Les aiglons sont tombés dans le piège corse. Face à des ajacciens agressifs, plus motivés, les aiglons n'ont pas eu le rendement habituel. Comme quoi la légende affirmant que Nice relance les équipes en perdition se confirme. Sinon que dire? Que les buts auraient pu être évités? Peut être! Mais ce soir rien n'y faisait... En conclusion les niçois retombent sur terre comme Caen (que nous rencontrerons mercredi en Coupe de la Ligue) et ce n'est pas plus mal. Retrouvez les 4 buts corses!

 

 

 

Fiche technique

 

 



Gazélec Ajaccio 3-1 OGC Nice (3-1)

4 000 spectateurs environ

Arbitre : Johan Hamel

 

 

Buts :

Gazèlec Ajaccio: Pujol (1ere), Filippi (32e), Djokovic (43e)

Nice: Filippi (11e, csc)

 

 

Avertissements :

Gazèlec Ajaccio: Ducourtioux (22e), Coeff (34e), Djokovic (48e)

Nice: Koziello (42e), Bodmer (67e)

 

 

Expulsion :

Gazèlec Ajaccio: Le Moigne (88e)

 

 

Les équipes:

Gazèlec Ajaccio : Maury - Coeff, Filippi (cap.), Bréchet, Martinez - Djokovic, Youga (Le Moigne, 68e) - Ducourtioux (Poggi, 75e), Larbi, Tshibumbu (Mangane, 86e) - Pujol OGC Nice : Cardinale - Pied, Bodmer (cap.), Boscagli, Ricardo - Koziello (A.Mendy, 59e), N.Mendy, Seri (P.Puel, 85e) - Wallyson - Ben Arfa, Germain (Benrahma, 74e)

 




 

 

Les buts

 




44è BUT de Djokovic pour GFC Ajaccio ! Et de trois pour le Gazélec juste avant la pause. Après une première tentative de Tshibumbu sur la droite dégagée par Cardinale, le ballon revient dans les pieds de Djokovic qui ne se pose pas de question en armant du gauche. Avec un peu de réussite et au milieu d'une forêt de jambes, le milieu croate marque le troisième but de son équipe.


32è BUT de Filippi pour GFC Ajaccio ! Le Gazélec reprend l'avantage à la 32e minute de jeu. Sur un corner frappé côté droit par Djokovic, Filippi se détend parfaitement et vient surprendre Cardinale, auteur d'une sortie hasardeuse, d'une tête décroisée. Le défenseur se rachète après son csc. 2-1 pour le Gaz face à Nice !


12è BUT contre son camp de Filippi pour Nice ! Nice réagit rapidement en égalisant. Démarqué sur le flanc gauche par Ben Arfa, Ricardo Pereira pénètre dans la surface de réparation et centre. Au premier poteau, le malheureux Filippi dévie le ballon dans son propre but.


1è BUT de Pujol pour GFC Ajaccio ! Les Corses ouvrent le score au bout de quelques secondes de jeu. Servi sur le flanc droit, Pujol trompe Cardinale d'une superbe frappe du droit qui vient se loger à l'opposé. Il ne fallait pas arriver en retard à Ange-Casanova.

 






 




Résumé

 



 

Le GFCA attendait un déclic, il l'a eu, en mettant un terme à la formidable série niçoise de quatre victoires avec 17 buts marqués, et qui pointait au 5e rang du classement avant sa défaite du soir. Les retardataires auront eu tort dans ce face-à-face entre l'équipe en forme du moment et une lanterne rouge qui a doublé ses points en un seul match (6). Dès le coup d'envoi, Grégory Pujol, lancé dans le dos de la défense niçoise, ouvrait le score d'une superbe volée (1re). Un but qui donnait le tempo d'une première période dominée par des Corses métamorphosés.


Ajaccio à deux points du premier non relégable


Mal en point, les Niçois revenaient sur un coup heureux quand Filippi détournait dans ses propres filets un centre de Ricardo (11e). Le Gym déjouait face à des Corses bien en place et de plus en plus entreprenants. Sur corner, Filippi rattrapait son erreur et redonnait, d'une tête décroisée, l'avantage à son équipe (32e). Incapables d'esquisser la moindre réaction, les Niçois reculaient et Djokovic en profitait pour inscrire un troisième but à quelques secondes de la pause (43e). En plus d'avoir acquis trois points, les coéquipiers de Grégory Pujol ont donc mis la manière pour aller accrocher ce succès inespéré après 11 journées de Ligue 1 et en ont profité pour quitter la 20e et dernière place. Montpellier, premier non relégable, n'est finalement plus qu'à deux points. L'espoir renaît à Ajaccio. Metro

 




Réactions




Claude Puel:

Je tiens à féliciter cette équipe d'Ajaccio qui a fait un très gros match à tous points de vue, que ce soit dans le jeu, le sérieux ou l'aspect tactique. Elle a su nous mettre en difficulté en trouvant des décalages, en écartant nos lignes et en scorant d'entrée de jeu et juste avant la mi-temps. En seconde période, ils ont mis en place une bonne organisation défensive. On n'a pas réussi à être dangereux. Ils ont mérité leur victoire. Pour notre part, j'estime que l'on n'a pas mérité autre chose, on est passés à côté de la première période. On a été meilleurs en deuxième mi-temps mais nous avons été trop insuffisants pour revenir dans ce match. On a été très loin de ce que l'on a fait jusqu'à présent, c'est dû aussi à l'adversaire. On a eu une certaine fatigue psychologique ou physique. On n'est pas venus avec un sentiment de supériorité par rapport à cette équipe. On n'avait simplement pas les ressorts nécessaires pour réagir dans cette rencontre.

