Frédéric Antonetti , l’entraîneur de Nice, propose de donner la victoire aux Girondins. À une condition. Le soleil se voulait éclatant hier matin,lorsdudécrassagede lendemain de match des Niçois. Pourtant, malgré le nul inespéré de son équipe face à Bordeaux la veille (2-2), Frédéric Antonetti a tempêté. Discours décapant d’un entraîneur attachant.

Président, y-a-t'il eu des avancées récentes dans le conflit qui oppose, entre autres, l'UNFP à l'UCPF ?

 

J'ai parlé à mes joueurs en début de semaine et un dialogue s'est instauré. C'est un dialogue que nous n'avons pas pu avoir entre l'UNFP et l'UCPF, au moins avec les joueurs nous avons pu l'avoir et c'est déjà une bonne chose, après chacun prendra ses responsabilités.

 

Olivier, déplacement particulier pour l’OGC Nice ce week-end. Quel sera l’objectif majeur pour votre équipe samedi soir au stade Louis II ?

 

Comme à tous les matches, on va essayer de ramener des points ! C’est un déplacement qui s’annonce déjà très difficile mais nous avons les arguments et la volonté pour répondre présent.

Re-écoutez Vincent Hognon et Maurice Cohen sur RMC  dans l'emission "Luis attaque" (du lundi au jeudi de 16h à 18h). Maurice Cohen reste remonté à juste titre. Bravo Président!

Pourquoi n'avez-vous rien dit samedi ?

J’ai compris que ça ne sert à rien de protester et de palabrer. C’est clair que l’arbitrage est ce qu’il est et on ne peut rien y faire. Lors d’une réunion avec les arbitres, on nous a dit que ceux-ci avaient deux missions : préserver l’intégrité physique des joueurs et ne pas influencer le résultat d’un match. Là, tout le monde a vu que le résultat a été faussé.

Quel regard portez-vous sur le début de saison de Nice ?

Il est très bon puisque nous avons enchaîné trois victoires après un mauvais départ au Havre. On a su rectifier d'emblée, c'était important pour le moral et la confiance avant le prochain gros match à Lyon.

Frédéric Antonnetti fait un premier bilan à l'issue des 4 journées de Ligue 1. Malgré les 9 points engrangés et la quatrième place de l'OGC Nice au classement, Frédéric Antonneti garde les pieds sur terre. Trois questions au coach niçois.

Un but et une victoire : peut-on dire que c’est la soirée idéale pour vous ?

Je pense que c’est la soirée idéale pour tout le monde. Malgré le fait qu’on soit une équipe en reconstruction, qui a perdu beaucoup de titulaires, on a réalisé un très bon mois d’août. Dans le jeu, on est conscient que tout n’est pas parfait. Pour l’instant c’est un peu moins bien que l’année dernière. Mais c’est normal, il y a des recrues et il faut s’habituer.

« Cédric, Valenciennes est Nice se ressemblent : les deux clubs ont perdu cet été plusieurs de leurs cadres et réussissent malgré tout une bonne entame...

C'est vrai. Chez eux, Ouaddou, Chelle, Roudet et Savidan sont partis. A Nice, nous avons du faire face aux départs de plusieurs titulaires (Lloris, Balmont, Ederson, Koné, Laslandes). Je ne sais pas quels sont les objectifs des valenciennois, mais les deux équipes ont pris un départ correct alors qu'on leur prédisait des débuts difficiles.

Frédéric Antonetti, quel est votre sentiment après cette victoire de Nice ?

Je pense que le résultat est très positif et c'est très bien pour la confiance. L'état d'esprit était là, présent. Nous aurions pu mieux maîtriser certaines situations mais je suis content de mes joueurs car leur état d'esprit a été bon, exemplaire, avec beaucoup d'investissement et d'engagement qui nous a permis de ne pas être trop inquiété. Mais pour moi, c'est le minimum syndical. Je voudrais simplement que nous ayons un peu plus de lucidité sur certaines actions.