EN DIFFICULTÉ la saison dernière et assuré de conserver sa place en L 1 lors de l’avant-dernière journée seulement, Nice va bien mieux. Le Gym, invaincu à domicile cette saison, peut profiter de la venue de Nancy pour s’ancrer dans le premier quart du classement. Une accélération qui fait de Nice un candidat à l’Europe. Pourtant, le club manque de lisibilité.

Vincent Hognon, dont le genou droit, déjà opéré deux fois, donne toujours d’inquiétants signes de faiblesse, sera opéré demain à la clinique Notre-Dame, à Saint-Raphaël. Le docteur Imbert pratiquera une arthroscopie qui laissera le défenseur niçois indisponible pour une durée minimale d’un mois.

Hier, à l'issue de l’entraînement servant de décrassage après la victoire des Niçois à Strasbourg (1-0), Ederson est rapidement rentré chez lui. Il s’est aussitôt connecté sur Internet et il a communiqué une bonne partie de l’après-midi avec sa famille. « J’ai eu mon père, ma mère, mon frère, explique-t-il. Ils m’ont d’abord souhaité un bon anniversaire mais on a surtout parlé de mon but à Strasbourg et ils m’ont félicité. Ils l’avaient vu sur le site du club. »

Le bonnet noir qui cache une partie de son visage ne suffit pas à dissimuler sa satisfaction. Au coup de sifflet final, Frédéric Antonetti affiche un large sourire qui contraste avec les sifflets du public strasbourgeois. On se demande aujourd’hui ce qui pourrait bien stopper sa formation, qui débute l’année 2008 aussi bien qu’elle a conclu la précédente...

En s’imposant logiquement en Alsace grâce à un joli but d’Ederson, les Niçois atteignent en effet leur dixième match de Ligue 1 sans défaite. La dernière fois qu’ils ont enchaîné une telle série, c’était à cheval sur deux saisons (six matches en fin d’exercice 1975-1976 puis six autres à l’entame de la saison 1976-1977). Les Azuréens, qui ne se sont plus inclinés en Championnat depuis trois mois (le 6 octobre 2007, 0-2 au Mans), réalisent une belle opération puisqu’ils dépassent Le Mans et Caen au classement pour se retrouver cinquièmes.

Nice a commencé l’année 2008 comme il avait terminé l’année 2007. Parun petit succès à domicile. Le Havre s’est incliné sur un score aussi étriqué (2-1) que Valenciennes en championnat avant la trêve (1-0). Un score qui reflète mal la supériorité des Aiglons dans le jeu et leur aisance technique bien supérieure mais qui démontre amplement que les Normands se sont accrochés jusqu’au bout puisqu’ils ont même contraint les Aiglons à la prolongation. Pour cela, même menés au score, ils n’ont jamais dérogé au principe d’une organisation défensive très stricte laissant peu d’espaces à leurs adversaires et pour le reste ils ont bénéficié des services d’un Revault des grands soirs. Cinq fois au moins, le vétéran du HAC a sorti des parades décisives. Sur un coup franc d’Ederson repoussé du poing (35e), sur une frappe à bout portant de Laslandes détourné du pied (45e), sur un nouveau coup franc d’Ederson qu’il est allé chercher dans sa lucarne (57e), sur un tir d’Echouafni remis dans les pieds de Koné pour un but de l’Ivoirien refusé pour un hors-jeu peu évident (75e) puis sur une nouvelle tentative de Laslandes encore écartée (89e). Revault a donc accompli des miracles hier au stade du Ray mais il n’a pas pu tout faire.