Face au dernier, le Gym relèvera-t-il la tête?... Retrouvez toutes les infos, remises à jour quotidiennent..  

 

 

 Les nouveaux de l'OGC Nice sont disponibles, frais de port offert

 

Les nouveaux maillots de l'OGC Nice sont disponibles

 

  Profitez des bonus et pariez...

Les cotes

 

 



Où suivre la rencontre?

 

 Radio

RMC

France Bleu Azur

 

Multiplex

RTL

 

Vos places

 

 



 

Les stats

 

Victoire(s) RC Strasbourg   : 21 - Nul(s) : 13  - Victoire(s) OGC Nice : 17

 

 

Les 10 derniers RC Strasbourg Alsace - OGC Nice

 

22/12/2018 Ligue 1 RC Strasbourg Alsace 2 - 0 OGC Nice


28/04/2018 Ligue 1 RC Strasbourg Alsace 1 - 1 OGC Nice


12/01/2008 Ligue 1 RC Strasbourg Alsace 0 - 1 OGC Nice


19/11/2005 Ligue 1 RC Strasbourg Alsace 0 - 0 OGC Nice


23/10/2004 Ligue 1 RC Strasbourg Alsace 3 - 1 OGC Nice


06/03/2004 Ligue 1 RC Strasbourg Alsace 2 - 2 OGC Nice


20/12/2002 Ligue 1 RC Strasbourg Alsace 0 - 0 OGC Nice


04/08/2001 Ligue 2 RC Strasbourg Alsace 3 - 0 OGC Nice


14/02/1997 Ligue 1 RC Strasbourg Alsace 3 - 1 OGC Nice


16/09/1995 Ligue 1 RC Strasbourg Alsace 1 - 1 OGC Nice

 

 

 

 

 

Les news

  
  
26/10
 
Les équipes selon
 
Nice Matin
 
 
L'Equipe
 
 
25/10
 
Le groupe strasbourgeois : Matz Sels, Bingourou Kamara – Mohamed Simakan, Stefan Mitrović, Anthony Caci, Lionel Carole, Alexander Djiku, Kenny Lala – Benjamin Corgnet, Dimitri Lienard, Jeanricner Bellegarde, Ibrahima Sissoko, Youssouf Fofana, Adrien Thomasson – Lebo Mothiba, Kévin Zohi, Ludovic Ajorque, Nuno Da Costa, Ivann Botella.
 
Le groupe niçois : Benitez, Clémentia - Burner, Pelmard, Dante, M. Sarr, Atal, G. Lloris, Coly - K. Thuram, Lusamba, Lees-Melou, Walter, Danilo, Boudaoui - Srarfi, Myziane, Claude-Maurice, Ganago. (Ils devraient jouer)
 
Dolberg souffre d'un mal de dos alors que Tameze est malade.
 
23/10
 
La Commission de Discipline de la LFP a infligé un match de suspension à Wylan Cyprien et Christophe Herelle, expulsés face à Paris et ce malgré les excuses de Mr Letexier à propos du carton rouge de Cyprien.
 
22/10
 
Mikaël Lesage arbitrera cette rencontre, assisté par Huseyin Ocak et Christophe Mouysset
 
C'est une habitude pour cet arbitre : François Letexier, l’arbitre de la rencontre, a jugé trop véhémente la contestation du joueur de 24 ans. Mais à tête reposée, il s’en est un peu voulu. Selon nos informations, l’homme au sifflet (âgé de 30 ans) regrette même d’avoir exclu Cyprien. C’est ce qu’il a expliqué dans son rapport d’après-match, reconnaissant que ce deuxième jaune était sans doute immérité. RMC
 
 
 
 
L'interview
 

Nice Matin

Cette défaite contre Paris est-elle digérée ?

 

C’est dur à avaler. On doit regarder de l’avant, rectifier ce qui a été mal fait, mieux aborder les matchs. On a manqué d’agressivité, surtout en première période. On a trop regardé jouer Paris. A Nantes, c’était pareil.

 

Le coach appuie sur ce point lors des entraînements...

 

Oui, il nous en parle beaucoup. Le talent, on l’a mais on peut et on doit faire beaucoup mieux. Cela se joue dans la tête. Tu peux être agressif dans le jeu sans faire 90 kilos et sans mesurer 1m90.

 

Sur le plan personnel, comment jugez-vous vos débuts ?

