Il a coutume de dire qu’un joueur parle sur le terrain et pas aux médias. Pourtant, quand il s’est présenté, mardi peu avant 13 heures, dans la spacieuse salle de conférences du tout nouveau siège de Nice, Jean-Michaël Seri, le clairvoyant milieu de terrain azuréen, a dérogé à ses habitudes. Disert, il avait quelques messages à distiller. Ça tombe bien, car on avait très envie d’écouter ce père de famille attachant (il a deux enfants), né au football dans les quartiers de Yopougon, une banlieue d’Abidjan.

 

Avez-vous digéré cet été agité où vous avez été annoncé très proche de grands clubs et surtout du FC Barcelone ?

 

J’ai vécu des moments délicats. Ils resteront en moi jusqu’à la fin de ma carrière, mais aujourd’hui j’ai tourné la page. Je préfère ne pas ressasser le passé et me concentrer sur ce que je sais faire de mieux : jouer au football. Etre resté à Nice, c’est un choix ou une décision par défaut ? C’est le choix du cœur, pas le moins du monde une attitude dictée par un quelconque dépit. Je suis profondément attaché à ce club, à ses dirigeants et aux supporteurs.

 

Malgré une première partie de saison délicate, êtes-vous toujours fier du jeu pratiqué par votre équipe ?

 

L’an passé, on se trouvait les yeux fermés. Des joueurs sont partis cet été (NDLR : Ricardo, Dalbert, Eysseric, Belhanda), d’autres sont arrivés. On a eu à déplorer des blessés, j’ai été moi-même absent un mois. Tout cela nécessite des réglages, un temps nécessaire d’adaptation, mais le talent est là. Je ne suis pas inquiet, le championnat est encore long. Mais comme on a fini quatrièmes en 2016, puis troisièmes en mai dernier, on nous considère comme un gros de la Ligue 1 et on nous attend plus haut.

 

Quels sont vos rapports avec Lucien Favre ?

 

Les gens disent que je suis un peu son fils. Il fait en sorte de m’aider à devenir un joueur de très haut niveau. Je suis sans cesse à son écoute pour rectifier certains aspects de mon jeu. Je ne veux plus entendre de moi : « Il est bon mais... » Avec un tel coach, je suis sur la bonne voie.

 

« QUAND ON N’OSE PAS, ON DEVIENT UN JOUEUR LAMBDA »

 

Auparavant, vous aviez travaillé avec Claude Puel. Les deux techniciens se ressemblent-ils ?

 

Claude Puel m’a appris à ne jamais rien lâcher. Il m’a fait gagner en régularité. Les deux hommes se rejoignent par leur grande exigence. A seulement 26 ans, vous semblez prendre très à cœur votre rôle de grand frère au sein du vestiaire... Je ne suis pas très bavard, mais quand je m’exprime, onseri5 m’écoute. Je ne force jamais ma nature. Si je prends la parole, c’est pour dire quelque chose de précis. C’est comme ça qu’on se fait respecter de tous et des plus jeunes en particulier.

 

Si tu joues un rôle dans un vestiaire, tu n’es pas pris au sérieux. Vous associez souvent la notion de fête au football. Ce n’est pas un peu dépassé aujourd’hui ?

 

Ce jeu restera toujours un plaisir à mes yeux. Sinon, il est impossible de pleinement s’y épanouir.


On vous compare parfois à Marco Verratti. S’agit-il d’une de vos références ?

 

On se ressemble, c’est un peu un modèle. Je regarde les matchs de Paris et j’essaie de m’en inspirer. Je me retrouve dans sa façon de penser, de concevoir le football. On a tous les deux le souci permanent de rendre meilleurs nos partenaires. Comme lui, j’aime prendre des risques dans mon jeu. Si je me contentais seulement de ce qui est simple, prévisible, je ne serais pas Micka Seri. Quand on n’ose pas, on devient un joueur lambda. D’aucuns vous jugent supérieur à l’international italien... Je crois qu’il a de l’avance sur moi. Je suis à Nice. Même si ce club est en train de grandir, ce n’est pas comparable au PSG. Marco est entouré de stars. Le talent existe aussi chez nous, mais on ne possède pas la même expérience.

