Aujourd'hui dans Nice Matin, Frédéric Antonetti revient sur le futur du Gym après Maurice Cohen et Olivier Echouafni, cette semaine. A la question du journaliste du quotidien régional concerant Rennes, le coach niçois répond :

C’est le score tendance à Nice. Hier matin, lors d’un petit match, les suspendus et remplaçants du matchde Nancy ont battu l’équipe des 18 ans, 2-1. Les titulaires de la veille étaient au repos. Bien mérité. En s’imposant doublement à l’extérieur, pour la première fois au Mans, samedi dernier (2-1) et pour la première fois depuis trente ans à Nancy, avant-hier (2-1), Nice a mis son poursuivant immédiat, Lorient (9e), à huit longueurs.

Avec son bandage blanc autour du genou droit, David Hellebuyck a joué sur une jambe pendant 89 minutes. Bien, mais sur une jambe. Le milieu niçois, incertain avant la rencontre, avait tout gardé pour la 90e. Pour un sprint au coeur de la défense nancéienne, lancé par Ben Saada, et un délice de ballon piqué du droit ! Un lob qui laissait Bracigliano impuissant pour la deuxième fois dela soirée après un tir de Mahamane Traoré à plus de vingt mètres, dévié par Macaluso, qui l’avait déjà surpris (49e).

Nice va défiler à Nancy sans Rémy, Faé, Rool, Apam et Adeilson, tous suspendus après avoir vu rouge ou jaune, et sans Sablé (encore Lensois au 10 janvier, jour du match reporté), qui purgera, lui, son deuxième match de suspension le week-end prochain. « On doit rentrer dans le Guinness », plaisante Frédéric Antonetti.

Elle est bienne bonne, celle-là ! Après quatre revers de suite en Championnat et en Coupe, Nice, pourtant mené au score, s’est redressé le moral au Mans (1-2), grâce à Fae et Mahamane Traoré, l’apport des trois remplaçants entrés en cours de jeu ayant été capital (sauvetage sur sa ligne de Cid ; Mouloungui et Traoré à la conclusion du deuxième but). Celui-là, Loïc Rémy ne l’a pas vu. L’attaquant martiniquais était alors immobilisé dans le vestiaire niçois, où M. Poulat l’avait envoyé près d’un quart d’heure plus tôt en même temps que le Manceau Cerdan, pour acte de brutalité.