Pour son premier poste en Europe après deux saisons et demie au New York City FC, le nouvel entraîneur de l’OGC Nice est conscient de l’attente que son nom suscite. Mais aussi qu’il sera jugé sur ses actes et ses résultats.

 

Jean-Pierre Rivère explique les raisons du choix "Patrick Vieira" mais aussi qu'il n'a reçu aucune offre pour Balotelli de la part de Marseille.

Invité à faire le bilan de la saison après la défaite face à l'OL qui fait glisser l'OGC Nice à la 8e place, Jean-Pierre Rivère est déjà tourné vers l'avenir... Sans Lucien Favre ni (probablement) Mario Balotelli.

Le capitaine de Nice décortique le rôle de leader qu’il a occupé ces derniers jours, alors que son club joue son avenir européen ce soir à Lyon.

 Une certaine excitation précède les débuts attendus de Patrick Vieira en Ligue 1. Recruté le mois dernier à la place de Lucien Favre, le vainqueur du Mondial 98 et de l’Euro 2000 s’apprête à suivre le sillage doré de Laurent Blanc, Zinédine Zidane ou Didier Deschamps. Rencontré à l’hôtel qui abrite les Niçois, en stage, l’ancien milieu international de 42 ans (107 sélections) s’est longuement épanché, hier, sur son cheminement en tant qu’entraîneur et sur ses idées, portées sur le beau jeu.

 

Vincent Koziello répond  à nos questions (Favre, Puel, OGC Nice, Cologne...)