Loic Rémy fait une retour dans les médias depuis la défaite face à Plabennec. L'international niçois, après avoir affirmé ne pas être un magicien, se montre inquiet, dans Nice Matin, aujourd'hui:  "Je suis surtout inquiet pour la suite. Nous disputons un championnat de Ligue 1 et, forcément, des matchs beaucoup plus difficiles que celui de dimanche à Plabennec nous attendent. Mon rôle est de marquer, mais derrière, il faut que chacun fasse son rôle au mieux... On subit, on encaisse toujours les mêmes buts. C'est décourageant !"

 

Une place dans les dix premiers reste le souhait de l'OGC Nice cette saison. Son président, Gilbert Stellardo, l'a confirmé. Mais seulement 16e de Ligue 1 avec 22 points après 19 journées, les Aiglons se trouvent pour l'instant bien loin de l'objectif Surtout que Didier Ollé-Nicolle devra, dans ce mois de janvier, composer avec les nombreux départs de ses joueurs pour la CAN.

L’OGC Nice veut un défenseur central. C’est ce qu’affirme Patrick Governatori, aujourd’hui, à Nice Matin. Le directeur général du club précise aussi qu’il s’agira d’un prêt payant : « On a reçu de très nombreuses propositions, mais on est très vigilant. On n’a pas le droit de se tromper. On ne veut pas un élément en plus mais une pointure. Un joueur solide qui nous apporte un vrai plus. Les enjeux sont très importants »

En foulant ce soir la pelouse du stade du Ray, Onyekachi Apam se souviendra sûrement de ce 29 octobre 2006 où Frédéric Antonetti lui offrit sa première titularisation en Ligue 1 face à l’OM.Ce jour là, aligné sur le flanc gauche de la défense azuréenne, le Nigérian, âgé alors de 19 ans, étouffe un certain… Franck Ribéry. « T’es qui toi ? » lui lança même l’international. Le natif d’Aba lui rétorqua : «Moi, Apam, Nigeria. » La carrière du Super Eagle, médaillé olympique à Pékin et qualifié pour la prochaine Coupe du monde, est lancée.

Les administrateurs de l'OGC Nice ont acté lundi la transformation du conseil d'administration en deux entités, un directoire et un conseil de surveillance présidés respectivement par Gilbert Stellardo et Marcel Governatori, selon le modèle en vigueur à l'OM et au PSG.