 

Je les juge de manière négative. Il faut que je fasse mieux. Lors de mes premiers matchs, je ne me reconnaissais pas. Je jouais avec le frein à main. J’étais sur la retenue. J’ai découvert un nouveau club, un nouveau championnat. Ce n’est pas une excuse, mais je suis également arrivé blessé. Depuis deux semaines, je sens un déclic. Je suis de mieux en mieux.

 

On vous a senti timoré par moments...

 

Je voulais trop bien faire. Je ne prenais pas assez de risques alors que mon jeu, c’est de prendre des initiatives, aller de l’avant, percuter... J’aime créer.

 

Quelle note vous attribuez-vous sur ce début de saison ?

 

Je me mets 2,5 sur 10. Après chaque match, j’ai été déçu de ma performance, énervé même. Ce n’est pas ça mon vrai visage. J’ai envie de montrer le footballeur que je suis.

 

Vous êtes très critique sur vos performances ?

 

C’est normal. Cela vient de mon éducation. On attend beaucoup de moi. Mon père a été entraîneur. Il a suivi mon évolution, toujours analysé mes matchs de façon objective depuis tout petit. Je serai content de moi après ma carrière. Je n’ai pas le temps de me satisfaire, je veux toujours progresser.

 

Quel est votre poste de prédilection ?

J’ai été formé dans l’axe, à droite, à gauche. Honnêtement, je ne sais pas quoi vous répondre. J’aime beaucoup l’axe mais je suis au service du collectif. Quand j’évolue à gauche, le coach me demande d’être collé à la ligne.

 

Ce match contre Strasbourg est-il déjà décisif ?

 

Il est important, on ne va pas se le cacher. On n’a pas pris assez de points lors des derniers matchs. Avec le groupe qu’on a, ce n’est pas assez. Il y a beaucoup de nouveaux, cela explique aussi nos difficultés.

 

Y a-t-il de l’inquiétude dans le groupe ?

 

Je ne ressens pas du tout ça. On sait qu’on peut inverser la tendance. On met tout en œuvre la semaine pour y parvenir.

 

Claude Maurice Alexis

 

Ce premier but, vous devez l’attendre avec beaucoup d’impatience...

Oui, même plus que vous (sourires). Ça va venir, je ne m’en fais pas. Je suis serein, mais c’est normal que les gens attendent beaucoup de moi. Je me mets la pression, mes attentes sont aussi très élevées.

L’été dernier, vous aviez rapidement pris la décision de rejoindre l’OGC Nice...

Oui, ça a un peu traîné. J’ai changé d’agent entretemps... Nice a toujours été mon premier choix. Je suis ambitieux, le projet niçois aussi. Je n’ai pas hésité.

Kasper Dolberg est-il un partenaire privilégié en attaque ?

J’aime vraiment jouer avec lui. Il sent les coups, le jeu. Il a une très grande qualité technique. On peut redoubler les passes. Il comprend les appels, voit très vite. Avec ou sans ballon, il fait souvent des choix judicieux. Il ne râle jamais, fait les efforts pour l’équipe.

Comment communiquez-vous ?

En anglais. Mon niveau m’a surpris (sourires). C’est grâce aux séries et à la musique. Stanley (Nsoki) se débrouille bien aussi, mais c’est Malang qui parle le mieux anglais. C’est impressionnant car ça vient naturellement chez lui.

Les Jeux Olympiques à Tokyo, c’est un objectif ?

J’y pense un peu mais je suis vraiment concentré sur mes performances avec Nice. Le côté exceptionnel de cet événement donne envie. Je vais tout faire pour y aller. L’équipe de France, ça viendra grâce à des bons matchs en club.

L’Europe, c’est votre ambition avec Nice ?

J’ai envie de jouer l’Europe. On peut largement le faire avec l’effectif que l’on a. Je crois en nous. Derrière Paris, il y a de la place pour tout le monde. Et même contre Paris, avant le match, je me disais qu’on pouvait gagner.


Les déclarations d'avant-match 

Ignatius Ganago :

On reste sur deux défaites d’affilée lors de nos deux derniers matchs. Il faudra automatiquement s’imposer face à Strasbourg. Le classement ne reflète pas la qualité de cette équipe. On connaît leurs atouts mais nous nous sommes préparés pour y faire face. On va là-bas pour ramener les trois points. Site off

 

Patrick Vieira :

J’ai aimé des choses quand on a joué à quatre derrière également. L’objectif, c’est d’avoir plus de présence devant. C’est à moi de trouver la bonne formule, c’est un beau challenge. Si on veut prendre des points à Strasbourg, il faudra imposer notre jeu. On ne va pas mettre une ligne de six, une autre de quatre et attendre de marquer sur un contre. Je ne changerai pas de philosophie

 

Revue de presse  

Une lanterne éteinte

L’Équipe

 

Après avoir failli se qualifier en C3, Strasbourg connaît un début de saison délicat et occupe désormais la dernière place. Explications.


