Le début de saison de Loïc Rémy fut canon. Arrivé à vingt et un ans pour 8 millions d’euros (500 000 de plus en cas de qualification européenne) et seulement 10 matches pleins de L 1 dans les jambes, l’ex-camarade de Benzema et Ben Arfa à Lyon n’a pas tardé à s’illustrer, avec quatre buts et une passe décisive dans les six premières journées, plus un doublé en entrée de la Coupe de la Ligue à Boulogne- sur-Mer (L 2) (1-3, 16es de finale).

Les promesses du jeu vont peutêtre finir par ne pas mentir. Loué depuis le début de la saison pour la qualité de son jeu collectif en dépit de résultats très insuffisants, Sochaux a remporté hier face à une faible équipe niçoise un deuxième succès d’affilée après sa victoire à Lorient (2-1) le week-end dernier. Ce doublé, inédit pour Sochaux cette saison, ne lui permet pas encore de sortir de la zone des relégables, mais l’équipe doubiste n’en est plus très loin. Elle peut même raisonnablement y croire car elle semble enfin accompagner ses aptitudes techniques de l’efficacité requise pour une équipe de Ligue 1.

David Ospina  ne s’aventure pas encore à répondre aux interviews en français. Il comprend les questions mais répond encore en espagnol, de façon plutôt académique. C’est sans doute qu’il a appris à calibrer ses propos quand il s’est révélé sous les rayures vertes et blanches de l’Atletico Nacional de Medellin, champion de Colombie à dix reprises, sous intense pression populaire et médiatique. Le célèbre et fantasque René Higuita était aussi passé par là (il joue d’ailleurs toujours dans le Championnat colombien à 42 ans).

 

Les rennais vont enfin pouvoir savourer leur dimanche. En 2009, ça ne leur est pas arrivé souvent. Paris et Toulouse tenus en échec, ils réalisent enfin une opération comptable fructueuse. Hier à Nice, ils ont surtout affiché quelques-unes des vertus qui leur avaient permis de signer, d’août à mi-janvier, une série de 18 matches sans défaite. L’absence de Mangane ne les a pas empêchés d’être rois dans les duels. Quand Rennes impose sa puissance athlétique, il ne peut pas lui arriver grand-chose, vu l’efficacité de sa défense.

 

Aujourd'hui dans Nice Matin, Frédéric Antonetti revient sur le futur du Gym après Maurice Cohen et Olivier Echouafni, cette semaine. A la question du journaliste du quotidien régional concerant Rennes, le coach niçois répond :