Bien aidés par la sortie hasardeuse d'Hassen qui nous a permis de jouer à 10... Euh 10, plutôt 9 tant Bodmer était "en dessous" lors de cette rencontre. On se demandera tout de même ce qui a influencé la décision du coach: le choisir à la place de Baysse, en plein renouveau... Pour finir, on se pose une question,surtout lorsque l'on a un effectif au complet: quelle est la raison de jouer avec une défense à 3? Quoiqu'il en soit le Gym a relancé une équipe en perdition... Une habitude bien niçoise.

 

 

 

 

Fiche technique



Toulouse FC 2-0 OGC Nice (1-0)

Spectateurs: 9956

Arbitre : Saïd Ennjimi


Buts :

TFC: Braithwaite (31e sp), Ben Yedder (58e)


Avertissements :

TFC: Somalia (15e), Machach (60e)

OGCNice: Pied (62e), Le Marchand (90e)


Expulsion :

OGC Nice: Hassen (29e)


Les équipes:

Toulouse FC : Lafont - Somalia, Tisserand, Diop, Matheus - Bodiger (Pesic, 76e), Akpa Akpro (cap.), Trejo, Machach - Ben Yedder (Regatti, 83e), Braithwaite (Blin, 76e)

OGC Nice : Hassen - Genevois, Bodmer (cap.), Le Marchand - Pied, Koziello, Seri, Mendy, Ricardo (Cardinale, 30e) - Ben Arfa (P.Puel, 77e), Germain (Benrahma, 77e)

 

 

Les buts

 


58ème But de Ben Yedder pour Toulouse ! Suite à un bon service, Ben Yedder résiste au retour de Bodmer. L'attaquant toulousain se présente face à Cardinale et inscrit le deuxième but du TFC en plaçant son ballon. 2-0 pour le TFC !


31ème But de Braithwaite pour Toulouse ! Celui qui est allé chercher la faute se fait justice lui-même. L'attaquant du TFC prend à contre-pied Cardinale. 1-0 pour Toulouse !



 

 

 

Résumé

 

 

Toulouse, qui a titularisé le plus jeune gardien de but de l'histoire de la L1 avec Alban Lafont (16 ans et 10 mois), a renoué avec la victoire en battant Nice 2 à 0 samedi lors de la 15e journée.



Incapables de gagner depuis la première journée début août (2-1 face à Saint-Etienne), les hommes de Dominique Arribagé (19e au classement) tiennent enfin, grâce à deux buts de Braithwaite sur penalty (31) et de Ben Yedder (58), un succès qui leur permet de revenir à trois points du premier non-relégable, Bastia.



Le Gym, qui recule d'une place (5e), n'a lui pas su profiter de la déroute lyonnaise vendredi face à Montpellier (2-4) pour prendre provisoirement la deuxième place du classement derrière le champion d'automne parisien, avant le déplacement dimanche de Caen à Bordeaux.



Après s'être encore offert deux gros morceaux lors des deux dernières journées, l'OL (3-0) et l'OM (1-0), Claude Puel et ses hommes ont à nouveau prouvé qu'ils avaient plus de mal avec les équipes moins réputées.



Sur un siège éjectable après treize matches sans victoires, Arribagé avait pour ambition de créer un électrochoc en mettant dans les buts Alban Lafont. Un pari gagnant, le jeune gardien toulousain se révélant décisif dès l'entame en sortant une frappe de Jérémy Pied (8e), trouvé par Hatem Ben Arfa.


Et au pied du mur, ses coéquipiers se sont montrés à la hauteur de l'enjeu.



Plus rapide que Bodmer, l'international danois Martin Braithwaite, séché dans la surface par Mouez Hassen, provoquait l'expulsion du gardien niçois et ouvrait le score en prenant à contre-pied le gardien remplaçant Yoan Cardinale sur le penalty (31).



Cardinale, décisif devant Ben Yedder (41) et encore Braithwaite (43), ne pouvait en revanche rien sur le deuxième but toulousain signé Ben Yedder (58) qui, servi par Somalia, effaçait Bodmer avant de l'ajuster du plat du pied.



