Le président niçois, Jean-Pierre Rivère revient sur la reprise de l'OGC Nice par Inéos... A écouter!

 

Commentaires   

#8 thierry 11-09-2019 05:18
Zheng prend la main
Gauthier Ganaye s’entoure de Gilles Grimandi (directeur technique), Louison Auger (directeur commercial) et Matthieu Louis-Jean (responsable du recrutement). Damien Comolli est resté à Fenerbahçe mais aurait très pu figurer dans l’organigramme, lui aussi.

Passé par Saint-Etienne, l’ancien manager général de Tottenham, proche de Jean-Luc Donati le directeur sportif de l’association OGC Nice, avait œuvré pendant trois mois sur le mercato d’hiver niçois en 2018, employé par la Holding sino-américaine dans le dos de Rivère et Fournier.

Jean-Michaël Seri avait été proposé à ce moment-là à toute l’Angleterre. Gautier Lloris s’était vu offrir une belle prime à la signature à Barnsley en échange d’une non-reconductio n de son contrat à l’OGC Nice. Un affront de trop pour Rivère qui, après les avoir attirés, sent, dès janvier 2018, que les actionnaires manigancent dans son dos. La preuve : Chien Lee et Paul Conway déboulent à son insu dans les locaux de Nice-Matin pour livrer une interview surréaliste. Une heure et demie d’entretien pour ne rien dire. Ubuesque ! En coulisses, Ange Ferracci, président de l’Association OGCN, se fait un malin plaisir à fragiliser le duo Rivère-Fournier . Entre eux, ce n’est pas le grand amour...

Ces relations exécrables propulsent de nouveau Alex Zheng sur le devant de la scène, le 19 avril dernier, lors de la convocation du maire. C’est Zheng, encore, qui se déplace à Londres en compagnie de Gauthier Ganaye pour rencontrer le clan INEOS. « Il a rassuré Bob Ratcliffe dans les négociations du rachat, c’est un vrai homme d’affaires, décrit l’un de ses proches collaborateurs. Chien Lee est plus fuyant, tu ne sais jamais ce qu’il pense. Il dit « oui », mais derrière ne respecte aucun engagement. Sans jamais aucune explication. »

Un temps proche de Rivère et Fournier, au point de vouloir monter une Holding à part avec eux, Alex Zheng avait pourtant disparu des radars courant 2018 : « A la demande de Chien Lee. Chez les Chinois le respect des anciens est très important », souffle un proche des actionnaires. Lee, qui voyage entre la Chine et les Etats-Unis, se déplace rarement sur la Côte d’Azur. Il s’en remet à Gauthier Ganaye et Claude Li pour lui faire remonter les informations au gré des décalages horaires.

Pression populaire
Traducteur proche d’Alex Zheng, Claude Li devient directeur général en février... mais devra attendre jusqu’en mars pour que ses patrons lui fassent enfin signer un contrat ! Désorganisés, les actionnaires et leurs proches sont dépassés par la pression populaire qui monte. Notamment lors de la victoire du Gym face à Guingamp, le 28 avril (3-0). Ce soir-là, la contestation des supporters gronde dans les tribunes. « Actionnaires, prenez vos responsabilités , dégagez », « Actionnaires démission », peut-on lire sur certaines banderoles. Une autre s’adresse directement au président du Conseil de surveillance : « Niçois maîtres chez nous, que le Chien obéisse ».
« J’ai préféré ne pas lui traduire le contenu », nous avouera Claude Li au soir de la 38e journée. « Ils ont investi de l’argent dans ce club, voilà comment on les remercie aujourd’hui. C’est totalement irrespectueux, ils ne comprennent pas. »
Boycott des abonnements, chants, banderoles : la fronde populaire est vexante pour le clan sino-américain. Des voix dénoncent une instrumentalisa tion des supporters. « C’est ouvrir la boîte de Pandore, c’est dangereux. Ne pas perdre la face, c’est très important pour les Chinois. Ils ne baisseront pas leurs pantalons...» promet Claude Li à l’issue du Nice-Monaco du 24 mai.La transaction qui tourne autour d’un prêt payant de 2,2 M€ et une option d’achat à 18 est en suspens jusqu’au retour officiel de Julien Fournier aux affaires.

Mise de départ multipliée par 4
Et, après l’aval de l’Autorité de la concurrence, les ex-propriétaire s expliquent qu’ils n’ont pas de RIB nécessaire au virement. Une filouterie de plus qui repousse le conseil de surveillance au 26 août. Prévu à 15h, il est encore décalé à 18h30. Parce que Chien Lee, en visio-conférenc e depuis Los Angeles et donc en décalage de neuf heures, voulait que son établissement bancaire soit ouvert pour vérifier que le virement d’INEOS de 100 millions d’euros était bien sur son compte.

En trois ans, les Chinois, présentés à Rivère via Eric Besson, auront multiplié par quatre leur mise de départ. Une belle culbute financière pour trois années de facéties. Un apport pour partir sur un nouveau projet en France ? Paul Conway aurait récemment manifesté de l’intérêt pour des clubs de Ligue 2, notamment à Châteauroux. Mais les traces de son passage à Nice risquent de longtemps rebuter ses interlocuteurs français.
#7 thierry 11-09-2019 05:17
Le désamour est dans le prêt
Le pacte d’actionnaires signé en 2016 était clair : les sino-Américains s’engageaient à investir 30 M€ sur deux ans. 22 millions seulement arriveront en réalité dans les caisses du club.

Chien Lee évoque un contretemps... avant de réclamer « d’urgence » le remboursement total des investissements de son clan à partir des comptes courants du club ! Jean-Pierre Rivère refuse catégoriquement , l’actionnaire principal s’emporte. Et missionne Paul Conway pour contracter un prêt auprès de Thalos Investment Platform, un fonds luxembourgeois dont l’Américain est proche. En décembre 2018, le prêt de 22 millions à un taux de 9 % est officiellement contracté par l’OGC Nice sur quatre ans. Les clauses - remboursement en cash si le Gym finit au-delà de la 12e place - sont farfelues et, selon plusieurs voix, Conway n’aurait pas oublié de se « faire rincer » en tant qu’intermédiair e sur le dos d’un club dont il est actionnaire. Une folie de plus !

Incapables d’acheter à Jean-Pierre Rivère ses 20 % de parts restants, les sino-Américains sont forcément intéressés par la manne financière proposée par les Ratcliffe, courant février. Bob veut visiter le centre, Chien Lee lui ouvre grand les portes. Au préalable, les deux parties ont signé une « NDA », un accord de confidentialité qui permet de protéger des informations sensibles dans le cadre d’une négociation. Mais c’est une fin de non-recevoir que reçoit le clan INEOS lorsqu’il s’apprête à formuler sa première offre. Rassuré par Patrick Vieira, Chien Lee fait volte-face. Et se projette sur l’avenir, le 8 mars, sur le site internet du club : « Nous n’avons pas planifié notre départ. Cinq, dix ans, peut-être plus. Le but, c’est vraiment d’être ici sur le long terme ».
#6 thierry 11-09-2019 05:16
Chien Lee en première ligne
Passionné de cinéma, Conway étudie les chiffres sur le site Transfermarkt pour monter ses scénarios de mercato. Alfredo Morelos, un Colombien de 23 ans, affole le classement des buteurs en Ecosse ? L’Américain propose 9 M€ aux Rangers. Une offre qualifiée de « manque de respect » par Steven Gerrard, le coach du club écossais, qui méprise l’OGC Nice dans la presse. Le 1er février, c’est Gauthier Ganaye qui est présenté à la presse. Paul Conway est, lui, debout. Seul, dans un coin sombre de la salle de presse. Nommé « co-chairman » à Barnsley, il est prié par ses associés de ne plus s’exprimer sur le Gym.

C’est Chien Lee qui est sur l’estrade, face aux médias et au côté du nouveau président. L’homme d’affaires chinois « a plus de présence, en impose davantage » que son acolyte américain selon leurs divers interlocuteurs. Mais lui aussi a des choses à cacher. Et notamment quand on évoque le prêt récemment contracté par les actionnaires du Gym auprès d’un mystérieux organisme au Luxembourg...
#5 thierry 11-09-2019 05:15
« Fake news » (fausse information, Ndlr). L’Américain utilise le terme plus de dix fois en une heure, sourire en coin. C’en est trop pour Jean-Pierre Rivère, qui répond à « ce Monsieur à 2 % » (référence à ses parts dans le club) en marge de la victoire du Gym contre Nîmes (2-0). « On va lui apprendre plein de choses. Il y a des repreneurs éventuels, j’ai transmis les documents aux propriétaires du club. Nos associés étaient partants pour trouver des repreneurs. Peut-être que certains veulent attirer la lumière et ne voudront plus vendre. Je respecterai leur choix. » Alors qu’il confie à ses collaborateurs avoir livré « une super interview », Paul Conway déchante très vite. Le clan chinois déteste les vagues médiatiques et se désolidarise de ses attaques. Les supporters, eux, le prennent en grippe et l’excluent de toute réunion. « Monsieur Fake news » est pris à son propre jeu lorsqu’aucune recrue n’arrive au 31 janvier alors qu’il promettait que ses camarades et lui étaient « concentrés sur l’apport de nouveaux talents avant la fin du mercato ». L’Américain n’est pas du genre à douter. Cartésien, obnubilé par les mathématiques, il ne maîtrise pas les codes du football. Mais il connaît Billy Beane, l’homme qui a révolutionné le baseball grâce à l’étude des statistiques, une success-story interprétée par Brad Pitt dans le film « Le Stratège » (2011)
#4 thierry 11-09-2019 05:13
Sortis par la petite porte, les actionnaires sino-américains ont cependant fait une belle affaire...
Dix juin 2016 - 26 août 2019. L’OGC Nice aura navigué pendant trois ans sous pavillon sino-américain. Souvent en eaux troubles. « Deux cents fois j’ai demandé à Alex Zheng quel était leur projet », confiait récemment Christian Estrosi, en privé, au sujet de leur rencontre du 19 avril dernier. L’inquiétude du maire a longtemps fait écho dans la ville, au sujet de ces businessmen du tourisme et l’hôtellerie qui semblaient parachutés dans le monde du foot. « On ne saura jamais la vérité à leur sujet », regrette un de leurs interlocuteurs niçois. « Déterminés à rester sur la durée » de leurs propres aveux, Chien Lee, Alex Zheng et Paul Conway ont pourtant dit oui à la vente du club en février. Puis ils ont dit non le lendemain, ou pas loin. Sans interrompre le contact avec INEOS pour autant. Pour au final vendre six mois après... Compliqué de saisir la stratégie du conglomérat d’actionnaires « issus de Wall Street » comme le décrivait Paul Conway au détour d’une interview fracassante livrée fin janvier.

