Il y a des fois où l'arbitre ne se fait pas respecter, c'était le cas ce soir de Mr Letexier (qui fût déjà le protagoniste d'erreurs monumentales il y a 6 mois face à Caen). Pas un mot sur les pertes de temps à répétitions du gardien angevin et de ses co-équipiers depuis la 20ème minute, un carton purement  scandaleux sur Balotelli (au pire les deux auraient dû l'avoir, au mieux il n'y avait rien à sifler hormis un pénalty pour Nice)... mais que voulez-vous lorsqu'on est mauvais et surtout lorsque l'on ne se remet pas en question, rien ne peut avancer. Pour le reste le Gym fût timide notamment en première période, un peu plus fringuant en seconde, mais au final on restera sur un goût d'inachevé, comme beaucoup de passes... A oublier.

 

 

Fiche technique

 

OGC Nice 2-2 Angers SCO (1-2)

18 023 spectateurs

Arbitre : François Letexier

 

Buts :
Nice : Balotelli (39' sp), Traoré csc (77')
Angers : Pavlovic (12'), Toko-Ekambi (34') pour Angersbalotelli

 

Avertissements :
Nice : Le Marchand (49'), Balotelli (63'), Cardinale (72') Angers : Tahrat (40'), Pavlovic (75')

 

Les équipes :
OGC Nice : Cardinale - Souquet, Dante (cap), Le Marchand, Jallet - St-Maximin, Koziello (Tameze 69'), Mendy, Lees-Melou - Plea, Balotelli.

Angers SCO : Letellier - Manceau, Pavlovic, Traoré, Thomas, Andreu - Tait (Sunu 79'), Tahrat (Santamaria 51'), Mangani - Fulgini (Capelle 60'), Toko-Ekambi.

 

Les buts

 

77ème BUT contre son camp de Traoré pour Nice ! Sur le corner qui suit, frappé par Lees-Melou, Traoré monte plus haut que tout le monde et trompe la vigilance de son propre gardien. Nice recolle au score !

 

40 ème BUT de Balotelli pour Nice ! L'Italien ne rate pas l'aubaine, prenant à contre-pied Letellier d'un plat du pied droit maîtrisé.

 

35 ème BUT de Toko-Ekambi pour Angers ! Tait percute dans l'axe et décale Andreu sur le côté gauche, pour le centre au cordeau de ce dernier vers Toko Ekambi. Absolument seul, celui-ci ajuste tranquillement Cardinale d'un plat du pied droit.

 

12 ème BUT de Pavlovic pour Angers ! Fulgini est au coup franc, excentré sur la gauche à 25 bons mètres. L'intéressé dépose son ballon dans la surface, sur la tête victorieuse d'un Pavlovic oublié par la défense azuréenne.

 

 

Résumé

 

Dans l'absolu, ce nul est un coup d'arrêt pour Nice, qui restait sur 3 victoires consécutives, contre Monaco (4-0), Zulte-Waregem (5-1), et Rennes (1-0).

 

Mais vu le début de match raté et le fait que ses hommes n'ont cadré aucune frappe dans le jeu avant la 90e+5, Lucien Favre peut se satisfaire de ce partage des points. Et surtout de l'implication de son buteur italien, qui n'a cessé de se battre.

 

nian181Invaincu en déplacement cette saison (une victoire à Amiens et deux nuls à Marseille et Saint-Etienne), Angers, pour sa part, a montré que sa faculté à ramener des points en déplacement était bien réelle.

 

Le ronronnement du début de match convenait à des Angevins, venus pour protéger leur but dans un 5-4-1 défensif. Comme Nice ne donnait aucune folie, on semblait être parti pour un de ces matches où tout se décante sur un coup de pied arrêté, tard dans la partie...

 

Ce coup-franc survint. Mais avant même la fin du premier quart d'heure. Fulgini ouvrait sur Pavlovic, qui devançait Lees-Melou et Lemarchand, peu consistants dans leur duel aérien (0-1, 12).

 

Dès lors, les hommes de Stéphane Moulin pouvaient contrer à leur guise. Et plutôt bien. La tentative de Fulgini passait de peu à côté (14). Celle de l'excellent Toko Ekambi, parti du rond central, était déviée par un Cardinale vigilent (24).

 

Plus la mi-temps avançait, plus les Niçois offraient des boulevards. Au milieu, la paire Mendy-Koziello était noyée par les vagues adverses, notamment par les rentrées axiales de Tait et Fulgini. Après avoir frappé à côté (32), Tait décalait d'ailleurs à nouveau Andreu, dont le centre trouvait Toko Ekambi, laissé seul (0-2, 34).

