Quel gachis ce club... Sur le papier nous avons une équipe qui tient la route mais cela ne reste que de la théorie. "On vient de prendre une gifle, mais on va se relever" affirme le dernier à y croire, René Marsiglia. Même les joueurs n'y croient plus... à tel point qu'ils sont devenus immobiles comme en seconde période la semaine dernière. Alors Mr Rivère, quelle décision allez-vous prendre pour tenter de réussir la mission " maintien"? Car maintenant, nous pensons qu'il est temps de remettre les choses à plat, à moins que la volonté cachée du club soit de descendre en L2... Sur ce point, la mission serait quasiment accomplie!

 

 

 

Fiche technique

 

A Sochaux (Stade Auguste-Bonal): Sochaux bat Nice 2 à 0 (1-0)

Spectateurs: 12.000

 

Arbitre: P. Viléo

 

Buts:

Sochaux: Butin (45+1), Martin (68)

 

Avertissement:

Sochaux: Poujol (79)

 

Les équipes:

Sochaux: Richert (cap) - Corchia, Banana, Poujol, Sauget - Boudebouz, Romeric Lopy, Martin, Nogueira, A.R. Camara (Roudet, 61è) - Butin (M. Maïga, 76è) Entraîneur: Eric Hély

Nice: Ospina - Clerc, Gomis, Civelli, Monzon - K. Coulibaly, Digard (cap), Anin - Mériem (Guié Guié, 64è), F. Dja Djédjé (Gonçalves, 74è), Mounier Entraîneur: René Marsiglia

 

 

Résumé

 

Sochaux en enchaînant un deuxième succès d'affilée, quitte la dernière place du classement, après sa victoire 2 à 0 face à Nice, un concurrent direct pour le maintien, qui lui, replonge dans la zone de relégation, dimanche, lors de la 28e journée de L1.

 

Deux buts d'Edouard Butin et de Marvin Martin ont permis à Sochaux de renouer avec la victoire au stade Bonal où l'équipe n'avait plus gagné depuis le 6 novembre contre Lyon (2-1).

 

Déjà vainqueurs la semaine dernière à Evian (3-2), les Sochaliens revigorés par la nomination de leur nouvel entraîneur, Eric Hély, enchaînent une deuxième victoire et laissent la dernière place à un Auxerre à la dérive après sa défaite à domicile 2 à 0 face à Evian, samedi.

 

Sochaux revient même à hauteur des Niçois (18e) à nouveau relégables et qui ne devancent plus les Franc-Comtois (19e) qu'à la différence de buts (-7,-15).

 

Dans ce duel de mal-classés, le Sochalien Martin allumait un premier tir contré (3), auquel répondait Anin, par une frappe elle aussi déviée (5). Systématiquement conspué par son ancien public, le milieu de terrain arrivé à Nice cet hiver, se démenait mais c'est Monzon servi par Mériem, qui s'offrait l'occasion la plus chaude côté azuréen en s'infiltrant dans la surface et en décochant un tir puissant mais le ballon frôlait le cadre (10).

 

Les Sochaliens posaient ensuite leur patte sur la première période, s'appuyant sur un jeu vif, à une touche de balle. Camara n'était pas loin d'une ouverture du score (39), mais c'est finalement son coéquipier Butin, déjà double buteur samedi à Evian, qui ouvrait le score en coupant un centre de Nogueira (1-0, 45+1).

 

En seconde période, les hommes de Marsiglia tentaient de pousser pour revenir au score. Un coup-franc de Monzon passait de peu à côté des buts de Richert (55) mais celui de Boudebouz aurait terminé en pleine lucarne sans la parade trois étoiles d'Ospina (61).

 

Profitant d'une période de relâchement niçois, Sochaux se mettait à l'abri grâce à une frappe enroulée de Marvin Martin (2-0, 68), terminant une disette entamée depuis la première journée à Marseille.

 

Butin fut proche du K.O. (69) dans la foulée. Et par deux fois, Maïga faillit lui aussi battre Ospina, dans une fin de match débridée.

