Les aiglons n'ont rien montré, ou presque, pourtant la domination toulousaine était sterile jusqu'en fin de première mi-temps. Malheureusement une défense sans Danté n'est pas aussi efficace. Que dire de notre attaque, même si Sylvestre a fait un match correct, elle reste brouillone. L'an dernier, Toulouse nous éliminait sur une boulette de Cardinale, cette année ils nous sortent suite à notre manque flagrant de qualité. Mais bon pensons à vendre sans penser à remplacer... enfin, penser n'est peut-être pas le mot car des idées on en a peu et celles qui se concrétisent sont bien rares.

 

 

Fiche technique

 

Toulouse FC - OGC Nice : 4 - 1 (2-0)
Arbitre : M. Delerue

Buts :
TFC : Diakité (40e), Gradel (45e), Dossevi (67e), Garcia Alonso (85e)

Nice : Sacko (48e)

Avertissements :
TFC : Garcia Alonso (59e), Gradel (71e), Sylla (74e)
Nice : Hérelle (71e)

Les équipes :
Toulouse : Reynet - Moreira, Amian Adou, Diakité, Jullien, Sylla - Bostock, Garcia Alonso (Sidibé, 88e) - Gradel (cap), Leya Iseka (Sanago, 70e) , Dossevi.

Nice : Benitez - Boscagli (Srarfi, 46e), Sarr, Hérelle, Jallet (cap), Burner - Walter, Tameze, Cyprien, Sylvestre - Ganago (Sacko, 46e).

 

Les buts

 

85ème Sur un corner tiré par Bostock, la balle arrive sur Manuel Garcia. L'Espagnol frappe la balle de la tête. Quatrième but pour Toulouse.

 

68ème Et de trois pour Toulouse. Dossevi est récompensé de son très gros match ! Encore une fois sur un service parfait de Gradel sur le côté gauche, le milieu toulousain ne se rate pas. Sa puissante tête plein axe ne laisse aucune chance à Benitez. Les Violets prennent le large.

 

47ème Sacko redonne de l'espoir aux Aiglons ! Bien servi par Temeze dans le dos de la défense toulousaine, le nouvel entrant se joue de Reynet et termine par une frappe croisée du pied droit.

 

45ème Gradel double la marque pour Toulouse ! Dossevi déborde, encore une fois, et trouve Gradel dans la surface. La première tentative de l'Ivoirien est repoussé par Benitez mais Gradel poursuit son effort et termine le travail dans le but vide.

 

39ème Diakité ouvre la marque. Sur un bon service de Gradel à droite, Diakite surgit. Sa frappe termine dans le petit filet du but gardé par Walter Benitez.

 

 

 

Résumé

 

Toulouse, grâce à son capitaine Max-Alain Gradel impliqué sur trois des quatre buts des siens, s’est qualifié dimanche pour les 16e de finale de la Coupe de France après sa victoire à domicile face à Nice (4-1) dans le seul match opposant deux équipes de L1.

 

Le TFC, qui n’a perdu qu’un de ses cinq derniers matchs, poursuit son opération rédemption entamée en fin d’année dernière avec une victoire acquise en L1 sur la pelouse de Lille (2-1) juste avant la trêve.

 

En prenant le meilleur sur Nice, les hommes d’Alain Casanova ont remporté leur premier match à domicile depuis...le 25 août dernier ! Ils mettent ainsi un terme à une série de sept matchs sans succès au Stadium (4 défaites et 3 nuls).

 

Pour les Niçois, qui enchaînent un sixième match sans victoire toutes compétitions et qui sont déjà éliminés de la Coupe de la Ligue, il ne reste désormais plus que le championnat, dont ils occupent la dixième place, pour égayer leur fin de saison.

 

Sans Balotelli, en instance de départ, ni Saint-Maximin, blessé, ni Dante et Atal, suspendus, les hommes de Patrick Vieira ont craqué dans les cinq dernières minutes de la première période.

 

Comme d’habitude depuis le début de la saison, c’est une nouvelle fois Max-Alain Gradel, désormais impliqué sur 15 des 20 buts toulousains, qui a fait la différence. D’abord sur une offrande pour Diakité (40e) ensuite en renard des surfaces pour profiter d’un cafouillage (45e).

 

gradel

 

Plus mauvaise attaque de L1 (13 buts en 18 matches), Nice s’est offert le droit d’y croire en réduisant le score dès le retour des vestiaires sur un but de Sacko mais c’était sans compter sur...Gradel, qui d’un centre millimétré offrait le but du break à Dossevi (3-1, 67e) avant que Garcia ne clôture le festival de près (85e).

 

Réactions 

 

Patrick Vieira :

Le score est lourd. Après, peu importe le score, l'élimination nous fait mal. C'est une grosse déception. En première période, on a eu trop de joueurs en dedans, on a énormément souffert sur le côté gauche. Leurs occasions les plus dangereuses sont venues de ce côté-là. On a été insuffisant sur l'aspect défensif, athlétique. Et, quand on a on a eu le ballon, on a joué petit bras. On l'a payé cher. Le changement de système (à la pause, du 3-5-2 au 4-3-3) nous a donné dix minutes assez intéressantes, mais je suis très déçu. Le mercato sera très important pour nous par rapport à nos ambitions. On attend avec impatience les prochains jours pour voir ce qui va se passer. Il nous manque un peu de créativité, quelqu'un qui peut finir nos occasions. Sur ce mercato, on doit renforcer l'effectif.

 

Alain Casanova:

La qualification est très positive. J'ai vraiment envie d'aller le plus loin possible dans cette Coupe de France et les joueurs ont bien entamé ce début de deuxième partie de saison. On a fait le match qu'il fallait, même si l'entame de seconde période ne m'a pas plus du tout par rapport à notre état d'esprit et au réajustement tactique de Nice. On ne fait pas le début de seconde mi-temps qu'on devait faire. Il y a encore beaucoup de choses à revoir, je ne peux pas me contenter de ça, même si on a eu quelques enchaînements pas mal. J'ai envie de revoir une équipe qui joue, protagoniste de ce qu'elle fait.

 

 

Christophe Jallet :

Il nous a manqué beaucoup de choses. En première période, on a concédé très peu d'occasions, ils ont marqué sur leurs deux premiers tirs cadrés. Après la pause, on a les occasions pour égaliser. C'est dommage, car on sentait qu'ils doutaient un peu. Après, ils mettent le troisième...

 

 

Revue de presse 

 

Gradel fait encore le max
L'Equipe

 

L’indispensable capitaine toulousain, buteur et double passeur, a confirmé son influence majeure sur le TFC, large vainqueur des Aiglons.


TOULOUSE – Même un match entre deux écuries de L 1, moins propice à diffuser la magie de la compétition, peut fournir une jolie histoire un dimanche de Coupe de France. Bafodé Diakité, le jour de souffler les bougies de ses dix-huit ans, a allumé le feu offensif du TFC. À la 40e minute, le jeune défenseur toulousain a reçu un centre en retrait de Gradel, qu’il a repris du droit pour dégeler le score (1-0). Mais, plus que cette frappe gagnante, on retiendra avant tout la performance de l’international ivoirien, qui a confirmé l’énorme influence détaillée hier dans ces colonnes. Gradel a inscrit en effet le second but de près et en deux temps (45e), avant d’offrir le troisième, d’un délicieux centre du gauche, à Dossevi (68e), sans doute auteur de son meilleur match depuis son arrivée, l’été dernier.


Suspendu lors du match en retard contre l’OL ?


Également impliqué sur les deux premières réalisations des Violets, Dossevi, l’ancien Messin, a proposé un fort joli numéro, mais la représentation de Gradel l’a surpassé sur le plan statistique. « J’essaie de m’améliorer à chaque match et d’en faire toujours plus », appuie l’ancien Stéphanois, qualifié de « Robocop » par son entraîneur, Alain Casanova. « Quand j’ai lu ça, je me suis touché pour voir si j’étais humain, sourit-il. Non, je plaisante ! Ça m’a fait plaisir. Mais il faut que je continue à bosser. » La progression se situe peut-être dans la maîtrise de ses nerfs, car une mauvaise réaction à la suite d'un tacle appuyé d’Hérelle lui a valu un avertissement (71e), probablement synonyme de suspension face à Lyon, à domicile le 16 janvier, en match en retard (17e journée).


« J’ai eu une altercation avec un défenseur, soupire-t-il. Je ne pense pas que ça valait ça. » Les applaudissements à sa sortie du terrain, deux minutes avant la fin du temps réglementaire, étaient largement mérités, il n’y a pas de débat.


Côté niçois, où Patrick Vieira espère un mercato rutilant, on regrette sans doute de ne pas posséder le même type de joueur en magasin. Même si les Aiglons ont bien réagi après la pause grâce à leur métamorphose sur le plan tactique, avec le passage du 3-4-3 au 4- 3-3, le troisième but toulousain a sanctionné une prestation trop insuffisante et punie une quatrième fois sur corner (85e). Après le succès à Lille (2-1, le 22 décembre), avant la trêve, le TFC, lui, retrouve des couleurs, longtemps délavées durant la première moitié de saison.

 

 

 

Commentaires   

#1 dudu 07-01-2019 10:41
Que dire?rien depuis le début de saison,pas capables de marquer .Pas capables de battre Angers ou Gingamp
vive le mercato.

Ajouter un Commentaire