Didier Ollé-Nicolle a succédé cet été à Frédéric Antonetti sur le banc de l'OGC Nice. Aux commandes d'un groupe jeune, ce néophyte en L1 a connu un mois d'août mitigé : après une victoire à Saint-Étienne (2-0) et un nul face à Rennes (1-1), il a vu son équipe couler à Bordeaux (0-4) puis contre Montpellier (0-3). Avant un périlleux derby face à Monaco la semaine prochaine, le technicien ne veut donc pas venir à Auxerre pour rien.

Etes-vous inquiet pour votre équipe, qui n’a enregistré qu’une seule victoire en quatre rencontres ?

 

Didier Ollé-Nicolle : Ni inquiet, ni pessimiste. On est simplement passé à travers face à Montpellier (0-3). J’assume ma part de responsabilité dans cet échec. La stratégie offensive que j’avais décidé de mettre en place n’a pas fonctionné.

Buteur génial des Aiglons entre 1976 et 1981 (85 buts en 145 matches), puis entraîneur du Gym entre 1987 et 89, le Serbe, 61 ans, est aujourd’hui conseiller sportif au Partizan Belgrade.

Passé de Lyon à Nice à quelques heures de la clôture du mercato, Anthony Mounier, 21 ans, savoure ce dénouement. Car longtemps son cas semblait lié à celui de l’attaquant niçois Loïc Rémy. Le nouveau milieu de terrain niçois revient sur un été qu’il n’est pas près d’oublier.

Cette fois, vous avez pu enfin mettre le cap sur Nice…

 

Oui, j'avais besoin d'un nouveau challenge. Il me fallait du temps de jeu. Je vais retrouver Loïc Rémy, mais aussi Alain Olio et Guillaume Tora, toutes les conditions seront réunies. J'ai été présenté à l'OGC Nice, aux actionnaires et je suis très heureux.