 

Réactions

 

René Marsiglia :

« Avant tout, je veux féliciter le FCSM qui a gagné dans un contexte difficile. On a été dans la même situation qu’eux [jouer à domicile face à un adversaire direct] et ils ont su montrer un beau visage. On était dans de bonnes conditions en début de match avec cinq ou six occasions que nous n’avons pas su concrétiser. C’était dur d’être mené à la mi-temps par un manque de concentration. On a bien repris en deuxième mi-temps, mais le deuxième but a tout changé... Des choses ont été encourageantes dans le jeu, inquiétantes à la finition. Mais ce groupe a les ressources : on nous enterrait, il y a trois semaines, après la défaite à Dijon. On a pris sept points sur neuf dans la foulée. On vient de prendre une gifle, mais on va se relever. »

 

Éric Hély :

"On a eu un début de match difficile, en étant trop fébrile défensivement. Après, on a eu la chance de marquer un but après avoir été plus présents dans le jeu. En deuxième période, ça a été de nouveau difficile avant de jouer et marquer un beau deuxième but. On a pu compter sur un public enthousiaste et ça récompense le travail collectif. On n’a pas d’autre choix que de développer du jeu collectif."

 

Marvin Martin :

"Dans notre situation, il ne faut pas calculer. Après le déclic de la semaine dernière, c’est très bien de ne pas prendre de but et d’en marquer deux. Nous avons retrouvé de l’efficacité. Ça va faire du bien pour la suite, mais il faut continuer à faire ce genre de matches. On n’a pas le droit à l’erreur et il ne faut pas se relâcher."

 

Loïc Poujol :

"Nous avons mal débuté le match avant de peu à peu entrer dedans, faire du jeu et marquer un but qui a fait du bien. On est restés dans la dynamique du match précédent en montrant solidarité et état d’esprit. Nous sommes ravis même si on reste dans la zone rouge. Gagner permet de bien travailler. C’était seulement mon troisième match en Ligue 1 en défense centrale, alors que je suis un milieu de terrain de formation, et j’ai essayé de faire au mieux."

 

 

Revue de presse

 

Un échec, deux explications

 

Selon l'entraîneur niçois, René Marsiglia, son équipe a été victime du stress. Pour le capitaine, Didier Digard, elle a surtout manqué d'humilité.  Si Dja Djédjé avait été au bout de son action (7e), si Anin avait été plus prompt que Boudebouz (18e), les Niçois, qui font du surplace au classement (18e), s'avanceraient vers leur match contre l'OM samedi avec un peu moins d'angoisse. Hier, ils ont encore une fois été incapables de matérialiser leurs temps forts en début de rencontre, puis ont paru sonnés par les coups sochaliens sur la fin. « On manque d'efficacité et de concentration, a expliqué l'entraîneur niçois, René Marsiglia. Et prendre un but juste avant la mi-temps, cela a été dur à digérer. » Mais comme Sochaux, Nice doute dans les phases offensives, en raison du classement, selon Marsiglia : « Avec sept ou huit points de plus,on aurait moins de stress devant le but.On n'a pas la tête assez froide, les épaules assez larges. On n'y arrive pas. » Un aveu de faiblesse que le technicien azuréen a rapidement atténué, soucieux de ne pas accentuer le mal, rappelant que son équipe avait su rebondir : « Après Dijon (0-3, le 18 février), on nous avait coupé la tête. Ce soir (hier), tout n'est pas à jeter, l'élan n'est pas du tout coupé. »
Nice restait pourtant sur une série de deux victoires et un nul, et Camel Meriem, auteur d'une bonne rentrée après un mois sans jouer, a admis que « l'équipe s'est disloquée après le second but. L'addition aurait pu être plus lourde ». La fin de match a particulièrement agacé le capitaine Didier Digard : « On manque d'humilité. On n'est pas le Barça, on n'a pas Messi, on n'a pas le droit de se relâcher. »

 

 par l'Equipe

 

Auteur d’un match de grande qualité, comme à ses plus belles heures, Sochaux a dominé Nice (2-0) et s’est replacé dans la course au maintien. Les deux équipes pointent à deux points de Caen, premier non relégable.  

Le retour de Sochaux

 

A la lutte pour le maintien, Sochaux a glané un succès importantissime contre Nice. Les Lionceaux ont fait la différence grâce à des réalisations de Butin et Martin. Une victoire qui permet aux Doubistes de revenir sur les Aiglons.

Sochaux confirme son renouveau

Ajouter un Commentaire