 

Impossible, à ce moment-là, de sentir Nice capable de revenir. Mais l'arbitre, François Letexier, allait donner un coup de main aux Aiglons en sifflantnian182 pénalty, suite à une main involontaire de Mangani sur un corner de Lees-Melou (39). Balotelli réduisait la marque d'un contre-pied (1-2, 40).

 

En seconde période, sous l'impulsion de SuperMario, les Niçois faisaient d'abord illusion. Puis, le buteur prenait les choses en main. Certes, son coup-franc était brillamment détourné par Letellier en corner (76). Mais sur celui-ci, le gardien dégageait du poing sur Traoré, qui marquait contre son camp (2-2, 77).

 

Nice poussait. Mais Lemarchand (87), Dante (90+3) et enfin Plea dont la frappe était détournée par Letellier (90+5) manquaient le hold-up. AFP

 

Réactions

 

Lucien Favre:

favre2018Nous avons eu une entame très difficile. On a joué précipité, beaucoup trop par le centre, car ils étaient très regroupés, très compacts, une sorte de 5-4-1 qui se déployait vite a la récupération de la balle, et c’est là qu’on a fait des erreurs. On leur a donné des ballons faciles, on a joué trop axial et ça allait très vite en contre. Je dis toujours que quand on attaque il faut penser à défendre, et quand on défend, il faut penser à attaquer. Et là, dans la transition attaque - défense, ce n’était pas terrible. On savait qu’ils étaient dangereux. Ils ont très bien défendu et vont vite après la récupération. Ce qui est positif c’est qu’on est revenus. Sur la fin on peut mettre le 3-2, ça aurait été magnifique. Mais c’est déjà bien d’être revenus vu comment on a commencé.

 

Stéphane Moulin (entraîneur d'Angers) :

Regret et satisfaction se mélangent, comme trop souvent depuis le début de saison. Le tournant du match, c'est le penalty. Celui-ci est rageant car il n'y a aucun intention chez notre joueur. Il (Mangani, ndlr) met la main mais il est tellement proche qu'il ne peut faire autrement. À 2-1 à la mi-temps, c'est mal payé. Cela leur a donné de la force et ils sont revenus avec plus de force. Ce (vendredi) soir, on n'est pas très chanceux malgré le fait qu'on aurait pu le perdre à la fin. J'en suis conscient. C'est rageant, car on prend encore deux buts "bidons". Mais je retiens aussi la réaction de l'équipe. Après la pause, ils (les Niçois, ndlr) se sont adaptés à notre organisation, qui les avait surpris en début de match. Plea et Balotelli sont revenus entre les lignes. Au final, notre première mi-temps a été de haut niveau. Compte tenu de la forme actuelle de Nice, et contre Lyon, je n'ai pas compté de points (dans son tableau de marche, ndlr). On en a déjà un. Il faut se satisfaire de ce qu'on a. C'est vrai qu'on n'est pas facile à jouer à l'extérieur. Mais à Saint-Etienne, on doit gagner. Et ce soir, on a eu beaucoup d'occasions.

 

Revue de presse

 

 

 

 

 

Commentaires   

#6 Pitchoun 24-09-2017 07:14
Ce n'est pas un probleme de motivation, les mal classes ou equipes de secondes zones betonnent toujours pour arracher un point contre les equipes joueuses, voire Montpellier contre PSG. Ce sont des matchs ou elles n'ont rien a perdre. Meme Moulin a admis que contre Nice et Lyon (son prochain adversaire) il n'avait compte aucun point et il a deja reussi a en prendre un. Il faut juste ne pas encaisser de buts contre ces equipes et essayer de trouver la solution, ce qui a ete fait en 2ieme mi-temps mais malheureusement avec un retard de 1 but et un manque de reussite sur la fin.
#5 marc2 23-09-2017 22:53
dommage quand première période les 4 de devant étaient totalement absent :sad:
on dirait que certains ont du mal a trouver la motivation contre les mal classé
#4 Pitchoun 23-09-2017 20:20
On va se reprendre des jeudi. On sait qu'Angers joue tous derriere depuis des lustres , c'est une equipe difficile a jouer. Ca va prendre un peu de temps pour s'adapter a ce genre d'equipe mais Favre va le faire. Balotelli toujours plus implique! 5 buts en 4 matchs! Confiance!
#3 canardou 23-09-2017 20:19
+1 pour Corsicanissart :P
#2 CorsicaNissart 23-09-2017 13:44
C' est quoi ce bordel Lulu ????
#1 canardou 23-09-2017 13:03
Match difficile face à des brutasses. Très mauvais arbitrage. L'équipe a été sans doute été victime d'une forme de décompression après ses trois victoires consécutives, de sa difficulté à casser les lignes, et des limites de certains de ses joueurs, comme Koziello par exemple.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir