Après une début de match poussive, la charnière centrale s'est mise en place et les Seri, Koziello, Germain et Pied ont fait leur "show". Germain toujours efficace devant le but, Seri et Kiozellio monstrueux au milieu.  Puis que dire de Jérémy Pied, hormis qu'il est urgent de le prolonger car le joueur renait cette saison dans son nouveau poste. Pour le reste, le Gym a retrouvé les qualités de jeu et les supporters ont été impeccables.

 

 

 

 

Fiche technique

 

 

A Nice (Allianz Riviera): Nice bat Lyon 3 à 0 (1-0)

Spectateurs: 18.000

Arbitre: B. Bastien


Buts:

Nice: Germain (20), Yanga-Mbiwa (48 c.s.c.), Koziello (71)


Avertissements:

Nice: Genevois (24)

Lyon: Ferri (26), J. Morel (84)


Les équipes:

Nice: Hassen - Genevois, Baysse, Le Marchand - Pied, Koziello (Raheriharimanana 85), N. Mendy (cap), Seri, Hult (Mendy 80) - Ben Arfa, Germain (Correia 80) Entraîneur: Claude Puel


Lyon: A. Lopes - Rafael, Gonalons (cap), Yanga-Mbiwa, J. Morel - Ferri, Tolisso, Valbuena (Malbranque 77) - Darder (Del Castillo 64) - Beauvue (Cornet 64), Lacazette Entraîneur: Hubert Fournier

 

 

 

Buts


 

71ème But de Koziello pour Nice ! Le june milieu de terrain lance Pied côté droit qui le retrouve en retrait, d'un service à ras de terre dans la défense. La défense n'est pas pressante et Koziello a le temps d'armer sa frappe du pied droit pour trouver la lucarne droite !


48ème But contre son camp de Yanga-Mbiwa pour Nice ! Ben Arfa fixe la défense et trouve Seri qui lance Pied côté droit. Le joueur de couloir centre fort. Au premier poteau, Yanga-Mbiwa entreprend un tacle bien maladroit en direction de sa cage et marque dans ses propres filets !


20ème But de Germain pour Nice ! Excellent travail de Seri dans l'axe, à 30 mètres. Il peut prendre sa chance mais feinte la frappe, fixe la défense et glisse un bon ballon en profondeur pour son attaquant. Germain s'emmène le ballon d'un contrôle orienté pied droit et conclut d'une balle piquée du pied gauche devant Lopes !

 

 


 

Résumé

 


La Ligue 1 a repris ses droits, ce vendredi soir, à l'Allianz Riviera. Une semaine après les attentats de Paris, les supporters niçois ont fait honneur au plaisir simple d'être dans un stade, de vibrer, de chanter, de vivre. Après avoir entonné une Marseillaise vibrante avant le match et a capella en seconde période, ils se sont distingués en reprenant, en cœur, « Daech, daech, on t'enc… ». Puis, ils ont poussé « leurs » Aiglons à s'offrir le dauphin du championnat, Lyon (3-0). Profitant des faiblesses lyonnaises en défense, les hommes de Claude Puel pointent désormais à la troisième place du championnat, avec 24 pts. Retour sur un match dont le rythme et les occasions auront assurément donner du baume au cœur aux fans de football.



Germain, le record



Après le coup d'envoi, les Lyonnais sont les premiers à se montrer dangereux, avec deux frappes de Beauvue (4e, 9e). C'est à nouveau l'ancien Guingampais qui sert Lacazette aux abords de la surface de réparation. L'attaquant bat Hassen mais sa frappe est repoussée par le poteau (16e). Les Lyonnais dominent mais les Niçois marquent. Séri parvient à servir dans la profondeur Germain qui pique sa frappe et trompe Lopes (1-0, 20e). C'est son sixième but de la saison, un record en Ligue 1 pour l'ancien Monégasque. Si globalement les Lyonnais semblent dominer la possession, les occasions sont niçoises : Seri manque le cadre (39e) avant de rater la reprise sur un service de Ben Arfa (41e).



Koziello s'invite à la fête



A la reprise du jeu, ça continue pour l'OGCN : le centre à ras terre de Pied est dévié par Yanga-Mbiwa qui se jette et trompe Lopes, son propre gardien (2-0, 48e) ! Ben Arfa, (52e, 58e) n'en finit plus de se jouer de la défense lyonnaise. Face à une équipe joueuse, l'OL est à la peine, hormis sur une frappe de Valbuena (56e). Mais ce sont bien les Niçois qui brillent : Pied décale Koziello qui a le temps de centrer avant de tromper Lopes (3-0, 71e). L'addition est salée pour les Lyonnais qui continuent à subir et s'en remettent à leur gardien pour détourner des tentatives de Germain (76e) puis de Ben Arfa (77e). Jamais les Gones ne parviendront à se montrer dangereux dans une partie largement maîtrisé par l'OGCN. Le Point.

