Privé de titre depuis 1997 et une Coupe de France soulevée aux dépens de Guingamp, l'OGC Nice peut se qualifier mercredi pour sa deuxième finale de Coupe de la Ligue en trois ans. A condition de venir à bout du Vannes OC, l'invité surprise du dernier carré de la compétition. Face au club breton, promu en L2 il y a quelques mois à peine, l'occasion semble belle pour les Aiglons. Même si la pression sera sans conteste dans leur camp.

Finaliste de la Coupe de la Ligue avec Metz en 1999, Lionel Letizi rêve, dix ans plus tard, de retrouver le Stade de France, cette fois avec l'OGC Nice, le club de ses débuts. Et de gagner ce trophée, histoire de boucler la boucle en beauté.

 

Au lendemain de l’élimination en Coupe de France à Monaco (0-1) il y a une semaine, Frédéric Antonetti avait réclamé une « forte réaction » de ses hommes. Et, pour tout dire, après la très timide prestation de ses joueurs hier soir, l’entraîneur niçois l’attend encore.

 

Frédéric Antonetti a tonitrué contre la suffisance de ses joueurs en Principauté dimanche soir dernier (0-1, 16es de finale de la Coupe de France). Donc, semaine de rappel à l’ordre, demobilisation générale et de gammes. « Passer à travers, ça arrive quatre ou cinq fois par an à n’importe quelle équipe au monde, relevait l’entraîneur niçois avant-hier. Si ça devait arriver, il valait mieux que ce soit en Coupe de France.

Loïc Rémy, qui avait séduit à Lens la saison dernière, a confirmé à Nice l'étendue de son talent. Lyon ne l'a-t-il pas laissé filer trop vite ?