Les aiglons se sont vus trop beaux. Dommage car il y avait un coup à jouer. Ils ont notamment failli en défense. Un match à oublier. Souhaitons simplement que toutes ces mauvaises rencontres ne pèsent pas trop à la fin du bal.

 

 

Fiche technique

 

Rennes - Nice 3-1 (2-0)

Arbitre : M. Bastien.

16 722 spectateurs.

 

Buts.

Rennes : Feret (23e), Doumbia (44e), Pitroipa (82e)

Nice : Clerc (59e).

 

Avertissements.

Nice : Digard (29e, faute sur Théophile-Catherine)

Rennes : Kembo (80e, faute sur Coulibaly).

 

Les équipes.

Rennes : Costil - Danzé (cap), Apam, Kana-Biyik, Théophile-Catherine - Doumbia, Féret (Tettey 79e), M’Vila - Brahimi (Kembo 61e), Hadji (Erding 75e), Pitroipa. Non entrés en jeu : Diallo (g), Mavinga, Jebbour, Boukari. Entraîneur : F. Antonetti.

Nice : Ospina - Clerc, Pejcinovic, Digard (cap), Diakité - Coulibaly, Sablé, Abriel (Meriem 85e), Anin (Guié-Guié 66e) - Mouloungui, Gonçalves (F. Dja Djé-Djé 66e). Non entrés en jeu : Raul Fernandez (g), Palun. Entraîneur : R. Marsiglia.

 

 

Résumé

 

Rennes est parvenu à digérer son élimination face aux amateurs de Quevilly en demi-finale de la Coupe de France en battant Nice 3-1 lundi soir en match décalé de la 32e journée de Ligue 1 et remonte à la cinquième place du championnat de France.

 

Le club breton peut encore rêver d'un ticket européen puisqu'il pointe, avec 51 points, à deux longueurs du quatrième, Lyon, qui se déplace mercredi à Toulouse. Il peut aussi espérer retisser des liens avec ses supporters, qui ont fait entendre leur colère depuis la défaite de mercredi dernier en Coupe de France.

 

Montpellier occupe seul la tête de la Ligue 1 avec 66 points, deux de plus que le Paris Saint-Germain, deuxième. Lille est actuellement sur la troisième marche du podium avec 59 points.

 

Au Stade de la Route de Lorient, le milieu de terrain rennais Julien Féret a ouvert le score à la 23e minute d'une frappe à ras de terre sur un centre de Youssouf Hadji.

 

Juste avant la pause, Tongo Hamed Doumbia a doublé la mise en reprenant de la tête un coup franc de Féret, décidément très en vue.

 

L'ancien Lyonnais François Clerc a réduit le score pour Nice peu avant l'heure de jeu sur la première frappe cadrée des Aiglons dans cette rencontre.

 

Mais l'espoir de revenir au score a été de courte durée pour les Niçois, l'attaquant burkinabé Jonathan Pitroipa inscrivant le troisième but rennais à la 82e minute.

 

La victoire de Rennes, après une période mouvementée et tendue entre l'effectif professionnel et les supporters bretons, ne fait pas les affaires de Saint-Etienne, qui était revenu provisoirement à la cinquième place à la faveur de sa victoire dimanche face à Brest (2-1).

 

 

Réactions

 

Frédéric Antonetti  :

«On va faire court. C'est un match important de gagné, dans des conditions difficiles (boycott des groupes de supporters après l'élimination en Coupe de France par Quevilly, ndlr). Ce n'est pas le match de l'année mais il fallait le gagner. On n'a pas pu faire ce qu'on fait d'habitude, mais on a été efficace, cette victoire est méritée. Il y a toujours un peu de fébrilité mais on a su gérer et marquer ce troisième but. Il y a beaucoup de choses positives mais il faut continuer le redressement, il y a beaucoup de travail psychologique à faire car on est vraiment touché, et j'espère que cette victoire va nous permettre de le faire. Je comprends cette ambiance difficile mais je n'aime pas qu'on divise les gens. Je suis le garant de l'union et de l'unité, on perd ensemble et on gagne ensemble. Nous avons fait un petit pas, il reste six matches pour redorer les couleurs du Stade Rennais, on va s'y atteler dans les prochains jours.»

 

René Marsiglia :

«Quand on joue une mi-temps sur deux, on s'expose à des choses difficiles, surtout que l'on s'attendait à une réaction de Rennes (après la Coupe de France). On ne les a pas fait douter et le deuxième but nous a coupé les jambes. La deuxième période nous a donné plus d'espoirs, on était plus vaillant et déterminé, mais le troisième but a anéanti nos espoirs de revenir. C'est le visage qu'il aurait fallu montrer en première période. On court après les points mais on revient bredouille, avec des regrets. Nous avons donné le bâton pour nous faire battre, sans montrer assez d'aggressivité et de disponibilité. Maintenant, nous avons la tête dans le guidon et nous nous projetons sur le match d'Auxerre.»

 

 

Revue de presse

 

Secoué par la récente élimination face à Quevilly en Coupe de France, Rennes a fait preuve d'orgueil en venant logiquement à bout de Nice (3-1). Les Bretons peuvent espérer une fin de saison réjouissante en revenant à deux points de la 4ème place qualificative pour la Ligue Europa.

Rennes a de l'orgueil

 

C’était le match d’après. La rencontre du pardon ou celui de l’offense confirmée. Le tout dans un silence de cathédrale, seulement rompu, pendant les vingt premières minutes, par les bordées de sifflets à l’adresse d’un responsable nommé M’Vila.

Rennes retrouvent des couleurs

 

Ajouter un Commentaire