 

Si vous quittiez Nice, ça pourrait être pour le rejoindre au PSG ?

 

Je ne suis pas un joueur qu’on prend par défaut. Partir pour partir ne m’intéresse pas. Si je franchis le pas, ce sera forcément pour une équipe où je me sens désiré et qui joue au ballon. Paris a cette philosophie à laquelle je suis très attachée. Donc, pourquoi pas.

 

Vous avez déjà eu des contacts avec Paris ?

 

Oui, il y en a eu, notamment avec le directeur sportif, Antero Henrique.

 

Le club parisien fait-il figure de prétendant à la victoire en Ligue des champions ?

 

Je ne sais pas si Paris peut aller au bout, mais je l’imagine bien se hisser dans le dernier carré.

 

Que vous inspire la situation d’Hatem Ben Arfa qui n’entre plus dans les plans d’Unai Emery ?

 

seri171C’est le joueur le plus talentueux avec lequel j’ai évolué (NDLR : en 2015-2016). Tous les amoureux du foot sont forcément attristés de voir ce garçon, qui apporte du plaisir aux gens, être mis au placard. Après, Hatem a décidé de rester. Il a l’air de bien l’assumer.

 

« MBAPPÉ A LE POTENTIEL POUR ÊTRE BALLON D’OR »

 

La France, à l’inverse de la Côte d’Ivoire, sera au Mondial. La voyez-vous briller l’été prochain en Russie ?

 

Le potentiel offensif des Bleus est incroyable. Le sélectionneur doit procéder aux bons choix. La France a une très belle carte à jouer. Elle peut faire très mal à n’importe qui. Les Bleus possèdent avec Kylian Mbappé, un phénomène de précocité.

 

Vous êtes fan ?

 

Totalement. Il a le potentiel pour être un jour Ballon d’or. Au-delà de ses incroyables qualités, on devine, quand il s’exprime devant les caméras, une grande intelligence et beaucoup de maturité. Chez un gamin de seulement 18 ans, c’est assez bluffant. Dans sa situation, je connais beaucoup deseri5 joueurs qui se seraient enflammés.

 

Vous avez un exemple précis ?

 

Quand Ousmane Dembélé a été en contacts avancés avec le Barça, cet été, même si on ne sait pas tout ce qui s’est passé, il a engagé un bras de fer avec Dortmund en refusant, pendant quinze jours, de s’entraîner. Pour un jeune joueur, ce n’est pas la bonne attitude à adopter. Quand tu n’es pas bien conseillé, tu ne prends pas les décisions opportunes. Après, il arrive au Barça, et il se pète. Il n’y a pas de hasard. Sans cette bouderie, il n’aurait sans doute jamais été blessé. Mbappé, lui, a su rester imperméable à toute l’agitation qui régnait autour de lui. C’est une marque de sagesse.

Commentaires   

#2 canardou 27-11-2017 09:00
Séri m'a beaucoup gêné et m'a stupéfait lorsqu'il a regretté l'absence de Vincent Marcel en conférence de presse commune avec Lucien Favre. C'était une remise en cause de l'autorité de son entraîneur, pratiquement une insubordination . Je m'interroge sur son état d'esprit, d'ailleurs il dit lui-même n'avoir pas fait le deuil de son départ au Barça.
#1 Gandolfi 27-11-2017 07:38
Trés bien,"qu'est ce que tu à l'air gentil",continu e comme ça et tu finira à BARCELONETTE."T u sais INESTA les ballons c'est rare qu'il les distribuent derriere,lui,il est plutot porté vers l'avant.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir