du géant publicitaire suisse, Publicitas, comme l’a raconté le quotidien suisse Le Temps. Les créances de celui-ci étaient notamment détenues par Thalos via un "contrat de cession" qui permet au prêteur de devenir propriétaire du passif mais aussi des actifs de l’entreprise endettée.
Malgré le mystère qui entoure le fonds luxembourgeois, l’OGC Nice entame toutefois des discussions avec Thalos, lequel inclue alors plusieurs clauses de remboursement anticipé. "L’une d’elles stipulait que si le club se retrouvait au-delà de la 14e place à la 22e journée de championnat, l’OGC Nice devrait rembourser dans la semaine la totalité du prêt. Cela mettait en péril le club. C’était évidemment inconcevable", poursuit la même source. Contactés, ni Thalos Investment Platform, ni Vicenda, ni l’OGC Nice n’ont souhaité répondre à nos questions
#12 marsiglialiste 03-05-2019 15:13
L'OGC Nice, qui affronte samedi le Paris Saint-Germain, vit une fin de saison pour le moins agitée. Alors que les actionnaires chinois et américains du club azuréen continuent de repousser les avances du milliardaire anglais, Jim Ratcliffe, candidat déclaré au rachat, ils font face depuis une semaine à l'hostilité de leurs supporters, lesquels voient d'un bon œil la vente de leur club à la plus grosse fortune du Royaume-Uni. Le principal groupe de fans niçois (la Populaire Sud) qui dénonce "la gestion" et le manque "d'ambition sportive" des propriétaires actuels, ne croit peut-être pas si bien dire.
Selon nos informations, l’OGC Nice a en effet souscrit fin décembre 2018 un curieux contrat avec le fonds luxembourgeois Thalos Investment Platform. Ce dernier s’est engagé à prêter 22 millions d’euros au club niçois avec un taux d’intérêt de 9% remboursable sur quatre ans. Comme l’a déjà écrit le quotidien Nice-Matin, la somme de 22 millions d’euros correspond à l’argent que les propriétaires sino-américains de l’OGC Nice (Chien Lee, Alex Zheng et Paul Conway) ont injecté dans le club depuis leur arrivée en 2016 – les trois hommes ont repris 80% des parts, Jean-Pierre Rivère, président du club de 2011 à 2019 en conservant 20%. "Le pacte d’actionnaires conclu il y a trois ans prévoyait qu’ils ne puissent pas demander le remboursement des comptes courants avant deux ans, soit juin 2018", précise un bon connaisseur de l’OGC Nice.
#11 marsiglialiste 03-05-2019 15:09
Selon les informations de Challenges, l’OGC Nice a souscrit fin décembre 2018 un contrat avec le fonds luxembourgeois Thalos Investment Platform. Ce dernier s’est engagé à prêter 22 millions d’euros au club niçois avec un taux d’intérêt de 9% remboursable sur quatre ans.

Comme révélé par Nice-Matin, cette somme a permis le remboursement de la mise de départ des actionnaires sino-américains injectée à l’été 2016. Selon Challenges, Thalos est dans le viseur de la justice suisse.

Durant de longs mois, le duo Rivere-Fournier s’est opposé à cet emprunt jugé à risques, avant de céder en décembre dernier.

"Sur ces 22 millions d’euros, une partie a été directement empochée par Jean-Pierre Rivère (8 millions d’euros)" a déconcé le clan Lee pour partager les torts avec l’ancienne direction.

"C’est une avance sur les 20% de parts que je me suis engagé à leur vendre sur le pacte d’actionnaires, avait répondu Jean-Pierre Rivère. Le prix est fixé depuis leur arrivée et le solde est prévu, selon certaines conditions, dans les deux ans à venir."

Pour rappel, l’OGC Nice fait l’objet de la convoitise de Jim Ratcliffe qui souhaite racheter le club. L’homme le plus riche du Royaume-Uni, qui est prêt à débourser autour de 100 millions, n’a pas perdu espoir dans ce dossier.
#10 canardou 03-05-2019 07:20
J'ai lu sur un fil Twitter que Chien Lee attendrait de récupérer les parts de Rivère qui doivent lui revenir fin juin pour les revendre avec les siennes de façon à faire une culbute plus importante. Je ne sais pas si cette version de la reprise est crédible mais que Rivère soir le dondon de la farce me plairait beaucoup. Surtout quand on pense que c'est lui qui a amené Ratcliffe! Plus fort que Dallas!
#9 Pitchoun 02-05-2019 21:57
Auteur d'un énorme début de saison avec le Borussia Dortmund, Lucien Favre connait une deuxième partie de saison un peu plus compliquée. Toutefois, le technicien sera bel et bien sur le banc du BvB l'année prochaine, comme l'a expliqué Michael Zorc au magazine Kicker.
"Nous sommes très satisfaits de son travail. [...] Nous entamerons à coup sûr la nouvelle saison avec lui, que nous soyons champions ou non" a-t-il déclaré. Sous contrat jusqu'en 2020, Lucien Favre pourrait même décrocher une prolongation d'une année supplémentaire.

Ajouter un Commentaire