 



Thierry Laurey:

On a eu le mérite de marquer d'entrée et de ne pas baisser les bras après l'égalisation niçoise. On a été solide sur le plan défensif et on a bien respecté les consignes mises en place. L'équipe a pris ce match par le bon bout et n'a rien lâché. C'est le signe que l'on comprend nos erreurs et que l'on parvient à y remédier. On continue à lutter. Il y a eu, c'est vrai, des périodes de doute mais nous avons eu de bons contenus face à Monaco, Rennes ou Toulouse. Cela fait plusieurs semaines que nous avons eu une prise de conscience. Il n'a pas manqué grand-chose pour signer plus tôt dans la saison. (...) Il faut continuer à travailler mais nous sommes sur la bonne voie. On a montré que nous avions notre place dans ce championnat.

 

 



 

Alexandre Coeff (GFCA Ajaccio) :

On a été 14, 15, 22 joueurs à gagner ce soir, pas seulement 11 joueurs. Car c’est le travail au quotidien qui paye. Cette victoire, on y a mis la manière. Il nous manquait le petit truc à chaque fois à domicile. On sait que le chemin est encore long mais on va profiter de cette victoire. Et c’était plus facile mentalement de faire les efforts lorsqu’on a mené, c’est sûr.

 




Revue de presse



 


Et Ben Arfa, il a encore marqué ? Pour les fans de football qui ont décidé de faire l’impasse sur la petite soirée (trois matches seulement) de Ligue 1, ce samedi soir, la réponse est non. Peu aidé par sa grande star des dernières semaines, auteur de cinq buts lors des trois précédentes rencontres, l’OGC Nice a mis un terme à sa folle série de quatre victoires, toutes spectaculaires, lors de son déplacement à Ajaccio (3-1), dans le cadre de la 11e journée. Les hommes de Claude Puel peuvent se remettre en question à juste titre tant ils se sont montrés amorphes - dans tous les secteurs - face à la générosité adverse.

Nice n'avait plus de gaz



Cliquez sur l'article pour voir en plus grand

 



 

 

Commentaires   

#6 CorsicaNissart 26-10-2015 13:49
(( Voici la suite de mon message précédent tronqué une nouvelle fois pour des raisons mystérieuses )).
Qui tremble a perdu d'avance !
Inutile de chercher d'autres raisons qu'un blocage psychologique à cette déroute. En effet: les rouges et noirs sont entrés sur la pelouse avec l'espoir de ne pas perdre tout en ayant la certitude de ne pas gagner !
Ils n'ont rien fait pour cela !
A devoir pénétrer sur un terrain avec la volonté de ne pas vaincre, on s'expose au péril et faute de triomphe on y laisse la gloire !
(( voila j'ai tenu à compléter mon post ))
#5 CorsicaNissart 26-10-2015 13:20
Après les honneurs des médias et la reconnaissance de la France toute entière, la fabuleuse équipe aux meilleures statistiques Européennes se plie, s'agenouille, se ridiculise face à la pire équipe montée de bric et de broc, incapable d'obtenir une victoire sur 10 matchs joués.
Les jeunes Niçois, se sont chiés dessus à l'idée d'affronter cette équipe de pré - retraités dans l'archaïque bouillante pignata luciférienne du village de Mezzavia ( véritable enfer de 4000 démons ) " mdr " A croire que le chaudron vert et le vélodrome sont de paisibles paradis !
Inutile de chercher d'autres raisons que la crainte " d'où " la non motivation d'évoluer dans un contexte féodal !
#4 CorsicaNissart 25-10-2015 20:30
Que dire - si non - que d'entrer dans l'histoire ( première victoire en L1 ) après avoir loupé par 10 fois l'occasion d'y parvenir, est peu glorieux pour le Gaz , mais mieux vaut cela que le déshonneur d'être l'équipe à l'origine de cette première.
+1 #3 Tony 25-10-2015 09:57
Il faut se reprendre absolument à Caen pour commencer une aventure ! Par contre
Pourquoi Boscagli a Ajaccio et pas GENEVOIS qui représente un autre physique ? Si il était là c'était pour remédier non ...
#2 steph 25-10-2015 05:18
Sur des matchs comme hier soir le problème est de savoir changer de tactique, ce que nous ne savons pas faire. Ce fut la même chose face à Guingamp. Il va falloir travailler la dessus.
#1 gabouner06 24-10-2015 22:08
Vivement que Pouplin revient chui degouter des buts prit j'en veux pas au gardien il etait la par defaut le premier but pour moi c t a cause du brouillard le second par contre c'est une erreur de gardien il crit j'ai et Bodmer baisse la tete et il passe a travers et le troisieme il revient dans ces cages mais il a fini de l'autre coté des but c'etait grand ouvert mais je m'endoutais quand aller perdre quelques match betement mais pas ce soir contre le gazelec vu comme ça demarer avec les fumigenes et le retard c'etait un bon piege pour nous

Ajouter un Commentaire