L'OGC Nice passe au révélateur du PSG... Retrouvez toutes les infos, remises à jour quotidiennement..{jcomments on}

 nicepsg22

 

Où suivre la rencontre?

 

 Radio

RMC

France Bleu Azur

 

Multiplex

RTL

 

Les stats 

 

statsnicepsg22

 

 

 

Les 10 dernières confrontations

 

31.01.22 Paris Saint-Germain - Nice 0 - 0 Coupe de France

01.12.21 Paris Saint-Germain - Nice 0 - 0 Ligue 1

13.02.21 Paris Saint-Germain - Nice 2 - 1 Ligue 1

20.09.20 Nice - Paris Saint-Germain 0 - 3 Ligue 1

18.10.19 Nice - Paris Saint-Germain 1 - 4 Ligue 1

04.05.19 Paris Saint-Germain - Nice 1 - 1 Ligue 1

29.09.18 Nice - Paris Saint-Germain 0 - 3 Ligue 1

18.03.18 Nice - Paris Saint-Germain 1 - 2 Ligue 1

27.10.17 Paris Saint-Germain - Nice 3 - 0 Ligue 1

30.04.17 Nice - Paris Saint-Germain 3 - 1 Ligue 1



 

 

Les news

 
 
 

 

 

 
04/03
 
Le groupe niçois : Benitez, Bulka, Boulhendi - Bard, Daniliuc, Dante, Lotomba, Todibo - Boudaoui, Lemina, Rosario, Schneiderlin, Thuram, Claude-Maurice - Delort, Dolberg, Gouiri, Guessand, Kluivert, Stengs, Brahimi
 
02/03
  

Dante qui a prolongé d'un an son contrat avec le Gym sera de retour pour cette rencontre tout comme Kluivert. Amavi et Atal sont toujours blessés.

 

Willy Delajodt arbitrera la rencontre, assistée par Philippe Jeanne et Erwan Finjean.

 

 

L'interview

 

 

« Vivez-vous les résultats de cette saison comme découlant d’une certaine logique ?

 

En tout cas, on a beaucoup travaillé pour être là où on en est aujourd’hui. Ça reste très fragile : on est troisièmes, mais on est tout un groupe d’équipes. On commence à avoir le retour de notre travail. Quand vous regardez notre équipe, la saison dernière, Benitez était là, Atal était là, Lotomba était là, Dante était là, Todibo était là. Boudaoui aussi, comme Gouiri, Schneiderlin, Thuram, Dolberg… On n’a pas construit une équipe en deux mois. Oui, on a ajouté de la qualité et on a fait venir un entraîneur qui donne du corps à tout ça.

 

L’OGC Nice ne peut plus être perçu comme une surprise…

 

Quand ça a démarré avec Ineos, il y avait beaucoup de fantasmes : on était les concurrents du Paris-Saint-Germain. Les gens se rendent compte que c’est un vrai projet de développement. Aujourd’hui, on est le 7e cluben termes d’investissement en achat de joueurs. Ça veut dire que oui, on est en capacité d’investir. Mais le plus important, c’est qu’on est en capacité économique de garder nos meilleurs joueurs. On n’est pas Paris, Lyon, Marseille ou Monaco : on a besoin de rattraper notre retard. On doit s’améliorer saison après saison, y compris dans l’appréhension de la compétition. Ce qui m’intéresse beaucoup, c’est de savoir comment le club va gérer les trois mois qui arrivent. Mais je n’ai pas de doute sur les capacités de notre entraîneur à gérer ça.

 

“On a une équipe qui est remarquablement bien préparée sur le plan physique ,,

 

Vous en avez parlé avec lui ?

 

On en parle, oui. Après chaque match, je me dis : “Il faut que je lui dise ça, parce qu’il ne faut pas que…” Et, en fait, je n’ai même pas besoin de le lui dire parce qu’il le fait tout seul. J’ai passé une dizaine d’années dans un autre club méditerranéen (l’OM) où on avait l’habitude de jouer les premières places. Ce qui m’a interpellé lors de mes premières années à Nice, c’était le décalage entre ce que j’avais pu vivre dans l’approche du haut niveau et ce que je vivais ici dans la façon dont les gens dans le club ou dans la ville pouvaient réagir. Et, là-dessus, le club a progressé. La venue de Christophe me permet de consolider ça, parce qu’il sait faire.

 

Vous avez listé les joueurs déjà présents au club la saison dernière. Pourquoi sont-ils aussi performants alors qu’ils ne l’étaient pas il y a un an ?

 

Beaucoup de choses ont changé. On a une équipe qui est remarquablement bien préparée sur le plan physique. Dans le passé, on a péché là-dessus. On a fait de bons matches l’année dernière, mais on était incapables d’être performants sur 90 minutes et d’enchaîner. Cette saison, on a fait des matches à 118 ou 119 km en cumulé, ce qui est une bonne performance. L’année dernière, quand on se comparait à l’adversaire, trois matches sur quatre – voire plus –, on courait moins que l’autre équipe, on faisait moins de sprints. Aujourd’hui, le ratio s’est inversé. Et quand tu es bien physiquement, ça te donne de la confiance. Il y a la venue de Christophe. Il pose une organisation, où chacun a son rôle. L’équipe joue en équipe alors que l’année dernière, il y avait des individualités qui pouvaient faire la différence, comme Amine (Gouiri)ou Kasper(Dolberg). Désormais, elles le font à travers le collectif. Il y a également l’analyse de l’adversaire. Ils sont trois là-dessus. Quand je les vois travailler, je suis fier d’eux.

 

“Je vais être très vigilant dans la manière dont ce match sera arbitré,,

 

Avez-vous une crainte particulière avant d’affronter le Paris-SG ?