Depuis son retour en L 1, en 2017, le RCSA a souffert jusqu’au bout pour arracher son premier maintien, puis a obtenu le deuxième plus aisément, avec une Coupe de la Ligue en prime. Avant sa défaite dimanche à Marseille (0-2), il ne s’était jamais retrouvé dernier, sauf après un 0-4 subi à Lyon en ouverture, en août 2017. Cette place doit être relativisée car il ne pointe qu’à 4 points du visiteur du soir (Nice), douzième. Mais elle interpelle et recèle plusieurs explications.

 

Un été européen épuisant


Strasbourg est l’équipe de L 1 qui a disputé le plus de matches cette saison : seize (devant le PSG, quatorze). Heureux d’avoir gagné la Coupe de la Ligue, il connaissait le marathon estival que ça impliquait, soit six rencontres de C 3 usantes, avec des voyages en Israël (à Haïfa, 1-2, aller : 3-1) et en Bulgarie (à Plovdiv, 1-0, retour : 1-0), puis une élimination douloureuse à Francfort, par l’Eintracht (le 29 août, 0-3, aller : 1-0). La préparation ainsi raccourcie (quatre semaines au lieu de six) a forcément pesé. Les incertitudes de ce parcours européen ont aussi influé sur le mercato : arrivées de Djiku et Bellegarde juste avant, retour de Prcic juste après, départ le 2 septembre de Jonas Martin.

 

Des leaders en difficulté


Le milieu, désormais à Rennes, était un élément moteur de la réussite de la saison dernière. En attendant un regain de forme de Sanjin Prcic, encore peu apparu (78 minutes), Martin manque. Comme lui, Anthony Gonçalves (milieu, parti à Caen, L 2), et Pablo Martinez (défenseur, parti à Nîmes) « étaient des guerriers, amenant un supplément d’âme qui nous fait défaut », souligne Grégory Walter, vice-président de la Fédération des supporters du RCSA. Excepté le gardien Matz Sels, toujours performant, les leaders ne tiennent pas leur rang. C’est le cas du latéral droit Kenny Lala, en grande difficulté, de l’attaquant sud-africain Lebo Mothiba, muet alors qu’il était le meilleur buteur alsacien en 2018-2019 (12 buts, dont 10 en L 1) et du défenseur central Stefan Mitrovic (capitaine) qui a reconnu jeudi dans les DNA: « Mon niveau n’est pas constant en ce moment. »

 

Une attaque en berne, un coach encore soutenu


Strasbourg, sixième attaque de L 1 la saison dernière (58 buts), n’a que la dix-neuvième après dix journées, avec 6 buts, dont aucun en cinq déplacements ! « C’est le gros problème, mais ce n’est pas que celui des attaquants. Tu ne peux pas marquer si tu ne reçois pas les bons ballons », estime « Mitro ». Le jeu alsacien a perdu en fluidité et l’entraîneur, Thierry Laurey, peine à le redynamiser. Son système préférentiel, à trois défenseurs axiaux, est de plus en plus inopérant offensivement et le passage au 4-2-3-1, effectué en seconde période contre Nantes, alors récompensé (2-1, le 20 septembre), a échoué à Marseille dimanche, notamment à cause du profil des milieux excentrés (Lala et Fofana). Mais le coach en place depuis l’été 2016, détenteur du record de longévité à ce poste (sur un seul passage) au Racing, conserve le soutien d’une large majorité de supporters. Il n’apparaît pas menacé, du moins à court terme

Julien Fournier : « Le Racing ne restera pas à cette place »

DNA

Éphémère président du Racing fin 2009-début 2010, Julien Fournier, directeur du football d’un OGC Nice visiteur de la Meinau ce samedi (20h), assure son ex-club, 20e de Ligue 1, mieux armé que beaucoup de ses rivaux pour le maintien.

Il reviendra ce samedi à la Meinau pour la troisième fois avec « toujours autant de plaisir ». Pour brève et douloureuse qu’elle ait été, l’expérience de Julien Fournier, directeur du football de l’OGC Nice, à la présidence du Racing au tournant des années 2010 reste ancrée en lui.