 

 

Réactions


 

Claude Puel :

«J'avais dit aux joueurs qu'ils avaient l'opportunité de donner du plaisir à ceux qui nous regardaient. Tout le monde a été à la hauteur ce soir, le public niçois et les deux équipes. Dans une entame compliquée, nous avons été un peu approximatifs dans nos relances. Dès que nous avons mis plus de qualité, nous avons trouvé des intervalles et nous avons eu des situations. Nous sommes restés très compacts et nous avons sorti le ballon proprement pour construire une victoire méritée. Comme à Marseille, nous avons été solides défensivement.»


Romain Genevois :

«C'est une très belle soirée, trois buts inscrits, zéro encaissé, tout le monde est content. On avait mis en place un système inédit en plus, c'était un peu nouveau pour nous et sur certains aspects, on a eu du mal en première période mais on a vite réglé ça en seconde. On a montré beaucoup de bonnes choses, d'efficacité et de sérénité. C'est un match sur lequel il faudra s'appuyer car à domicile, on avait un peu de mal, on était plus à l'aise à l'extérieur. Il y avait beaucoup d'absents mais je l'ai déjà répété, on a un effectif de qualité, riche et c'est rassurant car une saison, c'est très long.»


Vincent Koziello :

«On a eu le brin de réussite qui nous a manqué parfois mais on devra faire attention à nos entames de matches car on aurait pu se retrouver avec plusieurs buts à rattraper. On a su contrer leur système de jeu en écartant bien sur les côtés. Maintenant, il faut garder la tête sur les épaules, on verra plus tard (pour se maintenir sur le podium). Pour l'instant, on est surtout présents dans les grands matches et on a plus de mal contre les équipes qui ferment le jeu. Il faudra améliorer ça si on veut rester en haut. On voit que derrière le PSG, il n'y a pas une équipe qui se détache. Il faut juste être plus régulier, ce qui nous a manqué jusqu'à maintenant.»


Hubert Fournier (entraîneur de Lyon) :

«Sur l'ensemble du match, la défaite est méritée. On fait une bonne entame, avec des opportunités dans les quinze premières minutes. Puis, on s'est liquéfié après l'ouverture du score. On s'est démobilisé par impatience et le deuxième but nous a fait très mal. On n'a pas eu les réponses nécessaires pour revenir dans la rencontre. C'est un sacré coup d'arrêt après les belles choses montrées contre Saint-Etienne. Je crois qu'à la 80e minute, on avait fait seulement six fautes... On peut remarquer certaines suffisances individuelles, et quand des individualités sont moins performantes, ça pèse sur le collectif. Valbuena n'a pas été pire que d'autres malgré la journée qu'il a connue. Le public niçois a été digne et respectueux durant l'hommage du début de match».


Jean-Michel Aulas (président de Lyon, au micro de beIN Sports):

«C’est une grosse déception car on avait l’impression au bout d’une demi-heure qu’on allait gagner ce match. On a manqué d’intensité et d’agressivité. C’est un match à oublier pour repartir du bon pied. On a vu Mapou Yanga-Mbiwa en difficulté tout au long du match et à partir du moment où ça ne se passait pas bien, ça ne l’a pas aidé. Après c’était un calvaire. Quand Sam (Umtiti) n’est pas là, c’est plus compliqué. Mathieu Valbuena ? Il y a des choses qui relèvent des échanges entre la justice et Mathieu. C’est un garçon sur lequel la fédération et la sélection peut compter. On a vu qu’il a été excellent malgré une journée compliquée. Il a été un des meilleurs sur le terrain. Le président Thiriez est venu l’encourager et le soutenir. On ne veut pas que Mathieu passe de situation de victime à situation de pénalisé.»

 


Revue de presse


 

Les supporters insultent Daech par le Parisien

Les supporters de Nice ont conclu à leur façon l'hommage rendu aux victimes des attentats de Paris avant le match contre Lyon en insultant vertement Daech juste après la minute de silence, vendredi. «Daech, Daech, on t'encule! », a scandé le kop niçois à plusieurs reprises, juste après la Marseillaise vibrante et la minute de silence poignante, qui ont précédé le coup d'envoi du premier match de Ligue 1 depuis les attentats du 13 novembre à Paris et au Stade de France. Dans un stade loin d'être rempli, les joueurs sont entrés sous les applaudissements du public. Après l'hymne du club, Nizza la bella, accompagnant l'envol de l'aigle mascotte Mefi, tout le stade a chanté la Marseillaise, en brandissant de petites bougies. La minute de silence a été parfaitement respectée. Une fois terminée a retenti le chant contre Daech, visiblement préparé à l'avance par les supporters. L'arrivée des spectateurs au stade s'est parfaitement déroulée, l'ensemble du public est passé par la double palpation, celle des stadiers puis des forces de police, a-t-on appris auprès des responsables de la sécurité du club niçois. Les supporters ont tendu des banderoles d'hommage, «Supporters unis dans la douleur» et «Fluctuat nec mergitur» (devise de la ville Paris).


Cliquez sur les articles pour voir en plus grand

 

 



 

Ajouter un Commentaire