 

Je n’ai pas de crainte sur le fait que nos joueurs seront à 100 % ni sur le fait que, comme on est une bonne équipe, on va donner une bonne opposition. Mais avec le PSG, tu ne sais jamais ce qu’il peut se passer. On va essayer de défendre notre 3e place. Après, nous, ce que l’on veut – parce que je sens poindre un truc qui me déplaît un peu –, c’est être arbitré de la même manière que tout le monde. Je sais que Paris est monté au créneau assez fortement sur l’arbitrage après le match contre Nantes (1-3,le 19 février), avec Leonardo. C’est malin de sa part, mais je ne voudrais pas qu’on paie l’addition. Donc je vais être très vigilant dans la manière dont ce match sera arbitré. Charge à nous de bien jouer, mais il faut qu’on soit bien arbitrés.

 

“Si on devait jeter un os dans le vestiaire, c’est lui qui l’attraperait. Il a faim,,

 

galitier fournier

 

AU SUJET DE DANTE

 

Parce que vous estimez que l’OGC Nice ne l’est pas ?

 

J’ai toujours en travers de la gorge notre dernier match à Strasbourg (0-0, samedi dernier)(*). Je ne vais pas taper sur l’arbitrage français mais je demande juste qu’on soit tous arbitrés de la même manière. Et j’ai entendu les déclarations après le match de Nantes. Quand le PSG parle, souvent, derrière, c’est suivi d’effets. Nous allons jouer contre eux et je n’ai pas envie de payer l’addition…

 

Dante a annoncé hier sa prolongation d’un an alors qu’il arrivait en fin de contrat en juin. C’était une évidence de le faire resigner malgré ses 38 ans ?

 

Bah oui… Je ne sais pas comment dire ça : je suis amoureux de ce joueur, de ce qu’il est sur le terrain, de ce qu’il dégage, de l’humilité qu’il a.

 

Quand je vois les jeunes, je leur dis qu’ils ont en face d’eux un gars qui a gagné la Ligue des champions et trois fois le Championnat d’Allemagne. C’est rare que je parle comme ça d’un joueur. Mais oui, c’était une évidence parce qu’il est performant. Et ici (il montre sa tête), il a 20 ans. Ce n’est pas le joueur usé, blasé. Avec lui, ce n’est jamais : “C’était mieux avant”. C’est toujours : “C’est génial ce qu’il va se passer.” Je le voyais le jour de la demi-finale (il était suspendu face à Versailles, mardi [2-0]). Il était dans le vestiaire, mais hormis le fait qu’il était en tenue civile, c’était le même : le speech, c’était lui, à la mi-temps il était là. Si on devait jeter un os dans le vestiaire, c’est lui qui l’attraperait. Il a faim. J’espère que nos jeunes joueurs vont se coller à lui pour les trois derniers mois de compétition. » 

 

(*) Dante s’était fait expulser après avoir reçu un second avertissement sévère – qu’il aurait pu avoir en première période –, tandis que Justin Kluivert avait aussi reçu un carton rouge, depuis le banc de touche, pour un geste que le quatrième arbitre aurait mal interprété.

 

Dante, un an de plus

 

Dante se présente rarement face à la presse, ou ailleurs, autrement qu’avec un sourire, mais celui qu’il arborait hier était particulièrement prononcé. Le capitaine du Gym a notamment annoncé avoir prolongé d’une saison son contrat qui s’achevait en juin. À 38 ans et après avoir été écarté des terrains huit mois, la saison dernière, à cause d’une rupture des ligaments croisés, le Brésilien a « partagé sa fierté » de voir son club lui renouveler sa confiance. Après avoir purgé son match de suspension consécutif à son expulsion à Strasbourg (0-0, samedi dernier), Dante retrouvera sa place en défense centrale. Christophe Galtier peut aussi compter sur le retour de suspension de Kluivert pour occuper l’aile gauche. À droite, malgré sa prestation réussie face à Versailles (2-0, mardi), Stengs pourrait de nouveau retourner sur le banc au profit de Boudaoui, au profil plus défensif. Schneiderlin est en concurrence avec Lemina et Rosario au milieu, mais l’international français avait convaincu lors des deux nuls obtenus par le Gym face aux Parisiens, cette saison. Devant, Dolberg tient la corde pour épauler Gouiri. A. M. L. L’équipe probable : Benitez – Lotomba, Todibo, Dante (cap.), Bard – Boudaoui, Schneiderlin, K. Thuram, Kluivert – Dolberg, Gouiri.

 

 
 
.  
 
 
 
 
 
Les déclarations d'avant-match
 
 
Mauricio Pochettino:
 
On doit accepter le calendrier. Ce n'est pas de notre fait, on le connaît depuis le début de saison. Nice est une équipe qui ne va pas nous rendre les choses faciles, exigeante, bien classée, très compétitive. On peut en tirer profit, pour travailler et évoluer au niveau qu'exige un adversaire comme Nice te prépare très bien pour un match contre le Real. Le match important c'est celui de demain (samedi).
 
Julien Fournier :
 
Je ne vais pas taper sur l'arbitrage français mais je demande juste qu'on soit tous arbitrés de la même manière. Et j'ai entendu les déclarations après le match de Nantes. Quand le PSG parle, souvent, derrière, c'est suivi d'effets. Nous allons jouer contre eux et je n'ai pas envie de payer l'addition.
Christophe Galtier:
 
Il n’y a aucun ascendant psychologique sur le PSG. Ok on a fait 2 fois 0-0 mais on s’était créé 3 occasions et demi en 180 min. Il faudra réussir à se transcender.

 

 

 


 Revue de presse