Sans revenir sur l’édito de jeudi où nous affirmions que nous étions confiant sportivement en regardant l’équipe sur le papier, on reste, tout de même, perplexe sur un aspect de ce recrutement, l’argent.
 
On rappellera simplement une phrase de notre directeur sportif : « Nous approchons les 7 millions d'euros de ventes, ce qui démontre le bon travail effectué. Mais nous vendons par obligation, pas par plaisir". Une phrase, certes, dite avant le départ de Fanni mais dont la vente avait sûrement été comptabilisée par notre homme fort de la cellule de recrutement.
 
Alors comment ces 7 millions se décomposent-ils ?

Récapitulatif:
 
 A l’issue de la défaite de mercredi face à Toulouse, Maurice Cohen annonce sa démission suite à la pression de deux actionnaires.
 
 Vendredi… le club s’agite, voulant même débarquer Antonnetti, avant de revenir sur sa décision…
 
 Samedi, les niçois réalisent un super match nul face au leader lyonnais en montrant un visage que personne n’avait vu depuis des lustres.
 
 Lundi, Maurice Cohen se fend d’une interview salée notamment vis à vis de l’association dans Nice-Matin où l’on s’aperçoit (ce que l’on savait déjà) que la partie amateur fait toujours ce qu’il faut pour que les relations avec le pro soit toujours au top.
 
 Lundi fin de matinée : le conseil d’administration a eu lieu. Alors que tout le monde s’attendait à une rupture c’est le retour de Maurice Cohen à la présidence générale, secondé par Franck Guidicelli pour le côté sportif. Frédéric Antonetti à deux doigts d’être viré vendredi, se retrouve confirmé dans ses fonctions…
 
 Tout ce pataquès pour en arriver là !
 
 Quelle image montre encore une fois notre club !
 
 Risible.