C’est un monde où l’on entend même le silence. C’est unmonde où chaque bruit résonne, claque, interpelle. CCelui de la frappe dans le ballon, des rires qui s’échappent et paraissent soudain énormes, des applaudissements qui se comptent et que l’on dénombre facilement. C’est unmonde ou les mots « Sors ! », «Replace- toi », « Au sol », « Seul » deviennent les dialogues audibles d’un match de football. C’est lemonde du huis clos.

« L'union sacrée » décrétée « unanimement » samedi dernier par les actionnaires, à l'issue de la défaite devant Nancy (2-3), aura moins duré que les flocons de neige sur la Promenade des Anglais, au cours de cet hiver si peu azuréen.

Le 31 août dernier, il avait quitté l'OL in extremis pour rejoindre le « clan des Lyonnais » de l'OGC Nice : Alain Olio, Guillaume Tora, Loïc Rémy et David Hellebuyck.

 

L’avenir de l’entraîneur de Nice, Didier Ollé-Nicolle, a longtemps paru hier bien loin de la Côte d’Azur. La série de treize matchs consécutifs sans victoire, ponctuée samedi par une défaite dans les arrêts de jeu à Valenciennes (2-1), semblait avoir scellé son sort. Pourtant, après de longues discussions, les dirigeants niçois, en conclave depuis le début de matinée, ont décidé de lui offrir une dernière chance samedi, lors de la réception de Lorient.

 

Crise de résultats, effectif amoindri, image brouillée, divorce avec des supporteurs, affaire "Loïc Rémy": Nice, qui se rend samedi chez son voisin Monaco à qui tout semble réussir, traverse une saison de turbulences.