Recruté à l’époque par les nouveaux propriétaires londoniens, arrivé avec l’ambition de faire du Racing un club qui compte, le patron opérationnel du “Gym” s’était vite désolidarisé des “moussaillons” qui avaient arraisonné le vaisseau amiral du foot alsacien.

« Il y avait une chance sur cent »

Il a rebondi à Nice en 2011, en a démissionné en janvier 2019 et y est revenu fin août, sitôt le rachat par le milliardaire anglais Jim Radcliffe – via son groupe de chimie Ineos – qui laisse augurer de lendemains chantants pour le club azuréen.

Pourtant, c’est un OGCN au ralenti, avec un point pris sur douze lors des quatre dernières journées, qui se présentera ce samedi à la Meinau, loin, pour l’heure, du fol espoir né de l’arrivée du boss anglais et du retour du tandem Jean-Pierre Rivère, président lui aussi démissionnaire en janvier, et Julien Fournier.

Ce dernier éprouve-t-il aujourd’hui le sentiment de piloter le projet le plus ambitieux de sa carrière ? « Vous savez, quand on commence à l’Olympique de Marseille… », s’amuse l’ex-bras droit de Pape Diouf sur la Canebière.

« En fait, en 2011, nous voulions, avec Jean-Pierre, faire progresser le club en quatre étapes, poursuit-il. 1. Arrêter de jouer le maintien; 2. Développer une identité de jeu et obtenir des résultats avec des moyens pas énormes; 3. Ouvrir le capital pour franchir un palier, ce que nous avons fait avec les Chinois qui nous ont permis d’atteindre la troisième place et la Ligue des Champions (lors de la saison 2016-2017) ; 4. Doter le club d’un actionnaire fort et stable pour que le club soit totalement pérenne sur le plan financier. Il a fallu partir en janvier pour ça. Il y avait une chance sur cent pour que nous réussissions. Nous l’avons fait. »

La prise de pouvoir de Jim Radcliffe nourrit, depuis, une énorme attente. D’où certains grincements de dents dans l’environnement alors que le Gym n’est “que” 11e après 10 journées.

« Parfois, vous pouvez avoir la faiblesse de vous relâcher »


« L’arrivée d’Ineos génère beaucoup de fantasmes. Trop, modère Julien Fournier. Mais en billetterie et marketing, Nice ne pourra jamais avoir autant de retombées que Paris, Lyon ou Marseille. Bien sûr, nos ambitions seront croissantes et nous pourrons nous payer des joueurs que nous ne pouvions pas avoir avant, comme Kasper Dolberg (l’attaquant danois de l’Ajax acheté 20 millions cet été). Mais il n’est pas question de surpayer nos recrues, ni d’ouvrir les vannes sans réflexion. »

L’OGC Nice est ainsi à l’aube d’une nouvelle étape de son expansion, alors que Strasbourg traverse de son côté une crise de croissance qui ne surprend, ni n’inquiète son ancien président.

« Pour tous les clubs en développement, le plus dur est de garder de la constance dans les résultats. Après une bonne saison, comme celle du Racing en 2018-2019, entre une belle place en Ligue 1 (11e ) , un sacre en Coupe de la Ligue et une qualification pour la Ligue Europa, le microcosme a tendance à vous flatter. Vous pouvez parfois oublier l’exigence que vous avez mise pour obtenir ces résultats et avoir la faiblesse de vous relâcher. En interne, il peut y avoir une décompression. Nous avons connu ça à Nice quand nous avons fini troisièmes. J’avais l’impression que nous avions les meilleurs joueurs du monde, le meilleur coach du monde et que j’étais le meilleur directeur général du monde (rires). Nous avons oublié certains des ingrédients qui avaient fait notre réussite et péniblement terminé huitièmes l’année d’après. »

En ce début 2019-2020, le Racing est de fait dans le dur. Mais son ex-président assure, péremptoire, ne pas craindre pour lui. « J’ai vu beaucoup de clubs moins armés et je ne suis pas inquiet pour Strasbourg. La place que les Strasbourgeois occupent, ils ne l’occuperont plus fin mai. Le Racing n’y restera pas. Je n’ai aucun doute là-dessus et suis prêt à signer des deux mains. »


 

 

