Maurice Cohen revient dans l'émission "Luis Attaque" (16-18h sur RMC) sur les transferts de Rémy, Lloris mais aussi sur le cas Balmont, Koné... ainsi que sur le nouveau stade.  Ré-écoutez l'émission!

Hugo Lloris explique son choix lors d'une conférence de presse cet après midi. "Il y avait un choix à faire, je l'ai fait." Lloris sera le nouveau gardien de l'Olympique Lyonnais l'an prochain. Ecoutez des extraits de la conférence de presse.

Même s'il n'avoue pas vouloir partir à tout prix, il y a peu de chance qu'Hugo Lloris reste au Gym. "Il y a des clubs qui ne se refusent pas" affirme le goal niçois. Ré-écoutez l'interview de Hugo Lloris dans "Luis Attaque" (du lundi au jeudi de 16h à 18h).

 

Olivier Echouafni revient dans l'émission "Luis Attaque" sur sa prolongation d'un an avec l'OGCNice. Le capitaine niçois sans rien dévoiler sur l'avenir de ses coéquipiers se montre rassurant sur l'avenir du club.  

Retrouvez lloris en vidéo dans l'émission 100 % foot de M6.

Cédric Kanté, que vous inspire ce dernier résultat face aux Girondins de Bordeaux (0-0, 35eme journée de Ligue 1) ?

Compte tenu de notre parcours à domicile (ndlr : les Aiglons restent sur quatre défaites et deux nul au stade du Ray), c’était à l’extérieur que l’on devait se reprendre, et se remettre sur de bons rails pour cette fin de saison. On n’avait pas grand-chose à perdre. C’est un bon résultat face à une équipe du haut de tableau. C’est positif. On a souffert, mais on s’est battus jusqu’au bout pour ramener ce point.

Depuis votre retour de la Can, on ne vous a plus revu dans l'effectif de l'Ogc Nice. Que se passe-t-il ?

C'est frustrant pour un footballeur de ne pas jouer et à qui on ne donne même pas la chance de s'exprimer pour des raisons que j'ignore. C'est vrai que je peux faire moi-même mon autocritique. Mais bien avant la Can, je ne jouais véritablement pas dans mon club. Au début du championnat, j'ai fais trois matches : deux rencontres de championnat et une de coupe. Lors du match de coupe, j'avais inscrit trois buts. Mais jusque-là, le coach ne m'a toujours pas fait confiance. J'étais arrivé dans une équipe où visiblement, le coach avait déjà ses choix. Sportivement, je ne peux l'expliquer.

A 33 ANS, Cyril Rool effectue une saison pleine avec Nice. A quarante-huit heures des retrouvailles avec Monaco, son ancien club (2001-2002), pour le derby azuréen, il dresse un état des lieux du football français. Fleuri et décapant.

Que représente ce derby pour vous ?

Cyril Rool.
Gagner nous conforterait dans les dix premiers. Il est trop tôt pour parler d'Europe. Après la galère de l'an passé, on prend du plaisir. Quand tu joues le maintien, les aléas sont défavorables. Si tu n'as pas les capacités mentales, tu doutes et traînes ça comme un boulet.

Frédéric Antonetti, entraîneur de Nice, aborde le déplacement à Paris de demain soir mais aussi l'arbitrage ou les incohérences qu'il ressent dans le football français, sans langue de bois.

Comme Nice – qui n’a plus gagné à domicile depuis le 20 janvier face à Nancy (1-0) et qui est passé de la 4e à la7e place – vous allez moins bien…

C’est vrai. Après un bon début de saison, j’ai connu un premier trimestre 2008 compliqué. Je suis moins bien depuis, mais je crois que ce phénomène est amplifié. Lors de mon transfert à Lyon, fin janvier, on a beaucoup parlé de moi. Du coup, j’ai changé de statut et mes performances sont épiées. J’ai davantage de responsabilités mais c’est à moi de montrer que je suis à la hauteur.