En infériorité numérique, Nice se procurait peu d'occasions, hormis une frappe au ras du poteau gauche de Lafont de Ben Arfa. Vivement le retour des têtes d'affiche pour redonner envie à Puel et ses hommes. Dès vendredi avec la réception du PSG à l'Allianz Riviera. AFP



Réactions

 



Claude Puel :

«Nous avons été trop approximatifs même si c'est nous qui nous procurons la première occasion du match. Cela aurait pu changer les choses et nous réveiller. Le pénalty et l'expulsion ont ensuite mis un terme à nos ambitions. En infériorité numérique on n'a pas réussi à revenir dans le match. Nous avons été trop loin de notre niveau pour répondre présent, notamment dans les duels. Bravo à Toulouse qui a été conquérant. Nous, nous allons revenir à nos chères études.»


Dominique Arribagé (entraîneur de Toulouse) :

«Cette victoire veut dire que l'on n'est pas morts et ça c'est bien. Néanmoins, on n'a pas fini de souffrir et il faut rester mesuré. C'est un grand ouf de soulagement mais il va falloir enchaîner et rester dans cette dynamique. Les gars se sont battus même si dans le jeu tout n'a pas été parfait. Il va nous falloir beaucoup d'énergie pour arracher encore des points mais ce qui est bien c'est que tout le monde se bat. Personne n'est à contre-sens. On a fait un petit pas mais le plus difficile c'est d'enchaîner».

 

 



Revue de presse

 



Nice rate les petites marches

 

 

 

Commentaires   

#3 tonybonson@Yahoo.fr 30-11-2015 18:02
Peut être faudra t il envisager enfin la venue d 'un vrai gardien (suivant la blessure de Pouplin) ?.....
#2 CorsicaNissart 30-11-2015 09:47
Une fois n'est pas coutume. Mais 1 2 3 fois : Non ! vraiment ça ne passe pas !!!
Soit: C'est une faute professionnelle de ne pas s'investir à fond, face aux équipes à la dérive. Soit: On est incapable de rivaliser avec les mal classés,(comme l'affirme le nonchalant BODMER) lequel devrait prendre exemple sur le Gazier Jérémie BRECHET 36ans, accumulant les matchs tous les 3jours en s'affirmant le meilleur de son équipe.
Dans les deux cas: c'est gravissime !!
Il est donc impératif de connaître les véritables causes - voir les coupables de cette honteuse situation !!!
Nous savons que le GYM est loin de valoir le PSG et se l'a jouer façon BARCA, comme rêve d'en faire partie un illustre inconnu qui flambe lorsque les joueurs adverses le regarde jouer et se laisse marcher dessus quand se sont les joueurs adverses qui jouent ?? N'avais-je pas prévenu que si on se prenait pour se qu'on est pas, on ne battrait pas le Gazélec: C'est ce qui arriva tout comme face à Nantes et Toulouse! Seule une grande équipe peut se permettre de pratiquer le même style de jeux quelque soit l'adversaire. Nice est une équipe inqualifiable: parfois séduisante à souhait, parfois nullissime, voir catastrophique. C'est à dire inconstante. Cette incohérence perpétuelle à défaut de n'être que temporaire est d'une affligeante vérité de l'incapacité à venir à bout des équipes lui étant " indiscutablemen t " inférieures, et il n'est point énigmatique " tant la réalité dépasse la légende " qui veut que nous soyons plus fort que les forts et plus faibles que les faibles ! Non...il n'est rien de mystérieux à cela ! C'est pourquoi: " Aussi paradoxalement que ça puisse paraître " vu la multitude d'équipes nous étant "cette saison" largement inférieures il serait grand temps de trouver les solutions à ce problème récurent sous peine d'à nouveau errer aux portes de l'enfer après avoir durant une trop courte période gouté aux joies du paradis.
#1 steph 29-11-2015 10:54
Bodmer pas inspiré comme beaucoup hier soir. :sigh:

Ajouter un Commentaire