Officiellement nommé mardi après-midi, Lucien Favre, le successeur de Claude Puel, a été présenté ce mercredi à Nice. «Lucien était notre priorité, parmi les entraîneurs que nous avons rencontrés», a assuré Jean-Pierre Rivère, le président niçois, au début de la conférence de presse.

Souvent annoncé en France, l'entraîneur va pourtant découvrir la Ligue 1 à 58 ans. Pour le technicien suisse, il s’agit d’une question de timing. Cette fois-ci, c’était le bon moment. «Le projet notamment avec les jeunes m'a convaincu, a-t-il assuré. Un entraîneur veut des garanties et t il y a eu de la transparence de la part des dirigeants», a-t-il poursuivi, impatient «de travailler en Ligue 1, dans (sa) langue et d’être confronté à (ses) collègues français. »


«Je me mets à la place d'un joueur comme Hatem (Ben Arfa), l'arrivée de Lucien est un point positif»



Alors que Nice, qui a terminé 4e du Championnat, disputera la Ligue Europa la saison prochaine, Favre a promis de ne pas faire l’impasse sur la Coupe d’Europe. «On va la jouer à fond ! Les délais pour récupérer sont courts mais on ne l’occultera pas, a affirmé l’ancien coach du Borussia Mönchengladbach. C’est quelque chose qui passionne les supporters.»



«Avec l’arrivée de Lucien, on va pouvoir avancer sur les contacts déjà pris pour le mercato», a complété Rivère. Pour le dirigeant niçois, la nomination de Favre peut être un argument pour conserver Ben Arfa. «Je me mets à la place d’un joueur comme Hatem, l’arrivée de Lucien est un point positif. On n’est pas programmé pour garder Hatem, mais on va tout faire pour.»

 


Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir