Énonçons d’emblée le postulat : Nice est un club vendeur. C’est sa raison d’être économique et il n’y a pas de raison d’en changer. Allan Saint-Maximin en est l’un des plus beaux actifs, jeune – vingt et un ans –, expérimenté – sixième saison en L1, déjà –, et spectaculaire. Surtout, l’attaquant sera en fin de contrat en juin 2020. Les dirigeants du Gym n’ont donc pas beaucoup d’autres choix que de s’en séparer dès l’été prochain. D’autant que les courtisans ne manquent pas, que ce soit en Angleterre où des clubs de seconde partie de tableau disposent d’énormément de moyens et peuvent facilement parier sur le jeune Aiglon, ou en Espagne où le FC Séville, très friand de joueurs de L1, cherche ce profil (rapide, dribbleur) pour animer ses côtés.

 

Selon le site ligadeportiva, l'OGC Nice aurait fait une proposition pour Nicolas Benedetti, un attaquant de l'équipe colombienne, de Deportivo Cali. 

 

Englué à Liverpool où il chauffe le banc, Simon Mignolet a des envies d'ailleurs. Cet été déjà, il avait voulu quitter les Reds pour trouver du temps de jeu. Mais c'est Loris Karius, autre gardien de l'équipe de Premier League, qui a obtenu un bon de sortie, bloquant de facto le gardien belge sur les bords de la Mersey. Depuis, les semaines se sont succédées sans que Simon Mignolet n'obtienne le temps de jeu qu'il convoite, barré derrière Alisson Becker, le portier de l'équipe du Brésil arrivé de l'AS Roma pour 62 millions cet été.

 Selon Nice Matin, la volonté du club et du joueur seraient de prolonger d'un an le contrat du défenseur niçois qui court jusqu'en juin 2019. L'accord serait en bonne voie.

Nous avons décidé ce matin de tenter d'expliquer les finances opaques de l'OGC Nice à l'issue de ce mercato plutôt mitigé.