Conway : ‘’monsieur fake news’’
L’Américain avait définitivement mis le feu aux poudres avec le binôme Rivère-Fournier , qui s’apprêtait à officiellement quitter le club lors du conseil de surveillance prévu quatre jours après. Conway ne savait pas encore qu’il serait lui-même la principale victime de ses punchlines maladroites.

Serein à quelques minutes de rencontrer les supporters en marge du Nice-Nîmes disputé à l’Allianz, Conway s’emballe, dans un salon du Méridien, quand on lui parle d’une éventuelle offre de rachat présentée à ses comparses par Jean-Pierre Rivère et Julien Fournier. « Fake news ! 100 % fake news. Nous n’avons rien vu de tout ça. Nous ne cherchons pas d’investisseurs et nous n’avons reçu aucune offre. »
#3 marsiglialiste 10-09-2019 12:26
900000€ en 7 mois pour GANAYE cela vaut le coup d'être sacrifié porcan pétan miseria
#2 marsiglialiste 09-09-2019 10:35
« C’est assez difficile de rationaliser les achats en Premier League pour le moment. Nous avions aussi visionné les clubs de Championship. Nous avons passé beaucoup de temps à regarder les clubs de Premier League [...] Non. Il y a eu un échange (avec Chelsea ndlr...), mais nous étions très éloignés sur le plan de l’évaluation. Je ne me souviens pas à quel point c’était, mais c’était important. C’était les premiers échanges et le problème avec Chelsea, c’est qu’il a un problème de stade et que nous vieillissons tous et que cela prendrait une décennie de notre vie pour résoudre ce problème. Évidemment, les gens nous ont parlé de Newcastle également. Mais encore une fois, vous revenez à une estimation par centaines de millions et il est très difficile de l’envisager. » Bob Ratcliffe a ensuite expliqué qu’INEOS ne se concentrera pas dans l’achat d’un club de Premier League à court ou moyen terme :-? : « nous avons un projet de trois à cinq ans à Nice et cela va nous occuper énormément. » :-? Voilà qui est dit et qui devrait rassurer les fans du club azuréen.
Si on n'a pas de bons résultats on pourrait devenir ce qu'est LAUSANNE SPORT pour nous l'autre petit club d'INEOS
#1 marsiglialiste 09-09-2019 10:23
Jim Ratcliffe est devenu le nouveau propriétaire du club français de l’OGC Nice à travers sa filiale Ineos Football dirigée par son frère Bob. Ce dernier affirme que le milliardaire britannique voulait d’abord racheté le club de Chelsea.
Sur BBC 5, Bob Ratcliffe, qui dirige Ineos Football, confirme que son frère Jim, voulait avant tout racheter le club de Chelsea et qu’il s’est penché sur l’OGC Nice que dans un deuxième temps : « Il y a eu un échange anticipé, mais nous étions très éloignés des évaluations. Le problème avec Chelsea, c’est son stade. Nous vieillissons tous et il faut une décennie de votre vie pour résoudre ce problème. » a-t-il déclaré.
Le coût de construction d’un nouveau stade pour Chelsea a été évalué à près d’un milliard d’euros par le club londonien. Un projet initialement prévu mais abandonné par le propriétaire actuel Roman Abramovitch. C’est après cet échec pour le rachat des Blues que le milliardaire britannique s’est tourné vers l’OGC Nice qui dispose d’installations neuves et d’un potentiel à exploiter intéressant.

Ajouter un Commentaire