Commentaires   

#40 Nicois-06 26-10-2019 22:13
Moi j'ai même plus envie de parler je suis dégouté on fait pitié c'est tout
#39 porporino 26-10-2019 22:08
Match terminé, et, comme prévue, une nouvelle défaite, un nouveau joueur exclu, des attaquants muets. je n'arrive même plus à comprendre le jeu mis en place, la complémentarité des joueurs a été nulle...chacun voulant jouer perso etc....
Après avoir fait espérer un nouveau visage, Nice dégringole une journée après l'autre, frisant le ridicule après les promesses consécutives au rachat du club.
Je pense que PV va se retrouver très vite sur la sellette. C'est la moindre des choses quand tu perds de façon aussi prévisible contre le dernier comme contre le premier. Certes, les absences pèsent beaucoup dans les performances du club, mais comment se fait-il que des joueurs prennent des cartons rouges aussi facilement ou soient déjà indisponibles après 9 matchs(hormis Ounas descendu par la défense de l'ASM)?.
Je vois le club entrer dans une spirale négative et l'entraîneur, jusque là plutôt protégé, perdre le fil.
Avec ça vous voulez que le stade soit plein? On n'aura jamais les publics de Nantes, Strasbourg ou Lille. On est sur la côte d'Azur, comme Monaco, avec des tribunes à moitié vides et des scores tout autant..
Que va nous sortir Viera comme arguments pour expliquer les piètres matchs d'un club qui "vaudrait 100 millions'?
#38 porporino 26-10-2019 21:00
Vue la première mi-temps du Gym, ça sent la défaite à plein nez. Une défense qui est incapable de s'organiser , des milieux incapables de récupérer et relancer, une attaque, si l'on peut dire "attaque" inoffensive, sauf sur un corner.
je ne vois même pas de différence aves nos mauvais matchs de la saison passée. C'est comme si il n'y avait eu aucun recrutement, ni supplément de motivation.
Si en seconde mi-temps Nice propose la même prestation digne de L2 face à une équipe qui ne casse pas des briques, il faudra se poser de vraies questions sur le coaching, à moins de faire l'autruche. J'espère que Nice va réagir, le plus vite possible.
#37 porporino 26-10-2019 19:42
Pour gagner, mieux vaut être un passeur décisif que de se prendre pour Messi en allant s'encastrer dans la défens e adverse, style baroudeur.
PV doit, une fois pour toute, expliquer à ses joueurs que la priorité c'est de jouer tous ensemble, solidaires, en regardant quel partenaire est le mieux placé pour conclure l'action de jeu. A ce titre,s'inspire r du jeu de l'Ajax (je dis bien s'inspirer, pour commencer).Et aussi, faire prendre conscience à certains que polémiquer avec l'arbitre ou jouer les Verrati est contre-producti f. ça fait aussi partie des responsabilités de Viera. A quoi sert d'investir des millions si c'est pour collectionner les cartons rouges et devoir se passer de joueurs confirmés dans 1/3 des rencontres.
On fera le bilan de la soirée à 22h. Nice doit absolument gagner et se replacer dans le haut du classement pour aborder Novembre en confiance avec les retours attendus des absents.
#36 CorsicaNissart 26-10-2019 12:16
Il semblerait qu'à Nice le n° 9 c'est bon pour la casse ! Pentecôte - Le Bihan et à présent Doldberg ? On le savait fragile ...est-ce le début d'une longue série ??
#35 Gandolfi 26-10-2019 11:20
Tu as sans doute raison Canardou,on a déja parlé des problemes de terrains.Si c'est ça ,bonjour les tassements de vertebres,et tout ce qui s'en suit.
#34 marsiglialiste 26-10-2019 09:31
VIERA parle de philosophie de jeu en disant qu'attendre l'adversaire et faire des contres ce n'est pas l'adn niçois ....on a pris 1 point sur douze et on est passé de la 2eme à la 12 eme place et MONACO est à 2 points devant nous ...on n'a pas besoin d'un philosophe plutôt d'un psychologue qui lui explique qu'il nous faut les 3 points tant pis la manière le beau jeu viendra avec la confiance et pour l'avoir il faudra les 3 points
#33 canardou 26-10-2019 08:23
Je mets une pièce sur la qualité des terrains du centre d'entraînement Gandolfi. Lucien Favre (le très grand entraîneur qu'on avait avant) les boycottait et se repliait sur Charles Ehrman.
#32 Gandolfi 26-10-2019 04:32
Tameze,Sarr,mai ntenant Dolberg,des douleurs au dos a 20 ans c'est pas normal?Il y a un probleme à l'entrainement, pelouse ou machine musculation,ou dans la majorité des cas du stress.Bizarre!
#31 davizo 25-10-2019 23:53
Ça sent la consécration de Myziane avec tous ces absents.
Je mise premier but de myziane demain

Ajouter un Commentaire