Jean Michaël Seri et Alassane Plea sont partis. Et si Mario Balotelli s’en va aussi, ce sont les auteurs de 34 buts la saison dernière en Ligue 1 que Nice devra remplacer.


NICE – Les dirigeants niçois n’ont pas raconté de salade à Patrick Vieira. Pour sa première expérience d’entraîneur sur un banc de Ligue 1, l’ancien milieu de terrain de l’équipe de France va se faire les dents avec un effectif pour le moins remanié, comme pratiquement chaque saison ici. Avec sa dose d’inquiétude mais un savoir-faire et un savoir tourner la page assez rassurants. Il y a deux ans, il fallait remplacer Ben Arfa, Germain et Claude Puel, entre autres. L’an passé, Lucien Favre était terrorisé de voir partir Baysse, Belhanda, Dalbert, Eysseric ou Ricardo Pereira.

 

sericaen

 

Dans les deux cas, le Gym ne s’en est pas si mal sorti, surtout en 2017, quand il avait terminé troisième de Ligue 1. En mai dernier, la fin de l’histoire a été moins drôle et l’Europe s’est envolée pour deux points. « Patrick savait qu’on allait perdre (Jean Michaël) Seri et (Alassane) Plea, et probablement (Mario) Balotelli, on lui avait dit tout ça, explique Julien Fournier, le directeur général du Gym. Mais ce n’est pas la première année que des joueurs s’en vont. On sait un peu ce qu’on fait. Et puis, en choisissant Patrick comme entraîneur, il y a une vraie cohérence avec le projet de jeu initié par Claude (Puel), il y a quelques années. Lucien (Favre) avait apporté sa pierre à l’édifice, Patrick apportera la sienne. »

 

La touche Vieira ? Assez porté sur le 4-3-3, le pressing haut, l’implication de tous, le jeu vertical et a priori offensif. Les consignes se veulent claires et ses deux priorités, le jeu et la discipline, ont accompagné toute la préparation. « Il raisonne de manière très collective, ajoute Fournier. Il n’aime pas beaucoup qu’on déroge aux règles de vie, et ça nous va. » Le Marchand aussi s’en est allé, alors que le Gym compte trois autres défenseurs centraux gauchers (Dante, Malang Sarr et Gautier Lloris), Souquet pourrait également quitter un club équipé en arrières droits (Atal, Burner et Jallet). Mais il y a quand même eu des arrivées : l’Algérien Atal, donc, le prometteur Hérelle et le Brésilien Danilo.

 

lebihan

 

Nice mise sur les recrues de l’intérieur


« On est contents du recrutement, explique Fournier. mais on espère bien que certains éléments de la saison dernière vont nous apporter un vrai plus et seront de nouveaux joueurs. C’est le moment pour certains de franchir un cap, de se lancer ou de se relancer. » L’éventail va des anciens blessés, Cyprien ou Le Bihan, aux joueurs prometteurs, comme Saint-Maximin ou Sarr, qui devront faire plus. Lees-Melou et Hérelle, même s’il arrive, sont attendus en leaders, et Makengo, sur lequel Favre ne comptait pas la saison passée, est considéré comme une recrue supplémentaire. Il y a des joueurs et le milieu de terrain semble redoutable, mais il y a une inconnue de taille : qui va marquer les buts ? La saison passée, Nice a fini 8e avec 18 buts de Balotelli et 16 de Plea. À la surprise générale, le premier a rejoué un quart d’heure avec le Gym mardi contre Brighton (0-1, en amical), toujours sur le départ mais toujours sous contrat. Le second a été vendu à Mönchengladbach et son successeur (qui ne sera pas le Sénégalais M’Baye Niang) ne devrait pas tarder à arriver. Nice va au moins recruter un attaquant mais en attendant, Vieira fait avec ce qu’il a. En préparation, il a lancé le jeune Diaby Fadiga (17 ans) et testé Srarfi et Sacko. Les buteurs de l’intersaison ? Burner, Diaby Fadiga, Lees-Melou, Perraud et Sacko (2) mais pas Le Bihan ni Ganago, les deux spécialistes du poste du moment. « C’est notre job de remplacer Alassane (Plea) et on va le faire, conclut Fournier. Concernant Mario, on verra bien. En tout cas, on compte vraiment sur Ganago et “Micka” (Le Bihan). D’eux aussi, on attend qu’ils soient de nouveaux joueurs.»

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir