Les niçois avaient promis de ne pas prendre ce match de Coupe de la Ligue par-dessus la jambe. Ils ont tenu parole. Deux buts en première mi-temps et un troisième juste après la pause leur ont permis de plier l’affaire sans vaciller et sans puiser dans leurs réserves. « C’est une victoire méritée, estime Frédéric Antonetti. On a abordé le match avec beaucoup de sérieux et à partir de là tout s’est enclenché du mieux possible. On a respecté l’adversaire et on en a été logiquement récompensés. »

Les Aiglons volent de crise en crise depuis plusieurs années, et ce ne sont pas les bonnes saisons de l'OGC Nice qui y changent grand-chose. Récit des aventures d'un club qui ne défait rien comme les autres.
 L’OGC Nice est décidément un club à part. Pour sa sixième saison d’affilée dans l’élite, la plus accomplie depuis bien longtemps, on pourrait se dire que le Gym est définitivement stabilisé. Las! De luttes intestines, secrètes lorsque tout va bien, en magouilles politico-financières pour l’obtention d’un nouveau stade en passant par des ventes ratées et des querelles judiciaires, les joueurs et le staff technique portent sur leurs épaules la réussite d’un club dont l’amateurisme frise parfois le ridicule.

NICE ET CAEN auront agréablement surpris et plus que réussi leur saison en ayant souvent affiché de belles qualités dans le jeu. Nice, après une saison 2006-2007 sur le fil du rasoir, finit par stationner en huitième position, comme en 2006, après avoir longtemps pu espérer mieux. Ses résultats à domicile depuis février l’auront empêché de se hisser plus haut. Mais après sept matches sans victoire au stade du Ray, Nice aura su conclure son aventure par un succès aux dépens de Caen, le meilleur des promus (11e).

COMME IL L’AVAIT déjà fait la saison dernière (1-0), l’OGC Nice s’est imposé hier soir à Nungesser (2-1). Mais l’enjeu, cette fois était bien moindre. Il était même presque  inexistant, les espoirs européens de Nice étant bien trop minces pour véritablement influer sur le sort de la partie… On n’en a pas moins vu un match assez plaisant, enlevé – en seconde période surtout – et, en définitive, indécis jusqu’au bout puisqu’un penalty généreux vint ramener le doute au cours du final permettant par la même occasion à Steve Savidan d’inscrire son 13e but de la saison (13 buts tous marqués à domicile).

Hugo Lloris, blessé, ne jouera plus cette saison. Ni en Bleus, ni en Rouge et Noir. Auteur d’une belle année malgré des soucis privés et deux blessures, il a été pour beaucoup le meilleur Niçois de l’exercice.