Fatigué par son comportement et déçu par ses performances, l’OGC Nice s’est résolu à se séparer de Balotelli pour mieux préparer la suite.


L’histoire de Mario Balotelli à Nice a duré plus longtemps qu’on pouvait l’imaginer à son arrivée, le 31 août 2016, mais elle va aussi s’achever plus vite que prévu. Quand l’Italien a raté son transfert à Marseille, l’été dernier, il était acté qu’il disputerait la saison entière au Gym, qui ne s’en félicitait pas seulement parce que l’OM avait échoué dans sa quête. Un tel attaquant ne se trouve en effet pas partout, mais un attaquant qui ne marque pas ressemble beaucoup moins à une aubaine.


En totale perte de confiance, il n’a jamais semblé capable d’oublier son départ avorté et ses différentes crises ont pollué la phase aller du club, qui aurait préféré compter ses buts. Balotelli (28 ans) en avait inscrit 43 (toutes compétitions confondues) lors de ses deux premières saisons niçoises, et il a dû se contenter d’une passe décisive depuis le mois d’août. « Je ne sais pas ce qu’il s’est passé, soufflait hier l’entraîneur, Patrick Vieira, qui s’est énormément démené, en vain, pour l’aider à se redresser. C’est un peu compliqué, on ne peut pas pointer une seule chose du doigt : il y a eu son retard à la reprise de l’entraînement, il y a ce que je demande tactiquement à l’équipe, plein de choses font qu’il a eu du mal à trouver la forme. Il a passé deux ans extraordinaires ici, où il a marqué et porté l’équipe. Personne ne pourra le lui enlever, même pas moi. Mario a été un joueur très important pour le club, il l’a été avant que j’arrive, il l’est aujourd’hui et il le sera toujours, quoi qu’il arrive. »

 

balotelligant


La résiliation actée une fois sa destination choisie


Il ne peut désormais rien arriver d’autre qu’un départ, même si son contrat expire en juin. Pire attaque de L 1 (13 buts), ce qui n’est pas seulement de la faute de Balotelli, Nice veut profiter du mercato pour redessiner son secteur offensif et il est indispensable de régler en priorité le cas de la star. Alors qu’ils tenaient à récupérer une indemnité l’été dernier, les dirigeants du Gym sont maintenant conscients que leur joueur a perdu de la valeur et ils songent surtout à économiser ses revenus des six prochains mois, afin de l’investir sur le salaire d’une recrue en prêt, comme le meneur de jeu Ryad Boudebouz (28 ans, Betis Séville).


Ils ont donc choisi l’option de la résiliation de contrat, la meilleure façon de s’épargner un nouveau feuilleton : Julien Fournier, le directeur général, a rencontré hier les avocats de Balotelli pour poser les bases d’une rupture, qui laisse au joueur la main pour trouver une nouvelle destination. La résiliation sera finalisée quand il aura choisi un point de chute, elle peut ainsi intervenir plus ou moins rapidement, mais les Niçois espèrent la boucler dans les prochains jours. Ce procédé leur évite de nouvelles négociations avec les Marseillais, et toutes les parties apprécieront puisque les relations entre les deux clubs sont difficiles.


L’Italien peut également partir ailleurs mais ce n’est plus le problème de Nice, qui a appris à vivre sans lui. Arrivé à l’entraînement mercredi, en accord avec Vieira qui avait fixé la reprise collective le 29 décembre, il s’entraîne séparément et ne figurera pas dans le groupe qui disputera son match des 32es de finale de Coupe de France à Toulouse, demain. Sur le terrain, Balotelli appartient déjà au passé.

 

Ajouter un Commentaire