L'OGC Nice a eu beaucoup de difficulté contre Bordeaux, ce soir. Les aiglons étaient fatigués. 15 minutes, en première mi-temps, d'euphorie n'ont pas suffit aux aiglons pour s'imposer. Dommage! Le Gym se met en danger au classement, devra retrouver le chemin du but et les victoires pour pouvoir rester en haut du classement.

On notera aussi que les niçois arboraient un brassard noir en hommage à José Boetto, dont les obsèques avaient eu lieu quelques heures avant en présence de Jean-Pierre Rivère, José Cobos, de tous les groupes de supporters mais aussi de centaines de supporters niçois.

 

Fiche technique

 

Bordeaux - Nice : 0-0 (0-0).

Arbitre : N. Rainville.

 

Avertissements:

Nice : Koziello (42'), Ranieri (91').

 

Les équipes:

Bordeaux : Bernardoni - Debuchy (Malcom, 81'), Yambere, Guilbert, Poundje - Chantome, Vada, Toure - Rolan (Sané, 81'), Diabate, Ounas (Traoré, 75').

Nice : Cardinale - Pereira, Baysse, Le Marchand, Pied - Mendy, Seri, Koziello (Walter, 58'), Bodmer - Germain (Raniera, 88'), Plea (Caddy, 58').

 

 

Résumé


 

Bordeaux et Nice n'ont pas réussi à se départager et se quittent sur un score nul et vierge. L'OGCN, bourreau des Bordelais à l'aller (6-1), a bien résisté à l'esprit de revanche qui habitait les hommes de Willy Sagnol, guère inspirés devant le but, à l'image de Cheick Diabaté. Dommage pour les Girondins qui ratent une belle occasion de revenir à un point de leurs visiteurs du soir et sont 9e avec 37 points.



Sans son meilleur buteur Hatem Ben Arfa, Nice a aussi mis fin à un mois et demi de disette à l'extérieur au terme d'une rencontre plaisante, avec des cycles de domination partagés.



Les premiers à l'oeuvre ont été les Aiglons, qui ont fait la loi au milieu pendant une bonne demi-heure avec leurs petits gabarits, une nouvelle fois séduisants, et Mathieu Bodmer, devant eux, qui a bonifié pas mal de ballons. Mais cela ne s'est pas traduit au tableau d'affichage car, hormis une tête de Paul Baysse sur un coup franc de Jean Michaël Seri faisant briller Paul Bernardoni (7), les hommes de Claude Puel n'ont pas eu beaucoup d'opportunités pour troubler l'ancien gardien troyen.



C'est plutôt son vis-à-vis Yoan Cardinale qui a eu du boulot la demi-heure suivante, quand la pression locale s'est accentuée dans le sillage d'un Valentin Vada montant en régime.



On a comptabilisé sept situations plus ou moins dangereuses devant le but niçois, avec Diabaté, si prolifique en janvier mais acteur malheureux ce vendredi, d'abord dans un face-à-face né d'un service parfait de Thomas Touré perdu devant le portier azuréen (42), puis en ratant le cadre seul aux six mètres (48).



Pas plus de réussite pour le plus actif des Bordelais, Touré, que ce soit sur un coup franc direct boxé par Cardinale (39) ou sur une reprise du gauche au-dessus (53).



Les entrées de Dorian Caddy et Rémi Walter (59) dansles rangs visiteurs ont fait un bien fou aux Niçois, qui reprenaient des couleurs et s'approchaient de nouveau de la surface aquitaine, mais ni Jérémy Pied (68), ni Seri (70), ni Gaëtan Germain (81) ne sont parvenus à forcer la décision.

 

 

Réactions



Claude Puel:

Globalement, c'était un match équilibré, on a subi quelques situations. On a fait une très bonne entame, une grosse première demi-heure avec beaucoup de situations où il manquait très peu de choses dans la dernière passe; la bonne décision, la justesse et un petit peu l'étincelle. On a subi le dernier quart d'heure de la première mi-temps, on s'est fait bousculer, avec beaucoup de ballons qu'il a fallu gérer difficilement dans notre surface. On a eu du mal à reprendre en seconde période avec un gros quart d'heure des Bordelais qui nous ont acculés sur notre but. On a réussi à desserrer l'étreinte, les débats se sont équilibrés par la suite, ils ont quelques situations sur des centres, des deuxièmes ballons et nous aussi. On peut mieux faire sur certaines situations avec des décalages intéressants. Je considère que c'est un match nul équitable.


Willy Sagnol (entraîneur de Bordeaux):

Nice a eu deux bonnes périodes, la première pendant 20 minutes en première mi-temps, sur une quinzaine en seconde mi-temps mais sur le reste les meilleures situations ont été bordelaises. Si on l'avait emporté, cela aurait été un résultat logique. Il faut reconnaître que Nice est une très belle équipe, qui joue très bien au ballon, qui n'est pas au pied du podium pour rien et sur laquelle il faudra compter jusqu'à la fin de la saison. J'ai revu les images, il y a deux mains dans la surface. Je ne le dis pas souvent donc notez le bien. Monsieur Rainville est quelqu'un que j'aime beaucoup. Au-delà d'être un bon arbitre, c'est quelqu'un qui explique ses choix et quand il explique qu'il n'a pas vu quelque chose et qu'il en est désolé, c'est beaucoup plus facile à comprendre pour les entraîneurs et les joueurs. On a vu qu'il y a deux mains, il n'y a pas d'animosité de notre part. C'est sûr que sur certains autres stades, cela aurait pu être sifflé mais ça n'enlève rien aux bonnes ambitions que l'on avait aujourd'hui et à la bonne débauche d'énergie de mes joueurs. Ce n'est pas forcément une occasion manquée mais un ralentissement par rapport à ce que l'on espérait.


Maxime Le Marchand (au micro de beIN Sports):

Ne pas prendre de but à l’extérieur c’est bien. Bordeaux était solide, on n’a pas su créer le jeu qu’on voulait, peut-être un manque de fraîcheur dans la finition, c’est ce qui a manqué ce soir. Pour la suite, le calendrier est à notre avantage avec deux matches à domicile qui vont s’enchaîner. J’espère qu’on pourra rester en haut du classement.


Paul Baysse (au micro de beIN Sports):

On savait que ça serait un match compliqué, Diabaté est un joueur atypique qui joue beaucoup sur ses qualités physiques. On a eu des difficultés, mais le bloc défensif a tenu. Ça reste un bon point ramené de Bordeaux.



Revue de presse

 

 



Commentaires   

+2 #3 jimmy 20-02-2016 18:15
Je donnerai un coup de coeur a PIED qui n'a pas manqué de rendre hommage à José lors d'un tweet apres le match. Bravo Jérémy, un état d'esprit irréprochable !
+2 #2 Steph 20-02-2016 09:26
Heureusement que nous avons Baysse. Il a sauvé la baraque. Sans oublier Cardinale, au top ce jeune.
+3 #1 CorsicaNissart 20-02-2016 00:15
On a fait le paon durant 20 minutes.
On a fait la roue...une belle et grande roue comme celle de Masséna.
Puis on a été à la rue durant le reste de la totalité du match.
Heureusement que dans la rue des barricades ayant pour noms : CARDI BAYSSE LE MARCHAND et l'arbitre se sont dressées pour faire barrage à l'adversaire.
On s'est donc mis à l'abri des tirs Girondins en préservant nos buts vierges.

Ajouter un Commentaire